Zapping de l’actualité des Pyrénées-Orientales | 16 septembre

♦ Focus : Le gouvernement veut doubler la part des marchandises transportées par le rail en France d’ici à 2030 – Quid de Perpignan ?

Le ministre des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé ce lundi 13 septembre 2021 un nouveau plan de soutien au fret ferroviaire de 170 M€ tous les ans jusqu’en 2024 ; et ce à l’occasion de la Semaine de l’innovation, du transport et de la logistique (SITL).

La stratégie nationale comprend 72 mesures et vise le doublement de la part modale du fret ferroviaire d’ici à 2030. Mais ces mesures concernent-elles Perpignan ?

Le document ministériel de présentation cite notamment en préambule les services d’ores et déjà opérationnels dans le cadre des axes actuellement ouverts aux autoroutes ferroviaires. À savoir un service entre le Luxembourg (Bettembourg) et Perpignan (Le Boulou) (avec prolongation jusqu’à Barcelone) ; service mis en exploitation en 2007 pour une distance d’environ 1 050 km. Mais aussi Calais-Mâcon-Perpignan (Le Boulou) sur une distance d’environ 1 500 km ; et en exploitation régulière depuis début 2017.

À court terme, 3 projets prioritaires de nouveaux services d’autoroute ferroviaire sont identifiés et ont fait l’objet d’une annonce par le Premier ministre. « L’axe Perpignan-Rungis a fait l’objet d’un appel à projets spécifique en décembre 2020«  ; les autres projets étant l’axe Calais-Sète et le projet de service Cherbourg-Mouguerre. « L’axe Calais-Sète sera entièrement dédié au montage d’un service d’autoroute ferroviaire, avec un début de service à horizon 2022, tandis que Perpignan-Rungis pourra également concerner d’autres formes de transport ferroviaire (transport combiné ou transport conventionnel par exemple). »

Parmi les investissements dans de nouvelles capacités : le document ministériel cite « la modernisation du réseau existant (ligne ferroviaire vers le tunnel du Mont Cenis) et la réalisation de voies nouvelles ; notamment en doublement des lignes existantes fortement sollicitées. » Sont concernées : la ligne mixte Montpellier-Béziers et nouvelle ligne Béziers-Perpignan et son raccordement à la ligne nouvelle Perpignan-Figueras.

♦ Let’s Clean Up Europe – Journée de sensibilisation et ramassage de déchets dans l’Eurorégion

L’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée coordonne pour la première fois cette année une journée conjointe de ramassage des déchets sur les trois territoires qui la composent : les Iles Baléares, la Catalogne et la Région Occitanie.  Simultanément, sur trois parcs naturels littoraux, des volontaires se mobiliseront le 18 septembre pour une action de nettoyage et de sensibilisation ; action qui permettra aussi de faire remonter les propositions de mesures préventives aux élus concernés de chaque région.
La journée eurorégionale LCUE permettra l’édition d’une vidéo visant à sensibiliser jeunes et moins jeunes aux actions liées à l’environnement.

Samedi 18 septembre au matin se présenteront les personnes volontaires sur les espaces choisis des parcs naturels du Delta de l’Ebre (Catalogne), Reserva natural de s’Albufereta (Iles Baléares) et PNR de la Narbonnaise (Occitanie). Elles seront encadrées par les agences et autorités responsables qui leur fourniront le matériel nécessaire ; sans oublier les explications sur les différents types de déchets à recueillir et classer. Verres, plastiques, canettes, mégots, filets de pêche…

Autant de résidus abandonnés par les usagers de ces espaces, rejetés par la mer ou encore déplacés par le vent.

♦ Rentrée universitaire dans un contexte sanitaire particulier à l’UPVD

Ce jeudi 16 septembre, Yvan Auguet, président de l’Université de Perpignan Via Domitia et président de la Fondation UPVD donnait la traditionnelle conférence de presse de rentrée. En fonction depuis le 1er décembre 2020, il a présenté les actualités de cette rentrée universitaire 2021-2022 ; mais aussi évoqué les projets et perspectives.

Un contexte sanitaire particulier…

Cette rentrée s’est effectuée 100% en présentiel, sans jauge ; pour tous les enseignements sur tous les campus. « Le Pass Sanitaire n’est pas nécessaire pour suivre les enseignements sur les campus de l’Université de Perpignan. Toutefois, il est exigé dans le cadre de manifestations, activités culturelles, sportives ou scientifiques accueillant des personnes extérieures ou lors de moments de convivialité.

