16/06/2020, Perpignan, France, Manifestation soignants hôpital public et privé © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Zapping de l’actualité du 8 septembre | Pyrénées-Orientales

LECTURE

Chaque soir, Made In Perpignan propose désormais son format “Zapping” à ceux désireux de balayer l’actualité en un clin d’œil. Du lundi au vendredi, entre 18h et 19h, nous vous compilerons les brèves de la journée ; ainsi que des résumés de nos articles publiés.

♦ Covid-19 – Ouverture d’une plateforme pour mobiliser les professionnels de santé 

Alors que notre département est depuis ce 8 septembre en zone rouge, l’Agence Régionale de Santé anticipe les besoins en professionnels de santé. En effet, le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de Perpignan dénombrait 50 nouveaux cas positifs révélés par jour.

Afin d’anticiper une accélération des cas symptomatiques voire graves, l’ARS fait appel aux professionnels de santé.

“Vous êtes médecin, infirmier(e), aide-soignant(e) ou encore éducateur spécialisé, aide-médico-psychologique ou psychologue…, les établissements d’Occitanie ont besoin de vous ! Inscrivez-vous dès aujourd’hui sur le site”.

La situation épidémique actuelle “nécessite encore une grande prudence et implique de se préparer à faire face à une éventuelle seconde vague”. Les besoins en renfort sont importants“notamment dans les structures médico-sociales”.

L’ARS précise que l’appel à la mobilisation “concerne autant les étudiants, professionnels actifs et retraités des secteurs de la santé et du médico-social. Les profils les plus recherchés sont des médecins, des infirmier(e)s, aides-soignant(e)s, éducateurs spécialisés et psychologues ou aides médico-psychologiques”. Les volontaires sont invités à remplir un formulaire en ligne en indiquant leur profil et leurs disponibilités.

♦ Le match de l’USAP limité à 6.500 spectateurs 

C’était l’une des interrogations depuis le passage du département des Pyrénées-Orientales en zone rouge. L’USAP devra limiter le nombre de ses aficionados à 6.500 après avoir bénéficié d’une dérogation. Un chiffre malgré tout supérieur aux 5.000 personnes autorisées au niveau national.

Pour rappel, cette disposition est entre les mains du Préfet qui évalue la situation au cas par cas ; et notamment au regard du comportement des supporters de l’USAP lors des précédentes rencontres.

Le match prévu ce samedi 12 septembre contre le Stade Montois pourra donc accueillir jusqu’à 6.500 personnes dans un strict respect des mesures sanitaires imposées.

♦ Deux nouveaux établissements des Pyrénées-Orientales obtiennent le label qualité Ad’Occ

Quel est l’objectif du label “Qualité Tourisme Occitanie Sud de France” ? Pour l’agence régionale de développement économique Ad’Occ, “il s’agit d’aider les établissements touristiques de la Région à développer et à optimiser la qualité de l’accueil et les prestations proposées aux touristes”.

Aujourd’hui, les entreprises appartenant aux 11 filières touristiques (hébergement, restauration, activités de loisirs) peuvent s’engager dans cette démarche. Au total, 1.264 professionnels ont franchi le cap de la certification qualité ; dont 202 dans les Pyrénées-Orientales.

Ad’Occ annonce 13 nouveaux labellisés dans l’Ariège, l’Aveyron, l’Aude, le Lot, l’Hérault, le Tarn et les Pyrénées-Orientales. Dans les Pyrénées-Orientales, les deux nouveaux entrants sont : La chambre d’hôtel La Tour du Terroir à Rivesaltes et Archipel Plongée à Argelès-sur-Mer.

Selon Ad’Occ, les effets du label sont :

  • Pour les clients : 4 fois moins de risque d’une mauvaise expérience dans un lieu de visite labellisé.
  • Sur Tripadvisor, la note moyenne d’un labellisé est de 8,2/10 contre 7,8 pour un non-labellisé.
  • 78,9% des adhérents à Qualité Tourisme Occitanie Sud de France se déclarent satisfaits d’être labellisés.

♦ L’université de Perpignan partenaire de Saint-Charles via le SNIFL*

Ce partenariat a notamment pour but de favoriser la formation et l’employabilité des jeunes ; et ce par l’instauration de liens durables et la coopération entre l’université et ses composantes telles que l’IAE ou IUT.

Signée le 10 septembre, cette convention “permettra aux étudiants et jeunes diplômés de l’UPVD de découvrir l’étendue et la richesse des métiers présents sur Saint-Charles International ; tout comme les perspectives d’évolution et d’avenir offertes par ces derniers et contribuer à l’ouverture de l’enseignement supérieur aux enjeux des filières fruits et légumes, transport et logistique”.

*Le SNILF Syndicat National des Importateurs/Exportateurs de Fruits et Légumes (SNIFL) de Saint Charles International compte 74 entreprises.

♦ Plan de relance – 20 millions destinés à aider les associations de protection animale

L’association Ethics for Animals vient de l’annoncer : “Victoire ! 20 millions d’euros pour sauver les associations de protection animale”. Selon le directeur de l’association, cette annonce a lieu suite à une rencontre fin août avec le ministre de l’Agriculture.

