Revue de presse du 1er août l Ils ont parlé des Pyrénées-Orientales

26/01/2021, Perpignan, France, quotidien des soignants hôpital St Jean secteur Covid-19 et réanimation © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Covid – L’appel d’urgence de l’Agence Régionale de Santé Occitanie

⊕ Le Parisien / Covid-19 : en Occitanie, les nouvelles hospitalisations ont été multipliées par 10 en un mois

L’Agence régionale de santé a décidé de lancer un appel d’urgence à la population pour ralentir le rythme de l’épidémie. En cette fin juillet, la reprise épidémique frappe inégalement le territoire ; Et la région Occitanie fait partie des territoires connaissant une forte hausse du taux d’incidence. Une tendance qui semble commencer à produire ses effets au sein des hôpitaux français. Les nouvelles hospitalisations dues au Covid-19 dans la région se sont multipliées par plus de dix en moins d’un mois, indique samedi l’Agence régionale de santé (ARS), qui lance un « appel d’urgence à la population » pour « ralentir le rythme de l’épidémie ». (…) Samedi, plus de 130 personnes étaient hospitalisées en services de réanimation et de soins critiques en Occitanie « avec une forte pression dans les départements des Pyrénées-Orientales, de l’Hérault, de l’Aude et de la Haute-Garonne ».

⊕ Le Monde / Dans les Pyrénées-Orientales, l’épidémie flambe, le préfet tente de freiner le désir de fête par de nouveaux arrêtés

Face à une explosion des contaminations, le préfet a publié trois arrêtés, à la mi-juillet, concernant l’obligation du port du masque, l’interdiction de la consommation d’alcool sur la voie publique et la fermeture à 23 heures des bars et restaurants. Le panonceau attire l’œil : « Autotestez-vous ». Ici, on ne traque pas le virus, mais l’alcoolémie. Nous sommes dans la « rue de la soif », à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales), officiellement boulevard Cassanyes, bien renommé puisque s’y succèdent sans fin restaurants, bars à vins, à bières, à cocktails… 

⊕ L’Express / Covid-19 : les bars et discothèques favorisent-ils les contaminations ?

Ce vendredi, Santé publique France a publié une étude montrant que ce sont dans ces endroits que les personnes se contaminent le plus au Covid-19. Décryptage. (…) Et aujourd’hui la tendance n’a pas changé. Alors certains bars et restaurants ont décidé de tester le passe sanitaire avant sa mise en place le 9 août. C’est le cas de trois établissements dans la ville de Perpignan, rapporte France 3. 

⊕ 20 Minutes / Coronavirus à Perpignan : L’épidémie au plus haut, le maire de la ville, Louis Aliot, testé positif

Les Pyrénées-Orientales doivent faire face à une situation sanitaire extrêmement tendue en cette fin juillet, à cause du variant Delta. Selon les informations de L’Indépendant, le taux d’incidence est de 635,1 pour 100.000 habitants dans le département, soit la donnée la plus élevée sur le territoire métropolitain selon les chiffres de Santé Publique France. L’agence régionale de santé indiquait, ce mardi, que 67 personnes infectées par le Covid-19 sont hospitalisées dans les Pyrénées-Orientales, dont 12 en réanimation.

♦ Pass ou pas Pass ?

⊕ France Info / Pass sanitaire : dans des bars qui l’appliquent avant l’obligation, “les clients ne sont pas choqués”

Le pass sanitaire à l’entrée des bars et des restaurants doit devenir obligatoire à partir du 9 août. Des établissements l’ont déjà mis en place, avec une relative compréhension des clients, mais ils anticipent une perte de chiffre d’affaires. (…) Normalement les bars n’ont pas encore le droit de l’appliquer avant le 9 août. La direction du Rosa Bonheur s’appuie sur la présence d’une piste de danse à l’intérieur, pour rendre obligatoire le pass sanitaire. Mais d’autres établissements le testent en France, comme sur la Côte Fleurie en Normandie, à Perpignan ou encore à Metz. Rien de réellement contraignant pour l’instant : les clients ne sont pas refoulés en cas de non-présentation du pass.

RTL / Perpignan : un restaurateur harcelé pour avoir appliqué le passe sanitaire

L’extension du passe sanitaire suscite la frustration dans antivax, qui s’en sont pris à un restaurateur qui l’a mis en place en avance. En ligne, des internautes le comparent à un nazi ou encore à un collabo. À Perpignan, un restaurateur subit les foudres de tous les anti-vaccins et des opposants au passe sanitaire. Son tort : avoir voulu expérimenter ce fameux passe en avance et l’avoir défendu sur une chaîne d’informations. Depuis, il vit un calvaire, son nom et son numéro de téléphone ont été jetés en pâture. Et sur les réseaux sociaux il s’est fait traiter de nazi et de collabo.

⊕ Le Point / Pass sanitaire : des patrons et des élus menacés

De nombreux professionnels et élus témoignent de fortes tensions en raison de l’extension du pass sanitaire dans quelques jours, rapporte « Le Parisien ». (…) Dans les Pyrénées-Orientales, après la diffusion d’un reportage sur BFMTV, un restaurateur, qui expliquait avoir expérimenté le pass sanitaire dans son établissement, a, lui, йtй victime de nombreuses insultes.