L’Université a mis en œuvre plusieurs mesures pour accompagner les étudiants : 
– campagne de vaccination éphémère. L’UPVD de préciser que dans les Pyrénées-Orientales, 80 % des 18-22 ans présentent déjà un schéma vaccinal complet ;
– acquisition de 50 capteurs de C02 ;
– recrutement de 7 étudiants médiateurs de lutte anti-covid ;
– maintien de nombreux dispositifs d’aide et d’accompagnement.

Parmi les nouvelles formations, l’ouverture de 8 BUT (Bachelors Universitaires de Technologie) préparés en 3 ans en IUT. Ils remplacent les DUT et confèrent désormais le grade de licence.

Redonner vie aux campus de l’UPVD… L’Université souhaite créer un nouveau lieu de vie autour de la culture. Jugée « inadaptée », l’actuelle maison de l’étudiant sera transformée en une maison des arts et de la culture.

L’accompagnement du handicap sera aussi une des priorités de cette année

Notamment avec l’intégration du réseau Aspie Friendly qui permettra d’améliorer l’inclusion des étudiants autistes sans déficience intellectuelle au sein de l’établissement ; et de les accompagner vers une insertion sociale et professionnelle. De nouvelles salles de repos pour les étudiants en situation de handicap seront également ouvertes sur les différents campus de l’UPVD.

Les projets immobiliers… Dans le cadre du plan de relance « France Relance » du gouvernement, l’UPVD s’est vue doter de 4.7 millions d’euros pour la rénovation énergétique de ses bâtiments. Côté Campus Mailly, la phase 2 des travaux prévoit une rentrée des 1.200 étudiants de la faculté de droit et de sciences économiques en septembre 2022. La Bibliothèque Universitaire de droit (Bourse du travail) est quant à elle prévue pour le 1er trimestre 2023.

♦ Allocation Adulte Handicapée : l’APF 66 mobilisée pour la déconjugalisation

Dès 10 heures ce 16 septembre, la délégation APF France handicap des Pyrénées-Orientales s’est mobilisée à Perpignan dans la galerie du Centre commercial espace Polygone Nord. À l’occasion de cette journée de mobilisation nationale conjointe avec 20 associations, l’antenne locale a tenu un stand d’information et sensibilisation à la déconjugalisation de l’AAH.

« Le 17 juin dernier, le gouvernement et sa majorité parlementaire ont bloqué le vote sur la déconjugalisation de l’AAH. (…) Ce déni de démocratie inacceptable impacte lourdement la situation des dizaines de milliers de personnes bénéficiaires de l’AAH vivant en couple, qui sont ainsi maintenues dans une situation de dépendance financière vis-à-vis de leur partenaire. »

L’association rappelle : ‘Aujourd’hui, le montant de l’AAH est calculé en fonction des ressources du couple. Ainsi, 270 000 personnes en situation de handicap en couple perçoivent une AAH réduite ou en sont privées.  Les personnes concernées et les associations dénoncent depuis des années cette injustice. L’AAH n’est pas un minimum social comme les autres ; les personnes en situation de handicap doivent conserver leur autonomie financière lorsqu’elles ne peuvent pas travailler ».

L’association reproche au gouvernement d’avoir modifié la proposition de loi ; « substituant à l’individualisation une mesure alternative d’augmentation du plafond de ressources ». Mais aussi le 17 juin dernier « un vote bloqué sur l’ensemble du texte« .

♦ En chiffres – Les dépenses de santé en France en 2020

Les effets de la crise sanitaire limitent à 0,4 % la hausse des dépenses de santé en 2020. Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), cette hausse pour l’année passée est de 0,4% ; après +2,0% en 2019 et +1,5% en 2018. Il s’agit de la plus faible progression observée depuis 1950 ; première année disponible des comptes de la santé.

La consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) s’élève à 209,2 milliards d’euros en 2020 ; soit 9,1 % du PIB. Cette dépense représente ainsi en moyenne 3.109 euros par habitant.
La croissance de la CSBM en 2020 est principalement liée à celle des soins hospitaliers publics, des dépenses des laboratoires d’analyses et des soins infirmiers.

♦ Découverte de traces de feu vieilles de 560 000 ans dans la Caune de l’Arago

Une nouvelle étude vient peut-être de bouleverser les données actuelles sur le feu en France. Ce résultat scientifique « souligne une nouvelle fois l’importance de ce site archéologique dans la connaissance » dixit le communiqué de presse des équipes de Tautavel.