«Notre enquête auprès d’un échantillon représentatif de 135 associations et refuges a permis de démontrer que 57 % de ces organismes risquaient de fermer à court ou moyen terme s’ils n’étaient pas aidés. Nous avons encore beaucoup de travail, mais nous sommes heureux de voir que le ministre de l’Agriculture a entendu la voix des refuges indépendants et des associations de protection animale, ce qui n’avait jamais été fait auparavant. »

♦ Chantier participatif à la réserve de Py au col de Mantet

Le syndicat mixte du Canigò Grand site propose d’aider le groupement pastoral de la Rotjà à débroussailler la réserve de Py.

“Le syndicat mixte Canigó Grand Site vous propose d’apprendre, de vous distraire, de donner un coup de main, de découvrir toujours mieux la montagne sacrée des Catalans, en la respectant et en observant strictement les gestes barrières contre le virus : apportez votre masque, nous fournissons le gel hydroalcoolique”.

Le 18 septembre à 8h30 ; inscription obligatoire sur le formulaire en cliquant sur le site CanigouGrandSite.

♦ Agenda du soir – Jean Fabre expose jusqu’au 8 octobre à Argelès-sur-Mer

L’exposition de rentrée de la galerie Marianne est consacrée à Jean Fabre, invité d’honneur de la Ville d’Argelès-sur-Mer.

Une œuvre dense, riche du parcours éclectique de cet ancien professeur d’arts plastiques, qui n’avait jamais exposé en dépit de ses 90 ans de vie. Jean Fabre est un peintre professeur, ces deux volets sont indissociables chez l’artiste, parti à Paris à l’âge de 25 ans, après une enfance catalane et des premières ébauches de portraits qui ont révélé un don. 

Nous sommes en 1945. Pendant sept ans, il fréquente les ateliers où l’on enseigne l’art académique à la manière du XIXe, avec modèles, conseils de maîtres et… un accès permanent au musée du Louvre ! « J’y allais lorsque c’était fermé, c’était idéal pour apprécier les détails des œuvres ». Il pose souvent son chevalet dans une salle, pour reproduire une œuvre… un privilège. « J’ai appris toutes les techniques, mais je ne voulais pas être artiste » confie celui qui préférera l’enseignement et formera des générations de professeurs d’arts plastiques, à Perpignan, de 1960 à 1990.

♦ Notre article du jour résumé en 60 secondes

Covid-19 | Qui sont les anti-masques en France ?

Omniprésents sur la toile, quel est le profil sociologique des anti-masques ? Pourquoi, dès l’apparition d’une publication sur les réseaux sociaux, se précipitent-ils pour crier à la «mascarade», au grand complot des laboratoires ou du gouvernement ? Certains n’hésitent pas à comparer le masque à l’étoile jaune imposée aux juifs par le régime nazi.

⊕ 63% des personnes seraient favorables à l’obligation du port du masque en extérieur

Selon un sondage Harris Interactive pour LCI, publié jeudi 20 août, 63% des personnes seraient favorables l’obligation du port du masque en extérieur. Certes, il s’agit d’une majorité ; mais les anti-masques eux sont particulièrement bruyants. Ils manifestent dans les rues ; 30.000 à Berlin, quelques milliers à Québec, entre 2.000 et 3.000 à Madrid. 

⊕ Le masque serait inutile voire dangereux et puis «l’épidémie est terminée»

Les répondants justifient leur opposition au port du masque en le déclarant inutile voire dangereux. Ils citent en exemple un des leaders des Gilets Jaunes, Maxim Nicol, plus connu sous son pseudo Fly Rider. Ce dernier a décrété l’inutilité du masque au prétexte qu’il laisserait passer la fumée de cigarette.

⊕ La défiance vis-à-vis des institutions et le rejet des «élites»

Proposé par Antoine Bristielle à 1.000 anti-masques, le questionnaire de cette enquête met en lumière que le taux de confiance dans l’institution présidentielle est de 6% ; celui dans les partis politiques de 2%. 

⊕ Les anti-masques et les théories complotistes

L’analyse de ces chiffres fait ressortir que 63% des anti-masques présents sur les réseaux sociaux croient à plus de la moitié des thèses complotistes qui leur sont présentées. Les cadres et professions intellectuelles supérieures surreprésentés parmi les anti-masques

Antoine Bristielle précise dans l’enquête publiée par la Fondation Jean-Jaurès : «Selon la littérature scientifique sur le sujet, l’attrait pour les théories conspirationnistes tout comme la forte défiance politique serait avant toute chose le fait d’individus plutôt jeunes et appartenant aux classes populaires. De même les profils masculins y sont a priori surreprésentés».

⊕ Les anti-masques et la bulle informationnelle des réseaux sociaux

La défiance vis-à-vis des élites ou des pouvoirs publics est également présente à l’égard des médias ; souvent accusés d’être «à la solde du pouvoir». Les anti-masques ont donc choisi de faire confiance aux informations diffusées sur les réseaux sociaux ; contre seulement 14% de l’ensemble de la population.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances