24/08/2020, Perpignan, France, Cérémonie monument aux morts préfet Etienne Stoskopf © Arnaud Le Vu / MiP

Covid-19, insécurité, relance, désenclavement | Les priorités du nouveau Préfet des Pyrénées-Orientales

LECTURE

Après le traditionnel dépôt de gerbe, le nouveau Préfet des Pyrénées-Orientales s’est plié au rituel de la conférence de presse. Originaire de Strasbourg, Étienne Stoskopf prend à Perpignan son premier poste en tant que Préfet ; et arrive dans le département avec plusieurs priorités.

Priorité numéro 1 d’Étienne Stoskopf – La lutte contre l’épidémie du Covid-19 

Comme pour l’État, la lutte contre l’épidémie est l’une des priorités du nouveau Préfet. Vingt nouveaux cas de Covid-19 sont décelés quotidiennement ; signe pour Étienne Stoskopf que le virus circule activement dans notre département. Selon le Préfet, 7 personnes sont actuellement hospitalisées pour ce motif à l’hôpital de Perpignan ; dont 3 en services de réanimation.

“Actuellement, l’épidémie touche essentiellement une population plus jeune, entre 20 et 50 ans, sans concentration géographique particulière. Ce qui veut dire que le virus circule sur tout le département des Pyrénées-Orientales”.  

Brassage de population en période estivale ? Évolution du virus ? Aucune certitude, alors l’objectif premier d’Étienne Stoskopf et des services de l’État est de faire passer le message sur le port du masque. “Aujourd’hui, le seul remède que l’on a pour casser les chaines de contamination”. Dans le département, de plus en plus de communes rendent obligatoire le port du masque dans une partie de leur domaine public ; la dernière en date étant Millas. Le haut fonctionnaire indique que les services de l’État seront là pour accompagner tout maire qui ferait la demande d’un arrêté d’obligation de port du masque dans sa commune.

Pour illustrer ce changement de doctrine passant de la recommandation à l’obligation, le Préfet précise qu’il participera prochainement à un contrôle du port du masque sur une des communes du littoral catalan. Pour rappel, le non port du masque dans une zone où cela est rendu obligatoire est passible d’une amende de 135 euros.

♦ “Un axe important” pour le Préfet des Pyrénées-Orientales – La lutte contre toutes les insécurités

“La sécurité estivale, mais aussi la sécurité du quotidien, ou la sécurité liée à ce territoire et ses problématiques frontalières”. Le nouveau Préfet a particulièrement insisté sur la lutte contre les stupéfiants et les nouvelles méthodes (échanges entre enquêteurs, présence renforcée sur le terrain auprès des habitants…) déjà mises en place avec certains résultats dans d’autres territoires. Mais aussi le principe de l’amende forfaitaire qui permet de sanctionner la consommation et l’usage de stupéfiants.

Pour l’agent de l’État, du trafic de stupéfiants découle un certain nombre de difficultés. Des problèmes de tranquillité du quotidien, notamment sur les points de deal ; mais aussi le trafic international. Ce trafic engendre lui-même sa propre violence, des règlements de comptes, des atteintes aux biens, aux personnes. “En luttant contre le trafic de stupéfiants de manière méthodique, on arrive à avoir des résultats intéressants” précise Etienne Stoskopf.

Interrogé sur le quartier des oiseaux, cet ensemble de résidences où les dealers ont pris possession de l’espace public, le Préfet précise : “Ce qui est important, c’est d’aller sur le terrain, d’aller quartier par quartier, îlot par îlot. On va essayer d’inventer des méthodes, de réunir tout le monde pour avancer là-dessus. Je ne connais pas spécifiquement le dossier de la cité des oiseaux ; mais c’est clairement un terrain d’expérimentation de ce nouveau plan de lutte contre les stupéfiants”.

Pour rappel, les habitants de ce quartier réunis en collectif alertent depuis 2015 sur leurs problématiques et envisagent de porter plainte contre l’État. Les habitants accusent la Préfecture et les services de l’État d’immobilisme pour leur quartier. Interrogé sur l’éventualité de cette plainte, le nouveau Préfet temporise : “Quand il y a ce type de réaction, il faut le prendre comme un appel au secours”.

Un plan de relance économique “pour faire repartir la machine après le confinement”

Alors que le gouvernement devait dévoiler son plan pour relancer l’économie française après le confinement ce jour, l’annonce a été reportée au 31 août. Le Préfet Etienne Stoskopf indique ne pas connaître les détails du plan de relance, mais fera tout afin “d’inscrire les Pyrénées-Orientales dans ce mouvement de relance. Que l’ensemble des services de l’État soient auprès des chefs d’entreprise, des industriels, et des acteurs économiques de ce territoire pour qu’ils puissent en bénéficier au maximum”.

Le désenclavement du département, un autre enjeu pour Étienne Stoskopf

“Je sais combien les sujets d’infrastructure, les sujets de désenclavement, de liaison avec les grands axes structurant nationaux et internationaux sont importants pour le développement de ce territoire. Nous aurons là un certain nombre d’enjeux et de défis à résoudre”.

Sur le bureau du Préfet, la RN116, la ligne à grande vitesse entre Perpignan et Montpellier, le train des primeurs… Interrogé sur le sujet, Etienne Stoskopf répond :

“Mon travail est de faire en sorte que l’ensemble des services de l’État et les acteurs qui interviennent dans ce genre de dossiers au long cours soient à l’heure. Qu’il n’y ait pas un endroit ou un retard qui freinerait ; et qui ferait perdre du temps au  territoire. Nous sommes là pour qu’il y ait une bonne coordination. Le premier Ministre nous a donné une direction et des échéances ; et nous allons travailler dans ce sens-là”.

♦ Quid des jauges de personnes pour l’USAP et les Dragons Catalans ?

En 2020, la situation inédite liée au Coronavirus oblige les services de l’État à un arbitrage dans le milieu sportif. Dernièrement, grâce à l’accord de son prédécesseur, le match USAP – Colomiers a pu bénéficier d’une jauge de 8.000 personnes. La question se pose désormais pour les matchs à venir. Le Préfet s’est voulu rassurant : “On va reconduire la jauge à 8.000 pour le match de mercredi. Ce que je constate, c’est que le précédent match s’est bien déroulé ; il y a eu un respect des gestes barrières. […] Dans la mesure où les indicateurs de l’épidémie ne marquent pas une dégradation massive, nous allons reconduire ce dispositif”. Toutefois, le Préfet n’envisage pas pour le moment d’augmenter cette jauge au delà des 8.000.

Rugby à XIII, les Dragons Catalans sont eux aussi suspendus à une décision de l’État ; celle d’une dérogation pour la venue en terre catalane des clubs anglais de Leeds et de Wigan. En effet,  après leur déplacement à Perpignan, les deux équipes devraient observer 14 jours de quarantaine à leur retour en Grande-Bretagne. Pour éviter cela, les responsables anglais demandent une dérogation préfectorale.

“Nous ici, on fera tout pour que ces matchs puissent se tenir. C’est important, c’est un moment qui va faire vibrer beaucoup de monde à Perpignan ; de notre part, il n’y a aucune restriction spécifique. Mais nous sommes sur un déplacement international un peu sensible. Il ne vous a pas échappé qu’il y avait en ce moment une relation spécifique entre le France et l’Angleterre”.

C’est au niveau d’une cellule interministérielle que se décidera cette dérogation. Mais le Préfet est confiant ;“nous avons des relais qui actionnent le maximum pour que ce dossier avance le plus vite et bien sûr qu’il aboutisse. Les Anglais viendront s’ils veulent bien venir“.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances