fbpx
Aller au contenu

Noyades en France : Quel bilan pour l’été 2023 ?

STAGE-MAITRES-NAGEURS-SAUVETEURS-ARGELES

À la veille de la saison estivale, Santé publique France a publié le bilan des noyades survenues durant l’été 2023. Plus de 1300 noyades ont été recensées entre le 1er juin et le 30 septembre de l’année dernière. Qui sont les victimes ? Où ont eu lieu ces noyades accidentelles ? Quelles régions de France sont les plus touchées ?

Un tiers des noyades a entraîné un décès

Sur les 1 336 noyades enregistrées au cours de l’été 2023, 361 se sont soldées par un décès soit 27%. Une proportion légèrement en hausse par rapport à 2021, où elle était de 24%. Ces chiffres montrent que le risque de noyades reste élevé, touchant tous les âges et tous les lieux. Ils confirment ainsi l’importance de continuer la prévention.

« Le nombre quotidien de noyades a varié en fonction des périodes de vacances, des jours de la semaine et des épisodes de fortes chaleurs », explique un porte-parole de Santé publique France. En effet, bien que l’été 2023 ait été l’un des plus chauds, il a aussi été marqué par des épisodes orageux et pluvieux, rendant les conditions de baignade parfois difficiles.

Trois pics de noyades au cours de l’été

Trois pics de noyades ont été observés : les week-ends du 8-9 juillet, du 15-16 juillet et du 19-20 août. Des dates qui correspondent aux vagues de fortes chaleurs. « Les deux pics de noyades en juillet coïncident avec des périodes de vigilance orange canicule », souligne le rapport, tandis que celui d’août correspond à un épisode tardif de fortes chaleurs.

Durant la première quinzaine de juillet et la seconde d’août, le nombre total de noyades a été plus élevé en 2023 qu’en 2021, probablement en raison de conditions climatiques plus favorables à la baignade. En revanche, la seconde quinzaine de juillet et la première d’août ont vu un nombre de noyades inférieur à celui de 2021.

Les adultes plus concernés par les noyades que les enfants

Les adultes représentent la majorité des victimes de noyades, avec 55% des cas et 44% des décès en 2023. Les moins de 6 ans ne représentaient que 30% des noyades et 3% des décès, signifiant que 9 noyades sur 10 concernaient des adultes.

La mer, le lieu le plus risqué

La mer est le lieu où le nombre de noyades suivies de décès est le plus important, avec 45% des décès. Suivent les cours d’eau (23%), les piscines privées (15%) et les plans d’eau (14%).

« La moitié des décès par noyade chez les adultes a lieu en mer », précise le rapport, alors qu’un tiers des décès chez les mineurs survient en piscine privée.

En 2023, 66% des noyades et 56% des décès sont survenus dans cinq régions : Provence-Alpes-Côte d’Azur, Occitanie, Nouvelle-Aquitaine, Auvergne-Rhône-Alpes et Bretagne. Les quatre régions du sud et côtières concentrent 60% des piscines privées familiales françaises ainsi qu’un nombre important de cours d’eau et de plans d’eau.

Toutefois, la proportion de noyades suivies de décès en mer a été plus importante dans les régions côtières du nord-ouest (Bretagne, Normandie, Hauts-de-France) et en Outre-mer, avec respectivement 71 et 82% de décès par rapport aux autres régions.

À noter, trois décès en lien avec les baïnes et les courants ont été recensés entre le 1er juin et le 30 septembre 2023. Ce chiffre est probablement sous-estimé, car en 2021, 10% des décès avaient été associés aux baïnes et aux courants.

Lancement de la surveillance pour l’année 2024

Le dispositif de surveillance des noyades en France a évolué en 2023 et est reconduit pour l’année 2024. Il se base désormais sur les noyades accidentelles recensées à partir des passages aux urgences pour noyades et des noyades suivies de décès sur le lieu de noyade en France et Outre-mer, du 1er juin au 30 septembre.

Pour limiter le risque de noyades, il est important d’adopter les bons gestes, aussi bien pour les enfants que les adultes. Des conseils de prévention rappelés à la fin du bilan de Santé publique France.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Pauline Garnier