fbpx
Aller au contenu

Des militants de la cause animale sauvent les poissons rouges de la foire de Perpignan

Perpignan, des militants de la cause animale sauvent les poissons rouges de la foire

Article mis à jour le 25 février 2024 à 09:00

Ce 1er novembre, l’association Campus animaliste et le parti animaliste 66 ont réussi à faire retirer un lot de poissons rouges de la foire Saint-Martin de Perpignan.

Sur ce point, la loi est claire, « aucun animal vivant ne peut faire l’objet de prime ou de lot. ». C’était pourtant le cas à Perpignan. Conditions animales, cirques avec des animaux vivants, quelle politique publique est en vigueur à Perpignan ?

« Nous ne pouvons plus accepter que des animaux soient traités comme des jouets »

Via un communiqué de presse, l’association animaliste 66 faisait le constat d’un forain qui proposait des lots de poissons à gagner sur son stand. L’association rappelle la loi L214-4 du code de la ruralité qui « mentionne que l’attribution en lot ou prime de tout animal vivant (…) est interdite. ». Les militants de la cause animale déclarent en avoir immédiatement averti le maire Louis Aliot et son adjointe à la condition animale.

Contactés par téléphone, Frédéric Guillaumon et Catherine Serra, respectivement adjoint au commerce et à la protection animale, confirment avoir pris les dispositions nécessaires auprès du forain indélicat.

« En tant qu’élu au domaine public, nous délivrons les emplacements aux forains et j’avais moi-même fait deux fois le tour de la foire sans rien voir. ». C’est le message de l’association qui a mobilisé les élus.

« Ce matin, deux agents du domaine public se sont rendus sur place et ont fait retirer le lot au forain dans l’illégalité. ». Alors que l’association réclamait que le forain mis en cause soit verbalisé à hauteur de 750€, comme prévu par la loi, l’élu refuse ces pratiques. « Nous préférons parler aux gens avant de les verbaliser. Nous nous sommes rendus sur place, et la personne s’est engagée à retirer les poissons. Il y a d’autres lots à donner aux enfants que les poissons », conclut Frédéric Guillaumon. Espérons que ces poissons rouges ne seront pas juste mis hors de la vue des passants le temps du passage du forain à Perpignan.

Protection animale, où en est la ville de Perpignan ?

L’association de défense animalière L214 classe les communes en fonction de l’atteinte des objectifs de la charte « Une ville pour les animaux ». Selon ces critères, Perpignan aurait atteint 11% des objectifs et notamment grâce à la nomination d’une élue en charge de la protection animale. Parmi d’autres délégations, Catherine Serra s’occupe de la cause animale.« J’ai eu cette délégation il y a peu, et nous avons eu beaucoup de travail avec la maltraitance et la prolifération des chats. ». Questionnée sur les cirques, l’élue botte en touche, déclarant que jusque-là elle n’avait pu se positionner sur le sujet.

Son collègue en charge du domaine public et du commerce donne son avis sur la question. Il confirme, tant que la loi l’autorise, les cirques avec animaux restent les bienvenus à Perpignan. « Chaque printemps nous accueillons le cirque de Venise. J’ai pu constater qu’ils aimaient et respectaient leurs animaux. Ils sont bien traités et bien nourris. Les enfants, adorent ça ; et tant que les animaux ne sont pas maltraités et que la loi n’est pas encore entrée en vigueur, pourquoi les interdirait-on ? ».

Contrairement à Perpignan, de nombreuses villes ont déjà pris position afin de ne plus allouer de place aux cirques mettant à l’affiche des animaux sauvages.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances