fbpx
Aller au contenu
Accueil » Actualités » Éco - Société » Éclairages publics | La technologie au service de la sobriété énergétique

Éclairages publics | La technologie au service de la sobriété énergétique

Éclairages publics | La technologie au service de la sobriété énergétique

Article mis à jour le 28 décembre 2022 à 19:49

L’éclairage public représente l’une des plus grosses consommations électriques sur les communes. Depuis quelques années, dans les Pyrénées-Orientales, certaines collectivités expérimentent et cherchent des solutions à ce problème. Entre-temps, contraintes budgétaires et sobriété énergétique sont devenues une priorité. Un sujet évoqué à travers quelques acteurs locaux qui œuvrent en ce sens.

De l’exemple de l’adaptation de Sud Roussillon

Le 24 novembre dernier, Thierry Del Poso – maire de St-Cyprien et président de la Communauté de communes Sud Roussillon – communiquait les nouvelles mesures relatives aux économies d’énergie.

« Depuis mi-octobre, la Communauté de communes Sud Roussillon expérimente en collaboration avec ses six communes l’extinction partielle de l’éclairage public ».

Depuis le 1er décembre, et après un mois d’essai, la lumière est éteinte à minuit, et non plus à 1 heure du matin. Avant de se rallumer à 6 heures du matin. « Cette modification réduira d’autant plus la consommation énergétique et l’impact sur la faune et la flore. Elle concerne toutes les rues et secteurs de Saint-Cyprien, Alénya, Latour-Bas-Elne, Corneilla-del-Vercol, Théza et Montescot. En raison de contraintes techniques, aucune exception ne peut être faite. Elle s’appliquera de même aux décorations lumineuses pour les fêtes de fin d’année ».

Les communes de Sud Roussillon ne sont ni les seules, ni les premières dans le département, à opter pour cet ajustement. La commune de Elne avait notamment expérimenté l’extinction nocturne de son éclairage public en 2020.

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo


Quid de l’adaptation technique de ces réseaux d’éclairage ?

Cet ajustement permet une économie conséquente. Mais elle demande une adaptation technique importante : concrètement, comment éteindre et allumer aussi régulièrement – à des heures qui différent autant ou pour répondre à des imprévus – un nombre important d’armoires électriques dont dépendent tous les éclairages ?

À titre d’exemple – et pour illustrer toutes ces contraintes – les communes de Sud Roussillon adoptent ces coupures jusqu’au 25 mars 2023. « Elle sera toutefois allégée lors des fêtes de fin d’année, le 25 décembre et le 1er janvier où, pour conserver une ambiance festive, l’éclairage sera maintenu tout ou partie de la nuit. Lors d’intempéries, la mesure sera levée afin de ne pas perturber les secours ».

Pour ce faire l’entreprise Pyrescom – basée à Canohès depuis plus de trente-cinq ans – développe depuis sept ans une technologie pour répondre à ces contraintes techniques, dont sont confrontées les collectivités comme Sud Roussillon.

À gauche : Remplacement Led sur éclairage public – Rue Balzac à Saint Cyprien. À droite : travail sur une armoire électrique. Photos © Sud Roussillon

La technologie au service de la sobriété énergétique

Nommée EPnrj, cette technologie de PYrescom a un double avantage : le recueil des différentes données concernant l’éclairage public, ainsi que son pilotage, et son paramétrage à distance.

« Connaître sa dépense énergétique est vital, surtout pour les collectivités, partage Pyrescom. Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait un réel besoin à ce sujet. L’analyse de donnée peut aussi les alerter de potentiels dysfonctionnements et pannes; ou de fraudes sur le réseau. EPnrj permet de ne pas avoir de décalage d’éclairage entre les quartiers d’une même ville ».

Concrètement, EPnrj – reliée aux armoires électriques – permet de personnaliser, à distance et rapidement, les créneaux d’éclairage. « Ça permet aux communes d’être plus indépendantes, et d’économiser de moitié la dépense électrique de son éclairage ».

PYrescom travaille déjà avec le Syndicat départemental d’énergies et d’électricité du Pays Catalan. « Aujourd’hui, en France, nous sommes encore aux prémices de la télégestion. Nous sommes bien placés et nos technologies sont conçues chez nous en France, se félicite l’entreprise catalane ».

L’actualité fait qu’ils risquent de voir les demandes exploser ces prochains mois. « Nous avons de plus en plus de demandes de la part de privés, comme les enseignes publicitaires, ou les gros centres commerciaux ».

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Idhir Baha