Perpignan – Visite de la nouvelle synagogue inaugurée le 20 juin

C’est dans les locaux de l’ancienne école Lavoisier, rue de la cloche d’or, que la communauté israélite de Perpignan a transféré son lieu de culte, avec un tout premier office le 1er juin dernier. Daniel Halimi, président de la communauté juive de Perpignan nous reçoit dans ce nouveau lieu qui se veut ouvert « à tous ceux qui se posent des questions sur la religion juive ». Le 20 juin prochain, la nouvelle synagogue sera inaugurée en présence du grand Rabin de France et de l’homologue national de Daniel Halimi. L’ancienne école Lavoisier a été rebaptisée « Espace Hameïri » en hommage à Menahem Hameïri rabbin catalan du XIIe siècle.

♦ 700 à 800 familles forment la communauté israélite des Pyrénées-Orientales

Daniel Halimi de préciser que cet investissement a été financé uniquement par des fonds privés et locaux. Un coût qui atteint déjà à ce jour 400 000 € dont 230 000 € pour l’acquisition du bâtiment auprès de la mairie de Perpignan. Un prix défini par les services de l’état. Les travaux de réhabilitation et de sécurisation uniquement du rez-de-chaussée s’élèvent à 170 000 €. Mais à terme, ce sont les 2000 M2, dont 600 de cours, qui seront aménagés.

La salle des offices de la synagogue peut accueillir actuellement 90 fidèles. Le projet étant de la transférer dès que possible dans les 500 M2 de l’étage. Aujourd’hui, Daniel Halimi nous confiait que « Les fidèles qui viennent à l’office en famille se sentent plus déjà plus en sécurité de laisser leurs enfants jouer dans la cour ».

Contrairement au projet initial qui prévoyait la synagogue sur l’espace Méditerranée, la nouvelle synagogue ne souffre plus des contraintes liées à une copropriété réticente. Relire notre article à propos de l’acquisition de ce nouveau lieu pour la communauté juive de Perpignan.

♦ Portes ouvertes aux écoles privées et plus encore si possible

En plus, des ouvrages et du mobilier, ce sont aussi beaucoup de projets qui sont dans les cartons du déménagement. Daniel Halimi souhaiterait,  autant que faire ce peu, pouvoir dès les journées du patrimoine ouvrir les portes du lieu au public. Mais aussi aux écoles privées, telles Maintenon avec qui il a déjà travaillé par le passé. Pour les écoles laïques, ce « mélange des genres » pose d’autres questions. Alors que selon Daniel Halimi, il ne s’agit que de culture, d’apprendre à connaître les traditions de ceux que l’on côtoie au quotidien, un moyen de contribuer au vivre ensemble.

♦ Une épicerie fine cashère et un point restauration prévus dans la cour

Dès lors que la salle de prière aura pris place à l’étage de l’école, une épicerie fine cachère pourra investir ces locaux. Dans la cour, Daniel Halimi imagine déjà un espace de restauration également cacher prendre place. Un espace ouvert à tous insiste celui qui achèvera son 4ème et dernier mandat en 2020.

fringilla nec velit, tristique vulputate, Praesent sit