La hausse du chômage continue dans les Pyrénées-Orientales pour le 3ème trimestre 2018

Les chiffres du chômage pour le 3ème trimestre de l’année viennent d’être publiés, et ils ne sont pas encourageants. Les demandeurs d’emplois dans la catégorie A (catégorie de référence) sont en hausse de 1,2% su un trimestre. Après avoir déjà subi une hausse de 1% pour le 2ème trimestre, le nombre personnes à la recherche d’un emploi à temps plein dans notre département est de 36 370. Ils étaient 35 530 à la même période en 2017, soit une hausse sur un an de 2,4%. Les Pyrénées-Orientales sont, sur une année, le département de la région où le chômage a augmenté le plus fortement. Au niveau régional comme national, la situation n’est guère meilleure sur le 3ème trimestre (+1% de hausse en Occitanie, 0,5 au niveau national).

♦ Les – de 25 ans, les plus pénalisés

+ 2,2% sur un trimestre, 5,4% sur l’année … Dans notre département ce sont les jeunes de moins de 25 ans qui payent le plus lourd tribut à la situation de l’emploi. Au niveau régional, c’est également cette catégorie qui augmente le plus avec une hausse de 1,3% sur un trimestre, +0,3 sur un an.

En Occitanie, sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A augmente de 1,3 % pour les hommes (–1,0 % sur un an) et de 0,7 % pour les femmes (+0,4 % sur un an). Sur un trimestre, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A augmente en Occitanie de 1,3 % pour les moins de 25 ans (+0,3 % sur unan), de 1,0 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–1,1 % sur un an) et de 0,9 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (+1,1 % sur un an).

♦ Les négociations entre les partenaires sociaux démarrent le 9 novembre

Objectifs pour les syndicats patronaux et salariaux qui gèrent de manière paritaire l’assurance chômage, économiser 3 à 3,9 M€ en 3 ans, suite à la lettre de cadrage adressée par le gouvernement. Au programme des négociations, la mise en place de nouvelles modalités pour “responsabiliser les demandeurs d’emploi”, le rechargement des droits à une allocation ou encore la durée d’indemnisation. Mais aussi peut-être, la remise en cause de statuts spéciaux comme celui des intermittents du spectacle. Autant de curseurs qui visent aussi à réduire le niveau d’endettement record prévu pour 2018 de 35 milliards d’euros.

adipiscing tempus pulvinar libero accumsan eleifend efficitur. libero.