« UNITÉ et SANG FROID » 

Ce sont les mots du Président François Hollande qu’a utilisés Josiane Chevalier, Préfet des Pyrénées-Orientales, pour résumer l’état d’esprit actuel suite aux attentats parisiens qui ont fait 129 victimes, et plus 352 blessés, bilan provisoire.

La Préfète a tenu un état major élargi en début d’après-midi, elle y a associé, la Présidente du Conseil Départemental , le Maire de la de Ville de Perpignan, l’association des Maires, le Président de l’ Université de Perpignan Via Domitia et l’inspecteur d’académie.

Le message est clair et partagé par tous
« Il ne faut pas céder à la menace, on ne cède pas aux terroristes, on ne cède pas à la psychose» la circulaire reçue de Bernard Cazeneuve est claire, pas de mesures d’interdictions générales ! « Aucune manifestation n’est annulée » et la préfète n’en fait pas la demande « Il s’agit d’assurer la sécurité par des mesures et des moyens humains supplémentaires ».

Le copartage de sécurité
Les autorités insistent sur cette notion, «Chacun doit se sentir responsable de sa propre sécurité, car c’est désormais la société civile qui est visée sans distinction de fonction ou de lieu !, Chacun doit être vigilant »

Concrètement
– Annulation de tout voyage scolaire à l’étranger (voyage du lycée de Canet annulé)

– Accroissement de la vigilance notamment dans les grandes surfaces avec une fouille systématique des sacs

– Contrôle des cartes professionnelles ou d’étudiants à l’entrée du campus de l’université

– Les rassemblements en solidarité envers les victimes sont à éviter afin de permettre aux forces de l’ordre de se concentrer sur leur mission première.

Contrôle à la frontière
Contrairement aux contrôles systématique instaurés le 14 novembre à la frontière du Perthus, entrainant de nombreux ralentissements, le contrôle redevient aléatoire mais dans les deux sens (France-Espagne, Espagne-France). Les contrôles seront à nouveau systématiques et dans les deux sens 4 jours avant et 4 jours après la COP21 (Conférence sur le climat qui devrait accueillir plus de 130 chefs d’État à Paris).

Le procureur Achille Kiriakides et le commissaire Yannick Janas ont insisté sur la mobilisation générale de tous les effectifs et de tous les services de l’État et de la justice. La volonté est d’être le plus PRESENTS et le plus VISIBLES sur le terrain, pour rassurer et sécuriser la population.

L’État d’urgence instauré en France depuis vendredi est un état d’exception basé sur l’article 55 de 1955. Il s’agit de conférer aux autorités des pouvoirs exceptionnels, d’enquête ou de sécurité. Il peut durer 12 jours mais déjà Manuel Valls parle d’augmenter sa durée afin de faciliter les moyens d’enquête et de maintenir un état de vigilance accru sur le territoire national.

 

Crédit photo @prefet des PO

ada9834f05f8c2fcb994a4d65e6007f855