Selon le site du CNRS : « La communauté scientifique estime que les premières traces de la domestication du feu par l’Homme en Europe remontent à – 400 000 ans. Néanmoins, une équipe de recherche a récemment découvert des traces de feu vieilles de 560 000 ans dans la Caune de l’Arago ; reculant de 160 000 ans l’âge des plus anciennes traces déjà connues dans cette grotte des Pyrénées-Orientales ».

Pour mettre au jour ces très anciennes traces de feu, les chercheurs ont appliqué des méthodes de susceptibilité magnétique. Cette méthode pourrait être utilisée dans d’autres sites pour élargir nos connaissances sur l’usage du feu au Paléolithique.

Un éventuel feu extérieur ? Peu probable selon les chercheurs. « L’hypothèse que ces traces de feu seraient dues à des paléoincendies extérieurs doit être considérée ; mais elle impliquerait la conservation, lors du transport dans la grotte, de l’étroite association des minéraux magnétiques et des charbons formés par le feu dans un même niveau et semble donc difficile à retenir. »

♦ Ornithologie – Cigognes et vautour dans les Pyrénées-Orientales

Une semaine bien remplie pour le groupe ornithologique du Roussillon. Dimanche 12 septembre vers 17h00, « deux vols de cigognes blanches sont aperçus au-dessus de Saint-Estève. Au total, les observateurs ont estimé que ces vols étaient composés d’environ 500 oiseaux. » (…) Vers 18h00, une véritable « nuée » de cigognes s’abat sur le Boulou ; et ses environs où elles se posent pour y passer la nuit. Des dizaines d’entre elles se sont posées sur les entrepôts de la gare Fret du Boulou. » Ces oiseaux migrateurs repartirent dès le lendemain en direction du sud.

Une autre (belle) histoire qui finit bien… « Le 18/08 dernier, un jeune vautour fauve s’est retrouvé en fâcheuse posture en mer à Leucate. Il est fréquent, à cette époque de l’année que de jeunes vautours s’éloignent de leur base et errent un moment avant épuisement total. Ils se posent alors où ils peuvent. Alertés, les membres du collectif faune en détresse des P.O., aidés par du personnel du Syndicat Rivages, ont pu récupérer l’oiseau pour le diriger vers un centre de soins et nous venons d’apprendre qu’après avoir été soigné, ce superbe oiseau vient d’être relâché. »

L’association de préciser : Si vous trouvez un animal sauvage en détresse appelez le 07 66 79 23 07 et surtout laissez un message sur le répondeur. Un bénévole vous rappellera dans les meilleurs délais.

♦ Enquête publique : le nouveau PLU d’Argelès-sur-Mer

Il est actuellement procédé à une enquête publique sur le projet de révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de la Ville d’Argelès-sur-Mer ; une consultation du jeudi 9 septembre 2021 à 8h au mardi 12 octobre 2021 à 18h.

En présentiel : Les pièces du dossier d’enquête ainsi qu’un registre d’enquête seront tenus à la disposition du public ; et ce pendant la durée de l’enquête à la mairie d’Argelès-sur-Mer, du lundi au vendredi de 8h à 12h et de 14h à 18h.

Le commissaire enquêteur sera présent à la mairie d’Argelès-sur-Mer pour recevoir les observations écrites ou orales du public. Prochaines dates et heures : le lundi 20 septembre 2021 de 8h à 11h ; le mercredi 6 octobre 2021 de 16h à 19h ; le mardi  12 octobre 2021 de 15h à 18h.

Côté numérique : un accès gratuit au dossier est garanti sur un poste informatique accessible en mairie. Le dossier d’enquête publique sera disponible durant l’enquête publique : https://datacom-argelessurmer.fr/PLU2021. Pour transmettre ses observations et propositions sur le registre dématérialisé : https://www.registre-dematerialise.fr/2574. Les observations peuvent aussi être adressées par courriel : enquete-publique-2574@registre-dematerialise.fr.

Dans un délai de trente jours à compter de la date de clôture de l’enquête, le commissaire-enquêteur transmettra au maire d’Argelès-sur-Mer le dossier de l’enquête accompagné des registres et des pièces annexées ; ainsi que son rapport et ses conclusions motivées. L’ensemble étant consultable en mairie et en ligne pendant un an.

Col de Ouillat Albères frontière France Espagne montagne Escala

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances