fbpx
Aller au contenu
Soulèvements de la terre 66, la “terre se soulève aussi dans Pyrénées-Orientales-3

Activisme écologique, quand la “terre se soulève » aussi dans Pyrénées-Orientales

Article mis à jour le 11 janvier 2024 à 17:11

Après Extinction rébellion Perpignan et sa banderole en haut du château-d’eau de Cabestany, le comité les Soulèvements de la Terre 66 voit le jour en ce lundi de Pentecôte.

Les militants de ce nouveau collectif ont choisi d’afficher leur combat sur les façades de six mairies des Pyrénées-Orientales. Ce lundi 29 mai, les mairies d’Argelès-sur-mer, Céret, Le Boulou, Maureillas, Saint-Jean-Pla-de-Cort et Villeneuve-de-la-Raho ont découvert sur leur fronton le message «Ici aussi la terre se soulève» écrit en lettre capitales sur un drap blanc. Crédit photo «Soulèvements66».

Quand la terre se soulève se soulève contre les projets «destructeurs»

Via un communiqué adressé aux rédactions des médias locaux, les soulèvements de la terre 66 dénoncent «les projets destructeurs (…). Parmi les plus emblématiques, citons le viaduc à Céret, le golf à Villeneuve de la Raho, l’extension du port et la déchetterie à Argelès, la déviation à Marquixanes, et de nombreux projets de constructions et de lotissements dans le département.»

Contacté par mail, le collectif détaille. «Nous avons ciblé les communes de Villeneuve-de-la-Raho du fait du projet de club de golf. Pour Céret, Maureillas, Le Boulou et Saint-Jean-Pla-de-Cort, c’est en raison du projet de pont (à 61 millions d’euros). Robert Garrabé, maire de Saint-Jean-Pla-de-Cort est à l’origine de ce projet, qui dans sa première version prévoyait un club de golf sur sa commune.» Quant à Argelès-sur-mer, les écologistes entendent rendre «hommage à l’intégralité de l’œuvre de son maire, Antoine Parrat (extension du port, destruction d’un espace boisé classé, bétonisation, etc.)»

Les soulèvements de la terre 66 veulent un «rapport de force citoyen contre les accapareurs de la Terre et de l’Eau»

Les écologistes annoncent vouloir agir par divers moyens, recours, occupation festive ou désobéissance civile. L’objectif des écologistes militants est aussi de «rendre le pouvoir au Vivant et reprendre en main la Terre.» Les soulèvements de la terre 66 se disent «déterminés» et affirment que «le soulèvement est légitime.»

Le communiqué de presse rappelle et met en perspective les chiffres d’artificialisation des sols dans les Pyrénées-Orientales. «Dans notre département, le rythme d’artificialisation est nettement supérieur à la moyenne nationale : l’équivalent de 3,7 % de la surface agricole utile a été artificialisé entre 2011 et 2016, soit l’équivalent de 6 terrains de football par semaine. Ce rythme dépasse celui de la croissance démographique et la part des logements vacants augmente sur la même période.» Parmi les dangers d’une trop grande artificialisation des sols, les militants écologistes citent des paysages transformés ou des îlots de biodiversité détruits.

Un collectif en soutien de plusieurs associations écologistes des Pyrénées-Orientales

Même si les membres des Soulèvements de la Terre 66 souhaitent, pour le moment, conserver l’anonymat, ils déclarent vouloir soutenir des collectifs qui agissent déjà sur les Pyrénées-Orientales. Parmi eux,  «Codal’Terre», Extinction rebellion, ou le réseau «Viure». Des actions sont prévues et viendront en soutien des associations actives «pour protéger les terres de l’artificialisation, de projets polluants et destructeurs des espaces naturels et asséchant la ressource en eau.»

Fondés depuis janvier 2021, les militants des soulèvements de la terre se sont plus largement fait connaître par leur combat contre les méga-bassines. Les affrontements violents contre la construction d’une méga-bassine à Sainte Soline avaient provoqué l’ire du ministre de l’Intérieur. Gérald Darmanin avait déclaré vouloir lancer une procédure de dissolution cette association de fait. Plus de deux mois plus tard, la procédure en est toujours au stade de la déclaration.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Maïté Torres