⊕ L’humanité / Le passe sanitaire passe mal dans le monde culturel

Décrétée sans aucune concertation, la mesure est froidement accueillie par ceux qui ont déjà vu, en peu de jours, baisser massivement la fréquentation et se dégrader les conditions de travail. (…) Jérémy Cacheux, directeur d’exploitation de la société Snes-Ciné Movida, dont font partie les cinémas Méga Castillet et le Castillet, à Perpignan, témoigne : « Le contrôle des passes sanitaires a contraint la direction à l’embauche de trois salariés. On craignait une réaction hostile des spectateurs, notamment parce que celles sur les réseaux sociaux étaient virulentes. Mais cela se passe plutôt bien. » Ce n’est pas l’avis d’une caissière du cinéma UGC des Halles, qui a tenu à garder l’anonymat et raconte : « Les gens s’en prennent à nous, parfois en nous insultant, parfois physiquement. Je n’ai pas à regarder l’état de vaccination des gens. Certains m’ont montré des photos d’eux en réanimation, parce que l’assurance-maladie n’avait pas bien enregistré leur situation. »

♦ Les vacances studieuses de Castex à Prades

⊕ La Croix / Pendant les vacances, les chantiers de l’exécutif continuent

En attente de plusieurs décisions du Conseil constitutionnel sur des lois, l’exécutif s’attelle déjà aux réformes de la rentrée, les dernières avant la présidentielle. (…) Le chef de l’État devrait rejoindre la résidence de Brégançon, dans le Var, et les ministres leurs lieux de vacances respectifs en France, comme le premier ministre Jean Castex dans son fief de Prades, dans les Pyrénées-Orientales.

♦ Campagne anticorrida à Perpignan aussi

⊕ BFM TV / “Spectacle garanti avec souffrance animale”: la fondation Bardot en campagne contre la corrida

Brigitte Bardot et sa fondation vont déployer près d’un millier d’affiches pour dénoncer le régime dont bénéficient les organisateurs de corrida en France. (…) “Sur le thème de la corrida, rien ne bouge” Béziers, Perpignan, Arles, Bayonne… Des villes où la pratique de la tauromachie est ancestrale bénéficient donc de cette exception culturelle et la perpétuent année après année.

♦ Les Pyrénées-Orientales version immobilier ou écolier

⊕ Challenges / Résidence principale: achat ou location

En 2020, 58% des Français étaient propriétaires de leur résidence principale*. Le fait est qu’il est vite rentable d’acheter plutôt que de louer pour se constituer un patrimoine. Tous les locataires se posent un jour la question -et souvent au moment de payer leur loyer mensuel: ne serait-il pas préférable d’acheter sa résidence principale plutôt que de continuer à la louer ? Compte tenu de l’augmentation du coût des loyers et de la baisse des taux des prêts immobiliers depuis plusieurs années, il est vrai que la question mérite de s’y attarder. (…) Sur l’aspect professionnel, il faut savoir qu’en moyenne, en France, en 2020, il fallait compter près de trois ans et demi pour rentabiliser l’achat de sa résidence principale, avec de très fortes variations en fonction des régions: moins d’un an à Perpignan contre dix-huit années à Lyon intra-muros !

⊕ Le Figaro / Quand les instituteurs rêvent de littoral

Accentuée par la crise sanitaire, l’envie d’exode se matérialise par de nombreuses demandes de mutation. La tendance n’est pas nouvelle, mais elle s’est accentuée. À peine les jeunes professeurs des écoles ont-ils réussi le concours en Île-de-France qu’ils demandent à changer d’académie. À peine ont-il emménagé à Créteil qu’ils rêvent de littoral. Selon les statistiques du ministère de l’Éducation nationale, il y avait, en 2020, 56 fois plus de demandes de sortie du département de Seine-Saint-Denis que d’entrées…

À l’inverse, dans les Hautes-Alpes, on comptabilise 76 fois plus de candidats à l’installation qu’au départ. Vice-président du Syndicat national des écoles (SNE), Pierre Favre raconte une anecdote éclairante : « Je me suis trouvé saisi par une jeune collègue qui venait de réussir le concours dans le 93 , indique-t-il. Elle voulait savoir comment retourner tout de suite dans les Pyrénées-Orientales. Son mail était truffé de fautes d’orthographe ! Je lui ai répondu qu’elle aurait plus vite fait de démissionner et de se présenter directement dans sa région natale… » 

♦ Les pépites des Pyrénées-Orientales

⊕ La Croix / Face au mont Canigou, une chambre de cire creusée

L’artiste allemand Wolfgang Laib a fait creuser une cavité au Roc del Maure, qu’il a enduite de cire. Un ermitage odorant, dont le promeneur ressort le regard lavé sur un sublime panorama des Pyrénées. La route en lacets monte depuis la vallée de la Têt, de plus en plus étroite. Soudain, sur un plateau herbeux apparaît le prieuré de Marcevol, avec son mur-clocher roman orné d’un portail et d’une baie de marbre rose.

https://twitter.com/LaCroix/status/1420746706358923264

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances