La cause animale au cœur de l’été – Du “Cube of Truth” à Canet aux corridas de Bayonne

Le ministre de l’Agriculture, également ministre de “La santé et la protection animale”, se montrait mi-août aux premières loges de la corrida de Bayonne. Faisant ainsi réagir associations et défenseurs de la protection animale. Simultanément, certains militent dans les stations balnéaires pour sensibiliser les vacanciers à la souffrance animale. Comme à Canet avec l’évènement “Cube of Truth” ce samedi 17 août.

♦ Cube of Truth à Canet-en-Roussillon

Imaginé par l’association australienne Anonymous for the Voiceless, ce cube de la vérité se tient selon des règles bien précises. Dresscode noir, playlist minutieusement choisie, et discours bien rodé pour que le message ait un maximum de chances de passer. Ici, il n’est pas question de harceler le passant. Ce dernier étant plutôt attiré, glace en main, par les masques des Anonymous et la musique. L’objectif est de montrer “la vérité” de l’industrie, du lait ou de la viande.

Debout, dos à dos, un écran tenu à bout de bras, les membres de Anonymous for the Voiceless diffusent les images de l’élevage industriel de cochons, de la séparation des veaux de leur mère ou encore le broyage des poussins mâles.

Ce samedi, ils étaient une vingtaine à ainsi vouloir sensibiliser les personnes qui s’approchaient du cube de la vérité. Objectif, parler, démonter des arguments publicitaires diffusés par l’industrie agro-alimentaire, répondre aux questions et inciter au veggie challenge*. Ainsi, ce samedi à Canet-en-Roussillon, en plein cœur de la saison estivale, Jenna, Rémy et les autres ont parlé à de nombreux vacanciers. Et selon eux, ils ont amené “37 personnes à entrevoir les choses différemment et à adopter un mode de vie vegan”.

♦ Quel impact de l’image ?

Parmi les badauds, certains sont choqués par les vidéos, mais n’envisagent pas pour autant d’abandonner la douce saveur du saucisson. D’autres s’interrogent : “ne pourrait-on pas manger des animaux morts de vieillesse ?”. Certains enfants s’approchent, mais les militants veillent. “Il ne faut pas que les enfants voient seuls les images, les parents doivent être avec eux”.

Les réactions sont variées, souvent intriguées. Certains veulent bien tenter le veggie challenge durant 1 mois. D’autres ont déjà fait des démarches pour limiter leur consommation de viande. Et même parmi ceux qui se disent “carnivores invétérés” et peu convaincus par la démarche, la réaction reste polie et jamais agressive.

Une victoire pour ces militants de la cause animale, dont certains avaient organisé, lors des feria de Millas ou Céret, des manifestations visant à dénoncer les corridas.

♦ Le 13 juillet à Céret, le 11 août à Millas, les anti-corrida tentent d’alerter 

Légale quand il s’agit “d’une tradition locale ininterrompue”, la corrida n’en est pas moins de plus en plus décriée en France ou en Espagne. Pays où elle fait partie du “patrimoine culturel immatériel”. Selon un sondage de l’IFOP de 2018, 80% des personnes interrogées répondent “non” à la question : “le supplice et la mise à mort d’un animal (comme dans une corrida ou un combat de coqs par exemple) peuvent-ils encore être considérés comme un spectacle en 2018 en France ?“. Et 74% des personnes interrogées sont favorables à la suppression de la corrida. Chiffre en légère hausse par rapport à l’enquête précédente de 2015.

C’est la fondation Brigitte Bardot qui a la première demandé la démission du Ministre de l’Agriculture Didier Guillaume. Reprenant la photo prise par un journaliste sur place, la Fondation tweetait : Aucune limite dans l’indécence, le ministre de l’Agriculture, en charge de la protection animale, Didier Guillaume assiste en ce moment même […] à une séance de torture animale dans les arènes de Bayonne… Scandaleux !”. Dénonçant l’hypocrisie du gouvernement en matière de lutte contre la protection animale. 

À la suite de ces révélations, l’association L214, connue pour ses enquêtes menées au cœur des abattoirs, réclamait quant à elle que “La question du bien-être animal [soit sortie] du ministère de l’Agriculture”.

https://twitter.com/BFMTV/status/1162276023049736192

♦ Spectacle, tradition ou business ?

Un audit commandé par la ville de Nîmes sur le devenir de sa feria de Pentecôte fait apparaître que la feria injecte dans l’économie nîmoise 65 millions d’euros. Avec un taux de chômage de 13,3% (plus de 4 points au dessus du taux national), cette manne financière ne se refuse pas.

Mais l’étude réalisée lors de la feria de Pentecôte 2018 “fait ressortir que les visiteurs présents sont un public fidèle mais qui se renouvelle peu. Nos fidèles doivent rester fidèles et nous devons attirer ceux qui veulent découvrir notre ville en fête avec nos traditions”. Malgré l’essoufflement de son attrait, et la nécessité d’attirer un nouveau public, le maire de la commune souhaitait que la consultation de renouveau se fasse autour de “la valorisation de l’identité nîmoise et de ses traditions taurines”. Propos rapportés par le journal numérique “Objectif Gard”.

♦ Vers un discours “animal washing”

Une longue phase d’élections s’ouvre, avec en premier lieu les municipales de mars 2020. Et, eu égard aux bons résultats du parti animiste aux Européennes, certains candidats sont déjà tentés par le “animal washing”. À l’image du “green washing” qui consiste à “verdir” sont discours pour attirer les électeurs d’Europe Ecologie Les Verts, il est utile pour certains de s’afficher aux côtés de défenseurs de la cause animale pour gagner des voix.

Relire notre article sur la notation des 4 députés du département, dont deux d’entre eux sont candidats au fauteuil de maire de Perpignan.

*Lancé en 2017 par l’association L.214, le Veggie Challenge est un accompagnement pas à pas sur 21 jours pour modifier ses habitudes alimentaires.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

venenatis, nunc non accumsan felis diam fringilla