Visa pour l’Image – Un ancien ministre de la Culture succède à Jean-Paul Griolet

C’est désormais officiel, Jean-Paul Griolet passe la main de la présidence du Festival International de Photojournalisme après 12 ans de bons et loyaux services. C’est Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture de Jacques Chirac de 2004 à 2007, qui reprend les rênes de l’association. Association qui chapeaute le festival créé en 1989 et invite les photojournalistes du monde entier tous les ans à Perpignan. Jean-François Leroy, fondateur et directeur de Visa Pour l’Image, se réjouit de cette nouvelle présidence et rend hommage à Jean-Paul Griolet.

Une nouvelle étape dans la diffusion et le rayonnement de notre prestigieux festival” selon Jean-Marc Pujol

Le Maire de Perpignan se félicitait de l’élection à l’unanimité de Renaud Donnedieu de Vabres par le conseil d’administration de Visa. Il déclarait sur son blog que “la Ville de Perpignan [allait] franchir une nouvelle étape dans la diffusion et le rayonnement de notre prestigieux festival”. L’ex-ministre avait défendu en 2005 avec vigueur la directive sur les droits voisins* entérinée récemment par le Parlement européen. Il aura entre autres pour mission, selon Jean-Marc Pujol, de poursuivre le développement de Visa pour l’Image au niveau international.

Contacté par téléphone, Jean-François Leroy se “réjouit” de cette arrivée. “Je me réjouis qu’une personnalité de la stature de Renaud Donnedieu de Vabres ait accepté la présidence de Visa. Une personnalité de tout premier plan, initiateur du Louvre Abu Dhabi**, peut apporter au festival une dimension encore plus importante”. Même si, concède-t-il, le festival est déjà bien ancré au niveau international, le réseau de Renaud Donnedieu de Vabres*** peut contribuer à renforcer son image.

Jean-François Leroy a également tenu a rendre un hommage appuyé à Jean-Paul Griolet. Avant d’être président du festival, il était déjà investi dans Visa, quand il était ingénieur à la ville de Perpignan. “Sans lui, je n’aurais rien pu faire”.

♦ Les droits voisins pour les photographes, “un premier pas vers l’ouverture de négociations”

Jean-François Leroy est un ardent défenseur du travail des photojournalistes. Il ne manque jamais une occasion de rappeler la précarité du métier et la fragilité du modèle économique. Des professionnels qui risquent parfois leur vie, à deux pas de chez nous comme à l’autre bout du monde. Et de s’insurger quand les médias font la part belle à une starlette plutôt qu’à un photoreportage. À cette problématique, s’ajoute celle des GAFA qui gonflent leur chiffre d’affaires via des contenus tiers et sans aucune rémunération en retour. La directive votée par le Parlement sur les droits voisins pointe du doigt Google, Facebook et autres Apple, afin de les faire participer à la création de contenu.

Le 26 février dernier, la commission des affaires juridiques européennes a approuvé la réforme sur les droits voisins et notamment, les articles 11 et 13. L’article 11 établit un nouveau droit voisin* sur l’usage numérique des publications de presse au bénéfice des éditeurs et agences. Tandis que l’article 13 vise les plateformes et leur actuel statut “d’hébergeur passif” qui les exonère de responsabilité sur le contenu partagé sur leur outil. Ainsi aujourd’hui ni Google, ni YouTube, ni Facebook ne se sentent responsables du contenu publié par ses utilisateurs. Qui dit non-responsable, dit pas de rémunération en contrepartie du contenu créé par les auteurs et autres organes de presse. Des auteurs qui grâce à leurs publications génèrent le flux qui permet aux GAFA d’accroitre leurs bénéfices.

Nota bene

*Droit Voisin : Selon l’encyclopédie participative Wikipédia, le code de la propriété intellectuelle fonde comme droits-voisins :

  • le droit des artistes-interprètes
  • le droit des producteurs de phonogrammes
  • le droit des producteurs de vidéogrammes
  • le droit des producteurs de bases de données

**Le Louvre Abu Dhabi a été inauguré le 8 novembre 2017.
***Renaud Donnedieu de Vabres est issu des rangs de l’ENA, promotion Voltaire 1980. La même que celle, entre autres, de Dominique de Villepin, François Hollande, Michel Sapin et Ségolène Royal.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

sem, libero elit. ut efficitur. ut accumsan