Cap d’Ona à Céret | Un projet d’envergure pour le brasseur du cru

FRANCE - POLITICS - ECONOMY - HOUSING MINISTER - EMMANUELLE WARGON - FRANCE RECOVERY PLAN

Emmanuelle Wargon, ministre du logement de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, était ce 20 mai dans les Pyrénées-Orientales pour faire la promotion du plan de relance. Parmi les projets soutenus par cette enveloppe, la réhabilitation de l’ancienne usine de bouchons de Céret. La marque de bière Cap d’Ona, à l’étroit dans ses locaux actuels, avait besoin de plus d’espace pour répondre à la demande de ses clients.

Parmi les nombreuses friches industrielles du département, c’est l’ancienne usine de bouchons, historiquement utilisée pour la fabrication de liens pour les papiers à cigarette Job, qui accueillera la bière catalane. Budget total de l’opération ? Près de 4M€ pour réhabiliter 5.400m2 et créer toute une filière de production de bière catalane. Photos © Idhir Baha.

♦ Après les lacets et les bouchons, la meilleure bière du monde sortira de l’usine Sainte-Marguerite

À l’origine de Cap d’Ona en 1998, il y a le maître brasseur Gregor Engler et Elodie Pujol Engler. Aujourd’hui, l’entreprise est dans l’obligation de refuser des ventes, notamment à l’étranger, par manque d’espace dans son usine d’Argelès-sur-Mer. Le couple s’est donc mis en recherche d’un nouvel espace où faire pousser sa « bière haute couture ». Mais le projet doit également répondre aux valeurs éco responsables du couple. « Nous voulions évoluer sans polluer ».

L’objectif du brasseur est de passer de 700.000 bouteilles produites par an à 2 millions ; de 15 employés à 50 à horizon 2023. Mais aussi de nouer des partenariats agricoles sur site avec des producteurs de matière première pour la bière (céréales, fruits…). Le site Sainte-Marguerite composé de friches agricoles et industrielles est le bon format pour permettre la réalisation du projet de Cap d’Ona.

Ce sont les élus de Céret et de la communauté de communes du Vallespir qui sont allés démarcher l’entreprise Cap d’Ona. « Elle possède de réelles valeurs éco-responsables et d’ultraqualité largement partagées par les élus : 100% matières bio et la majorité de fournisseurs sont locaux ».

♦ « Ne pas construire, ne pas artificialiser les sols, utiliser l’existant et valoriser ce patrimoine industriel »

Telle était aussi l’un des mantras du couple entrepreneur. La ministre Emmanuelle Wargon a insisté sur ce point.

« Avec le fonds friches de 650M€, notre volonté est de valoriser le patrimoine industriel vide. Ce projet a l’avantage de créer de la valeur ajoutée sans aucune artificialisation de sol. Il s’agit d’une vraie rencontre, une renaissance entre une friche industrielle et un projet ». 

La ministre du logement également en charge de l’Égalité des territoires et de la Ruralité a rappelé que la restauration avait un coût plus élevé que la construction. « Un surcoût que nous nous devons d’accompagner financièrement. Il s’agit d’une belle implantation industrielle qui crée de l’activité économique et préserve la nature. Le fonds friche est là pour rendre ce genre de projets réalisables ».  L’État, via le plan de relance accompagne le projet Cap d’Ona d’une enveloppe de 635.932€.

FRANCE - POLITICS - ECONOMY - HOUSING MINISTER - EMMANUELLE WARGON - FRANCE RECOVERY PLAN

♦ Le projet Cap d’Ona à Céret en chiffres

  • Coût total du projet 4M€.
  • Financé via un crédit bancaire contracté par Cap d’Ona ; mais aussi via un crédit-bail consenti par la communauté de communes. C’est ce montage financier qui a fait la différence entre le projet de Céret et un projet proposé par Perpignan.
  • Parmi les soutiens institutionnels, La Région, la Communauté de communes du Vallespir et l’État.
  • 5.400m2 de surface bâtie, sur une parcelle totale de 21.500m2.
  • Auxquels s’ajoutent 2ha de friches en limite de propriété.
  • 50 emplois dont 35 créations.
  • 2 millions de bouteilles fabriquées.
  • Une filière de bière, spiritueux et sodas 100% bio.
  • Chiffre d’affaires prévisionnel 1.550.000€.

// Sur le même thème :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances