Vents du monde sur le Bocal du Tech au Festival Sirocco

Pour son édition 2019, le festival Sirocco fait peau neuve. Tout d’abord au niveau du calendrier, en basculant sur la saison estivale, et en passant donc de septembre à juillet (du 19 au 21). Ensuite, de lieu en posant ses instruments au Bocal du Tech, site qui accueillait tout récemment la Fête du Travailleur Catalan. Et enfin, de format passant en entrées payantes pour une nouvelle programmation. L’ADN restant à priori intact, celui d’un festival des musiques du monde fidèle à ses valeurs de partage et de métissage”.

♦ Toure Kunda et Max Roméo, têtes d’affiche 2019

Le Festival Sirocco, son directeur artistique Saïd Bekhti l’évoque avec passion. “En 19 ans d’existence, le Festival Sirocco est devenu un événement incontournable dans le paysage culturel des Pyrénées-Orientales. Offrant un plateau artistique où les rythmes du Monde se croisent, se confrontent et s’harmonisent. Où des créations originales conjuguent tradition et modernité en semant des graines multicolores. Où la fusion des genres et des styles est au service d’un art métissé. Chaque année depuis presque deux décennies, Sirocco invite à un parcours initiatique où les pas de la danse, les voix et la transe oeuvrent pour la Liberté…”

“Pour cette 19e édition, Sirocco invite des artistes de renommée qui ont marqué la scène internationale, tels Max Roméo, étoile et pilier du Reggae Jamaïcain. Et Toure Kunda, le groupe qui a si bien su ouvrir, moderniser et faire voyager la Musique Africaine à travers le monde.”

Les tempes grisonnantes de Max Roméo… Celles d’un reggae Root’s distillé depuis 50 ans avec des chansons telles que “War Inna Babylon” ou “Chase the Devil”. Des titres repris par des artistes internationaux tels que Jay-Z ou Prodigy. À 74 ans, l’interprète jamaïcain vient tout juste de sortir un nouvel album intitulé “Words from the brave”. Un nouvel opus initié par les musiciens (Roots Heritage) de sa précédente tournée en 2016. Des compositions sur lesquelles Max Roméo viendra poser ses paroles et bien sûr sa voix grave.

♦ Pour découvrir Max Roméo

♦ Des voix féminines qui transportent

Elles viennent de Gambie, de La Réunion et de Roumanie. Elles s’appellent Son Jobarteh, Morgane Ji, et Rona Hartner. Toutes les trois sont les hôtes privilégiés du Bocal du Tech pour ce week-end World Music. Armées de leur instrument ou simplement avec leur voix, elles transmettent les émotions du passé et du présent de leur région natale. Des nations dont elles sont aussi le futur. Mais, là encore, c’est Saïd Bekhti qui en parle le mieux.

“Une fois de plus, Sirocco fait honneur aux artistes féminines, notamment avec la présence de Sona Jobarteh, à la musicalité élégante, douce et complexe, l’une des premières femmes à bousculer les traditions ancestrales en jouant de la Kora (instrument joué traditionnellement par les griots). Et pour continuer dans la transgression, l’inclassable Morgane Ji au tempérament volcanique, avec une esthétique aussi mystérieuse que ses origines multiples. Sa voix chamanique nous rappelle étrangement les souffrances endurées pendant l’esclavage.”

Viendront compléter la programmation de nombreux talents dont certains évoluent dans l’univers musical perpignanais. Tel N3rdistan qui s’est produit sur la scène Mer des Déferlantes en 2017, et dont certains ont pu apprécier la prose en piano-voix à la Casa Musicale. Ainsi que Jones et Sebah, l’un des coups de cœur des programmateurs du Festival Sirocco.

♦ Les routes de l’esclavage

Les festivaliers auront également matière à échange et réflexion. Catherine Coquery-Vidrovitch ayant répondu positivement à l’invitation des organisateurs. “Elle ouvre cette édition avec une conférence-rencontre autour de son ouvrage, et de la série documentaire éponyme diffusée sur Arte et France Ô, “Les routes de l’esclavage”. Elle nous permettra, également, aux participants de s’interroger sur les interactions culturelles induites par la colonisation, l’esclavage, et leurs influences entre autres sur la musique”. Une période sombre et douloureuse, encore aujourd’hui sujette à débats et polémiques.

Un échange culturel qui n’est pas pour déplaire à Saïd Bekhti. “En faisant une géo localisation de nos artistes, ça donne : France, Gambie, Jamaïque, Maroc, Sénégal, Roumanie, Colombie, La Réunion… Et un point commun : le métissage. D’où vient cet héritage ?… Pour répondre à cette question, en collaboration avec le CML, nous remonterons le temps. […] Avec une déclinaison axée sur les interactions culturelles et en particulier musicales induites par cette mobilité forcée. Suivra une rencontre inédite entre corde et voix avec Griots Métis (Laye Kouyate & Eric Ragu) qui racontent à travers leur musique, une seule et même histoire : celle de l’Humain…”

♦ Sirocco en Pratique

Toutes les informations pratiques sur l’édition 2019 du Festival Sirocco sur consultables sur le site du festival.

  • Vendredi 19/07 = Grande Scène avec Max Roméo, Sona Jobareth, Mr Leu & The Nyabinghers, Elina Jones & Sebah // Scène Nomade Griots Métis, Catherine Coquery-Vidrovitch
  • Samedi 20/07 = Grande Scène avec Touré Kunda, Morgane Ji, Bekar, Daara Tribes // Scène Nomade Smoja, Linda
  • Dimanche 21/07 = Grande Scène avec Rona Hartner & DJ Tagada, Puerto Candelaria, N3rdistan, Yelé // Scène Nomade Paradaïka, Les Griolos

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

dapibus amet, Donec quis, et, eget Aenean commodo Praesent