fbpx
Etablissement français du sang don du sang et de plaquettes collectif Hello le Sud

Zapping de l’actualité du 23 septembre | Pyrénées-Orientales

LECTURE

Chaque soir, Made In Perpignan propose désormais son format “Zapping” à ceux désireux de balayer l’actualité en un clin d’œil. Du lundi au vendredi, entre 18h et 19h, nous vous compilerons les brèves de la journée ; ainsi que des résumés de nos articles publiés.

♦ Les réserves de sang dans le département au plus bas depuis 10 ans

L’Établissement Français du Sang lance un appel urgent aux donneurs de sang du département. Malgré les appels lancés au mois d’août, les réserves de sang ne remontent pas. Selon l’EFS, “la crise sanitaire désorganise fortement la collecte de sang. Il est nécessaire d’accroître le niveau de stock afin de continuer à répondre aux besoins de tous les patients”.

L’EFS rappelle que la collecte mobile représente 80% des dons ; et en particulier la collecte en entreprise ou sur les campus universitaires. Or depuis le mois de mars, les entreprises et universités n’accueillent presque plus de collectes de sang ; et ce du fait de l’incidence de la Covid-19 (télétravail, cours à distance, protocoles sanitaires, etc.).

L’EFS appelle solennellement à la mobilisation de tous pour faire face à cette situation préoccupante, et invite :

  • Les citoyens à venir donner leur sang dès que possible ; notamment les étudiants privés des collectes mobiles,
  • Les employeurs à faciliter le don de sang de leurs salariés,
  • Les autorités locales à continuer à faciliter l’organisation de collectes mobiles sur les territoires.

⊕ Informations utiles : La maison du don à Perpignan : 55 av. de la Salanque (derrière l’Hôpital).

  • Lundi : 9h15 > 12h15 / 13h15 > 17h45. Du mardi au vendredi : 10h30 > 13h30 / 14h30 > 19h.
  • Venez en bus avec le réseau Sankéo : Ligne 12, arrêt « Don de sang ». Parking gratuit réservé aux donneurs.
  • Pour connaître les lieux et dates des collectes de sang mobiles dans les Pyrénées-Orientales et dans l’Aude, cliquez que le site Don de sang – Trouver Une Collecte

♦ TGV pour Barcelone, la nouvelle offre à 1€ de SNCF

À partir du 15 mars 2021, la SNCF déploie sa marque OuiGo de l’autre côté des Pyrénées. OuiGo desservira les villes de Madrid, Barcelone, Saragosse et Tarragone. Les 10.000 premiers passagers pourront bénéficier de billets à 1€. Lors de cette annonce, le directeur général voyage SNCF, Alain Krakovitch déclarait :

“L’objectif de la SNCF a toujours été de rendre la grande vitesse plus accessible. La qualité du réseau espagnol et la configuration de nos trains s’y prêtent particulièrement. Avec ce nouveau service, nous proposerons jusqu’à 30.000 sièges par jour ; avec un mode de transport écologique, puisqu’il émet 80 fois moins de CO2 que l’avion et 50 fois moins que la voiture”.

La compagne ferroviaire française précise que les réservations de cette nouvelle offre seront très bientôt disponibles en ligne. Au-delà de ces 4 premières villes, l’ambition de OuiGo est de desservir Valence, Cordoue, Séville, Malaga et Alicante.

♦ Covid-19 dans les Pyrénées-Orientales – Les derniers chiffres

  • Selon l’agence régionale de santé au 22 septembre, 18 personnes atteintes du coronavirus sont hospitalisées dont 5 en service de réanimation.
  • L’hôpital dénombre désormais 39 décès depuis le début de l’épidémie ; soit deux personnes supplémentaires depuis le dernier décompte.
  • Le centre hospitalier de Perpignan passe en mode plan banc niveau 1. Le plan blanc permet à l’hôpital Saint-Jean de mobiliser des moyens humains supplémentaires. Pour le moment, l’hôpital n’envisage pas de déprogrammation d’opérations.
  • L’école de Sahorre, la seule pour le moment a avoir été totalement fermée, a rouvert ses portes le 21 septembre.
  • Priorisation du dépistage : les personnes présentant des symptômes et une prescription médicale sont désormais prioritaires ; ainsi que les cas contacts à risque identifiés par l’assurance maladie ou l’ARS. Les professionnels de santé et les personnes identifiées par les autorités sanitaires dans le cadre d’un protocole sanitaire sont également prioritaires.
  • Délais des tests et des résultats raccourcis à 48h pour les personnes prioritaires.
  • Le 19 septembre, le département comptait 33 cas positifs testés sur 653 tests pratiqués sur cette journée. Au national, se sont 3.587 cas positifs qui ont été révélés.
  • La Préfecture interdit désormais “les rassemblements festifs étudiants de plus de 10 personnes dans l’espace public, les établissements recevant du public (ERP) et les campings du département des Pyrénées-Orientales”.
  • Par arrêté préfectoral, “la fête foraine” prévue à Bourg Madame du 10 au 12 octobre (foire camelot, brocante, repas…) et la “fête américaine” prévue à Villefranche-de-Conflent le 18 octobre sont annulées.

