Le Conseil Municipal Perpignan : querelle de clocher et débat de fond

Avec près d’une heure de débats animés entre le groupe d’opposition Front National et la majorité municipale (voir encadré) le budget a été voté a une majorité des voix. Un budget qui selon Romain Grau, premier adjoint aux finances de Jean-Marc Pujol (Maire de Perpignan) est « un budget qui permet de faire face à l’ambition des perpignanais en terme d’investissement ».


L’investissement dans des équipements structurants :

skate park perpignanL’équipe municipale a choisi d’accentuer la dynamique de rénovation qui a débutée depuis de nombreux mois au parc des sports du Moulin à Vent. Dès le mois de juillet 2016 un skate-park permettant d’accueillir les adeptes du skateboard, du roller ou du BMX prendra la place de l’existant qui n’était constitué que de quelques modules posés sur une dalle en béton. Ce nouvel équipement sera doté, entre autres d’un « bowl » de 691 M2. Coût total de l’investissement 681.000 €.

L’aménagement des berges de la Têt débuteront leur transformation en octobre 2016 pour s’achever en décembre 2017 pour un coût total de 5,5M€.

Des discussions animées qui avaient pour prétexte le vote du budget mais qui ont surtout servi a rappeler les positions de chacun.


Le groupe d’opposition avait déposé un amendement qui proposait de baisser le budget de 2.6M€. Jean-Marc Pujol a taxé cet amendement de « totalement démagogique », a répondu a chacune des lignes budgétaires proposées et rappelé qu’à Béziers, ville de Robert Ménard, apparenté  Front National, les taux de taxe étaient nettement plus élevés qu’à Perpignan.
Alexandre Bolo (conseiller d’opposition de la liste de Louis Aliot) qui avait préparé son dossier sur les actions de Robert Ménard a, durant près de 30 minutes, répondu aux comparaisons du premier magistrat « A Béziers, contrairement à Perpignan Robert Ménard a baissé les indemnités des élus » (voir un article précédent). S’en est suivi un grand capharnaüm autour de débats très éloignés du point à voter. Jérome Florido (conseiller municipal de la majorité) est intervenu pour rappeler que le débat était autour « des besoins des perpignanais ». Anabelle Brunet a avec véhémence rappelé le large temps de parole qui était donné à l’opposition par Monsieur le Maire et que la prise de cette parole était soumise à « certaines règles ! ».romain graubudget perpignan

13567beaf274b5a62ad05d99cbb44173CCCCCCCCCCC