Tobias Hansen – Rencontre avec un poète itinérant à Perpignan

Quel plaisir, au détour dimanche pluvieux de croiser Tobias, ce jeune allemand de 19 ans qui a choisi de « provoquer un sourire » parmi les passants du jardin du Palais des Congrès, en leur proposant un poème. « Ce sourire, est l’expression de surprise, d’étonnement ou de plaisir, quoi qu’il soit, ils ont souri une fois dans la journée ce qui est une belle chose ! » dit-il. Itinéraire d’un « enfant » gâté … par le talent.


Un moment de légèreté et de partage autour des mots
Tobias, qui vient de passer l’équivalent du baccalauréat en Allemagne, a décidé de faire une année de césure. Une année durant laquelle il parcourt l’Europe. Il a choisi de poser ses valises à Perpignan car il souhaitait se trouver au « milieu des deux langues », la catalane et la française.

A l’origine, une idée de Nuno de la Rua au Portugal
L’idée de donner des poésies dans la rue lui est venue lors d’un séjour au Portugal après une rencontre avec Nuno de la Rua, qui écrivait en 2016 « Poésia Clandestina ».

Après son séjour à Perpignan, Tobias Hansen souhaite poursuivre son étude à travers l’Europe avec la découverte de l’Italie. Avec son nouveau bagage littéraire et l’enrichissement des rencontres fortuites, il pense démarrer des études européennes proposées par l’Université de Passau, en Allemagne. Ces études comprennent l’approfondissement de plusieurs langues, ainsi que les études d’une science socio-politique et de l’économie ou de l’informatique.

Ci-dessous un des poèmes de Tobias, intitulé « Qu’une impression ». N’hésitez pas à lire ses poèmes, un échange de mots, à défaut de donner le sourire enrichi l’esprit.

La ville est pleine.

Pleine de gens.

Pleine de coiffeurs, de libraires et de restos indiens.

Pleine d’étudiants, de touristes et de geekstores.

Des foules affluent dans la ville que je ne me rappelle pas.

Je l’ai vue et pourtant, je ne l’ai pas vue.

Je croyais la connaître, mais je m’y suis terriblement trompé.

Elle est plus vive, plus peuplée que j’aie pensé.

Cette illusion défaite apporte du charme, un charme fascinant de l’inconnu.

Je me retrouve à l’improviste dans une grande ville au bord d’une rivière artistique que j’ai envie de redécouvrir.

Poésie de la Rue
Perpignan, 2017
Tobias Hansen

tempus sit Aenean venenatis lectus elementum elit. felis libero. dapibus ut Nullam