Quand Paris Match choisit de primer à nouveau un étudiant rattaché à Perpignan

LECTURE

Après avoir gratifié le talentueux Stéphane Ferrer en 2018, Puressentielle a choisi de mettre à l’honneur Quentin Hulo et son travail sur les chimpanzés du sanctuaire de Conkouati*. Ils ont en commun leur formation de photojournalisme à l’université de Perpignan, le premier sur le campus de Perpignan, le second via le diplôme universitaire de photojournalisme de Carcassonne**, porté par Wilfrid Esteve. Ce dernier est également co-fondateur du collectif de photojournalistes Hans Lucas. À l’heure où la biodiversité est menacée, Quentin débute avec ce reportage un travail au long court sur la survie des grands singes. Interview croisée de l’élève et de son enseignant.

“Des singes et des hommes”

La protection des chimpanzés au sud-ouest du Congo est le premier d’une série de cinq reportages sur la situation des grands singes à travers le monde.

“Je suis passionné par la protection de la biodiversité et je compte baser toute ma carrière sur ce sujet ! J’ai eu l’occasion de travailler sur les grands singes, qui sont en grave danger d’extinction. Pour vous donner un exemple, la population totale des chimpanzés est passée de 3 millions à moins de 150 000 individus en trois siècles. Dès septembre, je me lance dans le 2ème reportage. Je pars au Cameroun, au Gabon et au Congo pour traiter des gorilles et de la perte de leur habitat liée à l’extraction minière. Ensuite, je travaillerai sur l’orang-outan, puis les bonobos. Avant de finir par l’Homme qui est également un grand singe. Ce sera l’occasion de parler du braconnage…” 

♦ Un reportage positif selon le jury***

Du dérèglement climatique, à la fonte accélérée des glaces ou aux catastrophes naturelles, l’environnement n’est parfois traité que sous l’angle anxiogène, urgence, catastrophisme. Le reportage de Quentin montre, au contraire, l’action positive des ONG. Malgré les traumatismes, les chimpanzés peuvent être réintroduits dans leur habitat naturel. Des associations telles que H.E.L.P**** (Habitat Ecologique et Liberté des Primates) œuvrent dans ce sens depuis 30 ans, au sein du parc de Conkouati au Congo.

“J’ai eu l’opportunité de partir avec HELP. Ils m’ont ouvert leurs portes pour que je puisse documenter la protection des chimpanzés réintroduits dans leur milieu naturel après avoir subi des traumatismes avec l’homme (braconnage, maltraitance, captivité…). Je suis resté deux mois au cœur de la forêt. Des conditions parfois compliquées. C’était assez rudimentaire, mais c’était bien”.

“Un prix qui vient couronner une année de travail et de motivation”

Bachelor dans la coordination environnementale en poche, Quentin est venu à Carcassonne avec un objectif bien précis, travailler la forme afin de mettre en valeur ses sujets environnementaux. Selon Wilfrid Esteve, responsable du DU de Carcassonne, Quentin a mis la photo en complément de l’environnement. Il a une vision en profondeur de son sujet.

“Même si l’image n’était pas naturelle chez lui, ses capacités de travail lui ont permis de faire de très grands progrès. Désormais, il maîtrise le fond et la forme. Je ne dis pas qu’il est parti de zéro, mais ce n’était pas le dossier le plus remarquable en terme de photo. Mais il s’y est mis, et il comprend désormais la notion d’angle à développer dans les séries …”.

Grâce à cette formation, Quentin dit avoir acquis une méthode de travail, une philosophie. “Celle de pouvoir réussir à vivre de son travail dans ce milieu. Un milieu à la fois difficile, mais également créateur d’opportunités”.

À Carcassonne, Quentin s’est aussi attelé à du concret. L’écriture d’un synopsis, la présentation d’un sujet de concours, l’angle ou encore l’écriture et le budget d’un reportage en amont. Compétences cruciales quand on sait que Quentin, comme de nombreux photojournalistes, partent sur le terrain sans commande préalable. Seulement avec l’espoir de vendre leur reportage à leur retour.

Même si le diplôme de photojournalisme est plurimédia, Quentin a un penchant pour la photo, l’image fixe. “La photo est un média tellement beau et artistique qu’il permet à des personnes de se concentrer sur le fond, le sujet. On dit souvent qu’une image a plus d’impact que 1.000 mots. Je pense aussi qu’elle peut marquer plus qu’une vidéo de 1 minute. En tout cas, c’est pour moi le meilleur moyen de réussir à créer des projets environnementaux”.  

♦ Nota bene

Retrouvez le travail de Quentin sur son site ou sur son instagram.

*Le DU de Carcassonne porte l’intitulé officiel de : “Photographie documentaire et écritures numériques”
** Le sanctuaire de Conkouati est situé au sud-ouest du Congo Brazzaville.
*** Isabelle et Rocco Pacchioni, responsables du laboratoire Puressentiel. Ils ont co-fondé la Fondation Puressentiel et sont partenaires du Grand Prix pour la mention « Puressentiel nature et environnement ».
**** HELP protège, conserve et relâche dans leur habitat naturel, des chimpanzés destinés initialement au marché noir. Créée en 1990 par Aliette Jamart, l’association HELP a été la première association, dans le monde, à avoir relâché en forêt des primates qui étaient vendus comme animaux de compagnie au marché noir. Sa mission : soigner, étudier et remettre en liberté ces grands singes pour préserver la biodiversité.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Article précédent

Sondage Municipales, Incendies, Dragons Catalans, Tati - "Débriefe moi la semaine"

Article suivant

Pour son édition 2019, le Festival 20/20 décroche la mention "très bien" à Torreilles

sed consequat. nunc Sed venenatis, id libero ante. libero. suscipit