Mois Sans Tabac – “On arrête ensemble” grâce au dispositif 2018 et à vos astuces

Depuis le premier Mois Sans Tabac en 2016, la France comptabilise 1 million de fumeurs en moins ! En Occitanie, 15 479 personnes se sont inscrites sur le site Tabac Info Service en 2017, et 20% d’entre elles sont toujours abstinentes 6 mois après leur arrêt. Des résultats inédits depuis plusieurs dizaines d’années conclut le Baromètre Santé 2017. Parmi les mesures mises en place pouvant expliquer ces résultats : la hausse du prix du tabac, la mise en place du paquet neutre et la prise en charge du sevrage tabagique. Mais les principales raisons de ce succès sont aussi et surtout le soutien et l’accompagnement selon de nombreux participants à l’opération. Dans les Pyrénées-Orientales, la “Fanzone” initialement prévue le Samedi 27 Octobre sur la place Arago à Perpignan a été annulée pour cause d’intempéries.

♦ Accompagnement et soutien du groupe, clé du succès

Nathalie, responsable d’un food truck à Perpignan et fumeuse depuis 36 ans, n’est pas peu fière d’arborer ses 22 jours sans fumer et ses 504 cigarettes non fumées depuis le 3 octobre. Mélanie du Gers vient, elle, de fêter ses 365 jours d’arrêt complet. C’est le Mois sans tabac 2017 qui l’a motivée après plusieurs tentatives infructueuses. Pour Nathalie comme pour Mélanie, le soutien du groupe est primordial.

Mélanie nous confiait : “Avoir en permanence des gens présents pour nous soutenir quand on est sur le point de craquer, ou pour nous rassurer quand on l’a fait, cela m’a vraiment été d’une grande aide !”. Pour Nathalie qui a fini par prendre exemple sur son mari, non fumeur depuis 18 ans, les conseils, les astuces, pour ne pas craquer, pour pallier les effets du manque sont une véritable bouée à laquelle se raccrocher. “Savoir qu’il y a toujours quelqu’un sur le groupe prêt à vous soutenir, à vous écouter ou qui vous raconte son expérience m’aide beaucoup”. À 53 ans, 36 ans en tant que fumeuse, Nathalie veut “être fière d’[elle], se dire [qu’elle en est] capable. Je ne veux plus de cette tueuse, comme dit mon mari, chaque cigarette est comme un clou à cercueil !”.

Parmi les astuces vues sur le groupe Facebook, celle qui consiste à faire éclater les bulles du papier-bulles, quand on est sur le point de fumer. Sachant que cette envie disparaît en général en moins de 2 à 3 minutes, claquer ces petites bulles de plastique sous ses doigts peut amplement suffire à occuper son cerveau durant le laps de temps nécessaire à lui faire passer l’envie de succomber à l’appel de la nicotine. Mais boire un verre d’eau, écrire un message sur le groupe ou aller faire une promenade peuvent aussi bien faire l’affaire, si vous n’avez pas du papier à bulle sous la main.

Outre le groupe Facebook, Mois Sans Tabac, c’est aussi un kit qui comprend, un guide « Je me prépare » pour faire le point sur la dépendance, la motivation et les différentes méthodes d’arrêt avant de se lancer. “L’agenda 30 jours pour arrêter de fumer” dispense chaque jour encouragement, conseils et activités pour oublier la cigarette. Le dépliant « Le stress ne passera pas par moi » aide à mieux surmonter les envies de fumer grâce à des exercices de respiration. Un disque pour calculer les économies réalisées depuis l’arrêt du tabac peut aussi aider à prendre conscience.

♦ Coaching via l’appli’, écoute via le 3989 et des professionnels de terrain pour vous aider

À chaque type de fumeur son moyen d’arrêter. La communauté solidaire des réseaux sociaux, ou le suivi d’un professionnel sont autant de moyens de soutien et d’accompagnement pour celui qui franchit le pas de l’abstinence.

  • Des tabacologues en ligne du lundi au samedi de 8h à 20h au 3989.
  • Des interlocuteurs de proximité à retrouver sur le site Tabac-Info-Service. Dans les Pyrénées-Orientales, c’est le service
  • Le coaching via l’application et le site
  • La FanZone, il s’agit d’un espace “ludique, attractif et gratuit” pour accompagner vers l’arrêt du tabac. À Perpignan, il sera positionné sur la Place Arago le samedi 27 octobre. Au programme, animations, gestion du stress, activités physiques ou bien-être…
  • MoiSansTabac sur les réseaux sociaux. Outre le groupe Facebook, le dispositif prend place sur twitter avec le hashtag (mot dièse) #OnArreteEnsemble et #MoisSansTabac.

Pour la première année sur Instagram, le #MoisSansTabac en Occitanie sera animé avec Alice, une influenceuse de la région. Sur Instagram, @alicecatdesigner est suivie par une communauté de plus de 32 000 personnes. Ancienne fumeuse, Alice communiquera sur l’opération #MoisSansTabac via ses pages réseaux sociaux et sera également présente sur des animations événementielles.

♦ Message positif et petit pas après petit pas

L’opération #MoisSansTabac s’appuie sur des messages positifs autour des avantages de l’arrêt du tabac, dans un esprit de partage de solutions. Il s’agit, pour les fumeurs, de relever le défi collectif d’un mois sans tabac, en bénéficiant du soutien et d’encouragements de leurs proches, pour rester motivés. Pas de place au message culpabilisant. En 2018, l’ensemble des acteurs s’appuie sur les deux facteurs clés mis en avant pour la réussite.

  • Se préparer en amont pour mieux se lancer
  • Arrêter de fumer étape par étape : 30 jours, c’est 30 étapes !

♦ La région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée parmi les 4 régions les plus accrocs’ à la clope !

En 2017 en France, le tabagisme quotidien parmi les 18-75 ans était de 26,9%. Il variait de 21,3% à 32,1% selon les régions de France métropolitaine. De fortes inégalités régionales demeurent et l’Occitanie figure parmi les 4 régions dans lesquelles les prévalences* étaient plus élevées que dans le reste de la métropole (30,3%). La région se situe 3,4 points au dessus de la moyenne nationale à 26,9%.

Pour François Bourdillon, Directeur Général de Santé Publique France. Les études du baromètre santé “permettent d’apprécier l’impact du Programme national de réduction du tabagisme 2014-2019 (PNRT) et, plus spécifiquement, l’impact possible de trois mesures phares mises en place en 2016 : l’instauration du paquet neutre(1), l’augmentation du forfait de prise en charge des substituts nicotiniques à hauteur de 150€ (auparavant de 50€) et la mise en place du grand événement national médiatique de prévention intégrée d’aide au sevrage tabagique du mois de novembre : « Mois sans tabac »…

L’agence nationale de santé publique “a transformé ses campagnes de communication en stratégie de marketing social, ouvrant la voie au dispositif Mois sans Tabac qui promeut l’ensemble des outils de sevrage tabagique, s’appuie sur tous les moyens de communication (TV, radio, digital) ainsi que sur le dispositif Tabac info service (un site, une appli, un service téléphonique) et se déploie sur tout le territoire afin que des milliers d’actions se développent simultanément au sein des entreprises, des écoles, en famille”. L’agence gouvernementale s’est également engagée dans la transparence en publiant chaque année les résultats des études de prévalence du tabagisme en France.

Pour rappel, le tabagisme est à l’origine en France de 200 décès quotidiens, un tiers des français de déclarent fumeurs et le tabac tue un fumeur sur deux.

*Prévalence : En épidémiologie, la prévalence est une mesure de l’état de santé d’une population, dénombrant le nombre de cas de maladies à un instant donné ou sur une période donnée. (source wikipédia).

ut massa accumsan odio pulvinar sem, efficitur. commodo