Nouvel Office de Tourisme Perpignan “dé-ketchupé”

“La Loge de mer ne se noie plus dans un océan de Ketchup” déclarait Jean-Marc Pujol, Maire de Perpignan et Président de la Communauté Urbaine de Perpignan Méditerranée. Il faisait ainsi référence à la marque de restauration rapide qui dans les années 80, et durant près de 20 ans, avait occupé ce bâtiment du patrimoine perpignanais. Pour Jean-Marc Pujol, “ce bâtiment emblématique devient l’image d’un patrimoine restauré”. Quand le nouveau Préfet Chopin, confiait que la richesse historique du bâtiment était “résolument tourné vers l’avenir”. Marc Médina, Maire de Torreilles et président du nouvel Office du tourisme communautaire qualifiait la Loge de Mer de “nouveau vaisseau amiral” de la politique touristique, un espace “interactif, moderne et branché”.

C’est le roi Jean 1er d’Aragon qui fit construire ce bâtiment pour y installer le tribunal maritime en 1388. Plus tard, l’édifice servira aux armateurs de la côte pour y établir leur bourse et qu’ils nommeront définitivement la « Loge de mer ». Tour à tour théâtre ou relais pour diligences au 19ème siècle, c’est surtout l’installation au milieu des 80 d’une enseigne de restauration rapide qui indigna les perpignanais. Les difficultés rencontrées par la brasserie Le France, installée en 2001, ont permis à Jean Marc Pujol et aux services de la Mairie de réinvestir ce lieu symbolique car mitoyen avec la Mairie de Perpignan.

♦ La Loge de Mer – Nouvel Office du tourisme communautaire en chiffres

Un budget total pour la rénovation de 620 000 euros, et huit mois de travaux. Treize personnes accueilleront les visiteurs sept jours sur sept et le nouvel office sera également le départ des visites guidées de la ville.

200 M2 pour accueillir les visiteurs dans plusieurs espaces, un espace connecté avec des consoles interactives en accès libre, un espace où “les conseillers séjours” peuvent renseigner les touristes sur des séjours sur mesure, et un espace économique avec une mise en valeurs des produits du terroir tels que les vins du Roussillon via le Conseil Interprofessionnel des Vins du Roussillon.

Une rénovation complète qui a permis de mettre aux normes cet espace recevant du public, de refaire et de rénover sous l’oeil attentif des bâtiments de France et de créer un système de chauffage, inexistant jusque là.

Pour rappel, l’acquisition du fond de commerce avait été acquis en 2017 pour la somme de 250 000 €, la commune étant déjà propriétaire des murs.

 

risus. adipiscing commodo elit. Donec felis ut