♦ Génération Écologie interpelle les députés et sénateurs des Pyrénées-Orientales sur le projet de loi dérogeant l’interdiction de l’usage des insecticides néonicotinoïdes

Présenté ce 23 septembre devant les députés, ce projet de loi a pour objectif de permettre l’usage de ces insecticides, particulièrement nocifs pour les abeilles, sous certaines conditions. Pour le parti Génération Écologie, “cette initiative du gouvernement qui relaie les demandes du lobby des industries du sucre est une faute politique et un scandale sanitaire”.

Les membres de Générations Écologie 66 interpellent les 4 députés des Pyrénées-Orientales, dont 3 En Marche et une Rassemblement National, sur le sujet ; un courrier également adressé aux deux sénateurs du parti Les Républicains.

Cette lettre ouverte dénonce “une faute politique“. Pour le parti de gauche écologiste, il s’agit “d’un très mauvais signal envoyé à la population qui ne pourra que constater une fois de plus, que la parole des politiques n’est pas fiable”. Le référent départemental Eric Vernis ne manque pas de rappeler “que l’actuelle ministre de la transition écologique avait promis en son temps, que l’on ne reviendrait jamais sur l’interdiction de ces pesticides”.

Le cosignataire du courrier, Daniel Boubel, représentant l’union apicole du Roussillon, il s’agit “d’un scandale sanitaire car la réintroduction de ces pesticides porte un coup terrible à la population déjà très fragilisée des abeilles et des autres pollinisateurs mais aussi de toute la biodiversité y compris l’humain”.

♦ Agenda du soir : 24 et 25 septembre – Perpignan – La Vie de Galilée – Théâtre de l’Archipel

Philippe Torreton retrouve la scène du Grenat avec un de ces grands rôles du répertoire qu’il porte magnifiquement. Après le héros détestable de La résistible ascension d’Arturo Ui, il interprète un autre personnage de Bertolt Brecht : Galilée.

Dans une mise en scène enlevée de Claudia Stavisky, le comédien incarne avec passion et sincérité la complexité de l’astronome italien confronté à la religion, à la politique et à ses responsabilités d’homme.

♦ Notre article du jour résumé en 60 secondes

Opération coup de poing dans le quartier du Champ de Mars de Perpignan

Les choses s’accélèrent dans la lutte contre l’insécurité ; et notamment contre les trafics de stupéfiants. Le 23 septembre, c’est avec surprise que les habitants de cette cité sensible ont vu débarquer en nombre les forces de l’ordre.

Bilan provisoire de l’opération “commando” au Champ de Mars

Le Procureur annonçait un bilan provisoire avant même la fin de l’opération. “Nous avons pu dresser 3 amendes forfaitaires délictuelles, et il y a deux interpellations en cours”. Généralisée depuis le 1er septembre, l’amende forfaitaire délictuelle sanctionne de 200€ l’usage de stupéfiants. Deux épiceries ont également dû être fermées, pour non-respect de la législation ; notamment en matière d’hygiène.

“Je ne travaille pas sur la voyoucratie, mais contre des phénomènes délictuels”

Questionné à propos des récentes déclarations du maire Rassemblement National de Perpignan, le Procureur déclare : “Vous savez, nous n’avons pas attendu ces faits pour mettre en place des opérations”. Il s’agit d’un travail sur du long terme. L’objectif est “d’assécher l’économie souterraine.

Le procureur de Perpignan signataire de la tribune dans le journal Le Monde

Jean-David Cavaillé et 15 autres procureurs entendent contribuer au débat démocratique qui enfle sur la montée de l’insécurité. Pour les procureurs, “l’action de la justice pénale ne saurait échapper à un juste regard critique de celles et ceux au nom de qui elle est rendue”.
Les magistrats en appellent à sortir de l’opposition “stérile” entre laxisme et “tout carcéral”. Pour contredire le lieu commun d’une justice laxiste, les procureurs rappellent qu’avant le confinement, la France comptait un nombre historiquement élevé de détenus.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances