La ministre de la Mer plongée dans l’écosystème marin et scientifique des Pyrénées-Orientales

06/05/2021, Banyuls-sur-Mer, France, ministre Annick Girardin visite Biodiversarium Plastic Sea © Arnaud Le Vu / MiP

Ces 6 et 7 mai, la ministre Annick Girardin est en déplacement dans les Pyrénées-Orientales à la découverte des richesses maritimes du département. Ce jeudi, sa visite officielle a débuté par le biodiversarium et le laboratoire Arago de Banyuls-sur-Mer. Annick Girardin a notamment rencontré Plastic Sea (startup hébergée à l’observatoire Arago) et Philippe Kerhervé, enseignant-chercheur à l’université de Perpignan en charge de Redplast 66 ; un programme de réduction des déchets plastiques sur le littoral.

♦ Apprendre à connaître les ressources marines

La ministre de la Mer Annick Girardin a indiqué que ces infrastructures étaient primordiales afin de connaître un peu mieux nos ressources marines ; précisant que seulement 7% de ces ressources étaient connues à ce jour. La ministre a notamment rencontré Karine Planques, responsable de la plateforme Biodiversité et Biotechnologies marines « Bio2Mar ». “Ici, nous offrons une chaîne unique qui part de l’échantillon à la caractérisation de la molécule. Nous travaillons à la valorisation chimique de la biodiversité marine. Nous étudions également les différents polluants et les moyens de les traiter”.

La spécialiste de prendre par exemple l’impact sur les coraux de certains produits chimiques contenus dans les protections solaires. “Nous réalisons une étude afin de comprendre le stress des coraux face à ces produits et chercher une alternative ; par exemple les filtres minéraux qui n’endommagent pas les coraux”.

“Notre vocation est d’utiliser ce réservoir marin pour améliorer les conditions de vie et préserver l’environnement” indique Karine Planques. “Nous avons également acquis une expertise dans le ralentissement du biofouling”. Le biofouling est l’encrassement par la formation d’une couche d’êtres vivants sur une surface artificielle en contact fréquent ou permanent avec de l’eau. Pour Annick Girardin, ce type d’écosystème vient alimenter la réflexion qu’elle porte auprès du Président de la République. “Il s’agit de trouver un juste équilibre entre la protection de la biodiversité et le développement. Et la recherche fait évidemment partie de l’équation”.

♦ Haro sur les déchets plastiques

Plastic@Sea veut développer la biodégradabilité des plastiques. Anne Leila Meistertzheim, docteur en biologie marine propose de répondre à la problématique des microplastiques qui polluent les mers. Premier axe de développement : travailler avec des fabricants qui, selon la jeune femme, “sont conscients du problème”. Il s’agit de répondre à leur demande d’amélioration de leurs produits afin de les rendre biodégradables.

La startup travaille également avec les acteurs de l’aquaculture afin de tester leurs huîtres, moules et autres coquillages. Ils pourront ainsi déterminer s’ils sont consommables ; et surtout apporter des préconisations pour améliorer l’environnement des fermes aquacoles.

06/05/2021, Banyuls-sur-Mer, France, ministre Annick Girardin visite Biodiversarium Plastic Sea © Arnaud Le Vu / MiP
06/05/2021, Banyuls-sur-Mer, France, ministre Annick Girardin visite Biodiversarium Plastic Sea © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Redplast 66 – Réduire les déchets plastiques du littoral des Pyrénées-Orientales

Quant à Philippe Kerhervé, il a présenté à la ministre Redplast 66. L’objectif de ce dispositif est de réduire les déchets plastiques sur le littoral via une approche à l’échelle du département des Pyrénées-Orientales. Grâce à Redplast 66, les chercheurs sont parvenus à mesurer la quantité et l’évolution des déchets charriés par la Têt.

En 2015, l’équipe avait constaté 1,2 tonne de déchets. En 2020, 7,5 tonnes ! L’écart est lié en partie aux effets de la tempête Gloria. Mais il est aussi inhérent à nos modes de consommations : hausse des livraisons, des emballages… Parmi le top 10 des déchets collectés, les chercheurs citent la présence des mégots ou des fragments d’emballages. Le dispositif a également vocation à sensibiliser sur la réduction des déchets. Cette sensibilisation passe par des actions auprès des publics scolaires en particulier.

Sur cette thématique de la réduction des déchets, la Ministre a pondéré les ambitions gouvernementales. “Nous souhaitons évidemment une ambition plus forte pour lutter contre la pollution, mais il nous faut accompagner nos voisins sur ce volet”. La Ministre de préciser, qu’il faut échanger avec les pays de la Méditerranée afin que l’ensemble puisse agir en synergie.

// Sur la thème de la biodiversité et du littoral :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances