Covid-19 – Quid des dépistages et des décès dans les EHPAD en Occitanie ?

21/04/2020, Sorèdes, France, EHPAD maison de retraite de Sorèdes dans les Pyrénées-Orientales / Prise en charge médicale des personnes âgées et de la dépendance à l’heure de la crise sanitaire Coronavirus Covid-19 © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Dès les premiers cas confirmés de Covid-19 dans les EHPAD, l’ARS Occitanie a décidé de mobiliser l’expertise gériatrique du CHU de Toulouse et de Montpellier pour mettre en place une stratégie de prévention, de prise en charge et d’appui dans l’ensemble des établissements de la région. Retour sur un mois de dépistages et de décès dans les 838 EHPAD d’Occitanie.

♦ Depuis fin mars, une stratégie a été mise en place dans les établissements accueillant les personnes âgées

Dès qu’un cas est confirmé, parmi le personnel ou les résidents, l’ensemble du personnel et des résidents est testé. Sur les 240 établissements pour personnes âgées en Occitanie qui avaient signalé au moins un cas possible de coronavirus, ce dispositif a permis d’en tester 147. Au 24 avril, ce sont près de 6.500 résidents et plus de 4.700 agents qui avaient été testés.

582 cas positifs au Covid-19 ont été confirmés parmi les résidents et 277 pour les membres du personnel. Le dispositif de dépistage se développe de manière progressive à l’ensemble des établissements, selon l’apparition et le signalement de cas possibles. 

Le Professeur Hubert Blain, gériatre au CHU de Montpellier confie : « En moins d’un mois, une organisation sans précédent a été mise en place sous l’égide de l’ARS Occitanie pour former les soignants sur les mesures visant à empêcher l’entrée et la diffusion du virus ; et organiser précocement des tests auprès des résidents et des soignants pour couper les voies de transmission du virus. »

♦ Depuis le début de l’épidémie, 138 décès sont à déplorer au sein des établissements pour personnes âgées d’Occitanie

Cependant, comme le rappelle l’ARS, ce chiffre est à interpréter avec précaution puisqu’il s’agit de personnes décédées testées positives au coronavirus ; mais aussi de personnes présentant des symptômes et qui n’ont pas pu être dépistées avant leur décès. Sur l’ensemble de la région, c’est le département de l’Hérault qui dénombre le plus de cas confirmés : 670 parmi les résidents dont 37 décès et 330 cas chez le personnel. Aucun décès lié au Covid-19 dans les EMS n’a été rapporté en Lozère et en Ariège.

Dans le département des Pyrénées-Orientales, 83 résidents ont été testés positifs, 9 sont décédés. 49 membres du personnel ont, eux aussi, contracté le coronavirus.

Pour renforcer la protection des personnes âgées, déjà plus vulnérables, dans ces établissements d’hébergement, des mesures ont été renforcées ; d’autres ont été mises en place. Chaque département bénéficie d’une plateforme spéciale intitulée « Covid Personnes âgées ». Elle facilite la réalisation de tests biologiques dès qu’un cas de coronavirus est confirmé dans l’un des établissements. Elle contribue également à mobiliser les ressources de santé de proximité en fonction des résultats des tests afin de renforcer la prise en charge des personnes âgées infectées.

♦ Soins palliatifs, HAD, équipes mobiles de gériatrie sur le pont

Les équipes mobiles et/ou territoriales de soins palliatifs, les services d’hospitalisation à domicile, les équipes mobiles de gériatrie sont fortement sollicitées. Entre le 1er mars et 20 avril, 420 épisodes concernant un ou plusieurs cas liés au Covid-19 ont été signalés à Santé publique France via la plateforme pour la région Occitanie. 70% de ces signalements l’étaient par des établissements d’hébergement pour personnes âgées.

Pour permettre cette importante campagne de dépistage, la capacité régionale des laboratoires d’analyses biologiques a été décuplée. En associant les laboratoires privés et publics, la capacité de dépistage par biologie moléculaire est passée de 1.000 tests/jour au début de l’épidémie à 10.000 tests/jour aujourd’hui.

♦ Une reprise progressive des visites familiales dans les EHPAD

Dans les EHPAD, les visites, jusqu’alors suspendues, reprennent progressivement depuis le 20 avril. Pour garantir la sécurité des résidents, celles-ci devront être organisées après concertation avec les directeurs et les équipes soignantes des établissements. Des conditions strictes de sécurité seront appliquées et adaptées en fonction de la situation épidémique dans chaque EHPAD. Pour tous les établissements, les gestes barrières devront être appliqués pour protéger aussi bien les résidents que le personnel soignant. 

Le Professeur Yves Rolland, gériatre au CHU de Toulouse déclare : « Les EHPAD devront garder, pour les résidents comme pour les soignants un haut niveau de vigilance durant les mois à venir. Parallèlement, prévenir les complications du confinement (déclin moteur, cognitif, l’anorexie, la dépression..) doit être discuté en équipe pour chaque résident. »

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances