fbpx
Aller au contenu

Saint-Valentin 2024 : la sélection de Mare Nostrum pour lire et aimer

Saint-Valentin 2024, la sélection Mare Nostrum pour lire et aimer

Article mis à jour le 13 février 2024 à 15:42

En cette veille de Saint-Valentin 2024, l’association culturelle perpignanaise « Mare Nostrum, une Méditerranée autrement » a sélectionné pour nos lecteurs quatre ouvrages sur le thème de l’amour. De « La Maîtresse italienne », à « L’Anthologie universelle de l’amour », en passant par la correspondance entre Jean Cocteau & Jean Desbordes ou « Le fantôme de Suzuko », autant d’occasions de découvrir l’amour couché sur papier.

Jean-Marie Rouart – La maîtresse italienne

Ce roman raconte l’exil de Napoléon sur l’île d’Elbe en 1814, après sa défaite en Russie. Autour de lui gravitent plusieurs personnages, comme Louis XVIII qui craint toujours son rival ou Talleyrand qui cherche à tirer profit de la situation. L’auteur propose un récit polyphonique qui permet de reconstituer l’atmosphère troublée de l’Europe à cette époque.

Au centre de l’intrigue se trouve également le jeune colonel écossais Neil Campbell, chargé de surveiller Napoléon. Campbell tombe sous le charme de la mystérieuse comtesse Miniaci, une Italienne courtisée par de nombreux prétendants à Florence. Cette dernière lui ouvre les portes de ses appartements privés. Leurs rencontres cachent-elles un double jeu ? Campbell est-il manipulé pour obtenir des informations confidentielles sur Napoléon qui projette déjà son retour au pouvoir ?

Cette histoire d’amour sert de toile de fond à une fresque historique minutieusement documentée. Jean-Marie Rouart renoue avec la grande tradition romanesque du XIXème siècle et ressuscite cette période charnière avec brio, offrant même aux non-spécialistes une plongée passionnante dans l’univers du plus célèbre personnage de l’Histoire.

Vincent Brault – Le fantôme de Suzuko

Ce roman raconte l’histoire de Vincent, un Québécois vivant à Tokyo avec Suzuko, sa petite amie japonaise. Quelques mois après le début de leur relation, Suzuko disparaît mystérieusement. Inconsolable, Vincent retourne d’abord à Montréal mais décide finalement de revenir sur les traces de Suzuko à Tokyo, dans l’appartement qu’ils occupaient ensemble.

La ville devient alors le théâtre de ses souvenirs et le fantôme de Suzuko hante toutes les rues qu’ils ont parcourues. Ses amis du milieu de l’art contemporain s’inquiètent et tentent de le soutenir. Peu à peu, Vincent reprend goût à la vie grâce à eux et à sa rencontre avec Kana, une mystérieuse jeune femme aux yeux envoûtants.

Mais s’agit-il d’une véritable résilience ou seulement d’une illusion ? L’auteur excelle à brouiller les frontières entre réel et imaginaire, morts et vivants. Dans ce Tokyo moderne mais traditionnel, décor propice au fantastique, les destins se croisent au hasard des bars et des happenings artistiques. Vincent Brault signe un bouleversant roman d’amour et d’absence, réussissant par ses phrases brèves et poétiques à magnifier le vide laissé par la disparition de Suzuko.

Jean Cocteau & Jean Desbordes, Je t’aime jusqu’à la mort 

Cet ouvrage révèle la correspondance intime entre l’écrivain Jean Cocteau et Jean Desbordes de 1925 à 1938, jeune auteur admiratif qui ose lui écrire. Leurs échanges attestent d’une véritable histoire d’amour artistique et littéraire.

Desbordes apporte à Cocteau, malade et accroc à l’opium, un regain d’envie de vivre. Leurs lettres montrent les déclarations enflammées de deux âmes sœurs qui communiquent malgré leur différence d’âge et de notoriété. On suit, presque comme dans un roman, les étapes de leur liaison faite de ruptures et de réconciliations.

Ces correspondances ont une portée intime et historique. Elles réhabilitent Jean Desbordes, résistant torturé à mort par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa sœur se battait pour qu’il soit reconnu malgré son homosexualité.

Grâce au travail d’archivage de l’éditrice Marie-Jo Bonnet, ces lettres ressuscitent deux destins qui s’entremêlent, entre moments de pure poésie amoureuse et engagements tragiques de Desbordes dans la Résistance. Elles renouent les fils d’une passion tumultueuse et d’un pan méconnu de l’Histoire.

Gérard Chaliand, Mon anthologie universelle de l’amour

Dans cet ouvrage atypique, le géostratège Gérard Chaliand offre sa vision de l’amour à travers une anthologie littéraire et poétique couvrant de nombreuses cultures et époques. Amoureux des femmes et fin connaisseur du sujet, il explore les multiples visages de cette passion : naissance du désir, amour rêvé ou partagé, amour homosexuel, impossible, frustré ou destructeur.

Grâce à son expérience personnelle et à ses voyages dans une centaine de pays, l’auteur compile des extraits du monde entier, de l’Antiquité grecque au Kurdistan irakien en passant par le Vietnam ou l’Amérique latine. Chaque texte illustre une facette différente de l’amour. L’amour nostalgique avec le récit poignant de son épouse déportée pendant la Seconde guerre mondiale. Celui tragique avec Roméo et Juliette. L’amour vengeur et meurtrier incarné par Médée tuant ses enfants pour punir Jason.

Gérard Chaliand signe une anthologie subjective mais fouillée, accessible à tous les âges. Il transmet avec humilité et poésie toute la complexité de ce sentiment universel, exaltant mais aussi source de grandes souffrances. Derrière le fin connaisseur des conflits du monde, on découvre un amoureux des femmes et de la littérature.

Le Prix Mare Nostrum 2023

Chaque année l’assertion culturelle décerne le prix Mare Nostrum grand Prix Méditerranéen de Littérature et de Spiritualité. En 2023, les lauréats du Prix Mare Nostrum ont été dévoilés en décembre. Longtemps vice-président du Centre méditerranéen de littérature et du Prix Méditerranée, en 2020, Jean-Jacques Bedu a souhaité lancer le Prix Mare Nostrum.

«Je crois que ces prix sont complémentaires. Le prix Méditerranée est un prix de consécration au riche palmarès. De mon côté, j’ai voulu concevoir un prix de découverte dédié à la thématique de la Méditerranée sans juger de l’origine de son auteur. Le prix comporte donc quatre catégories, couvrant ainsi une large partie du patrimoine culturel que nous avons tous en partage. La principale originalité réside dans le fait que nous ne distinguons pas les publications « françaises » et « étrangères » . En effet, selon notre Manifeste, le concept « d’étranger » n’existe pas.»

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances