fbpx
Aller au contenu

En images. Plusieurs milliers de manifestants contre le golf de Villeneuve-de-la-Raho

En images : plusieurs milliers de manifestants contre le golf de Villeneuve-de-la-Raho

Article mis à jour le 23 mars 2024 à 23:28

Ce samedi 16 mars, au bord d’un lac rétracté pour cause de sécheresse, plusieurs milliers de personnes ont marché pour dénoncer un projet « anachronique », « hors-sol », « aberrant » sur un territoire où les restrictions d’usage de l’eau sont en vigueur depuis plus de deux ans.

À l’avant du cortège, les organisateurs, les Écologistes 66, et Unitat catalana étaient accompagnés par plusieurs élus de la majorité régionale de gauche ou du département et par de nombreux collectifs ou associations, dont Agissons, Alternatiba, Frene 66, Extinction Rebellion Perpignan, les Soulèvements de la terre ou la Confédération paysanne.

Convergence des luttes autour d’un golf qui fait consensus contre lui

Plusieurs dizaines de cyclistes s’étaient donné rendez-vous à la sortie de Perpignan pour rejoindre, par la piste cyclable, le point de départ de la manifestation. En famille, en couple ou en solo, et accompagnés de nombreux adhérents de Vélo en Têt, ils ont parcouru les trois kilomètres pour rejoindre le lac de Villeneuve-de-la-Raho en longeant le site du projet de golf qu’ils dénoncent.

Extinction Rebellion – Joan Nou, fondateur du mouvement Agissons et une jeune manifestante.

Aucun des deux sénateurs Les Républicains, du même bord que la maire de Villeneuve-de-la-Raho n’a foulé le pavé ce samedi 16 mars. Idem du côté des quatre députées du Rassemblement National. Venue de la Drôme, Marie Pochon avait quant à elle fait le déplacement pour dénoncer ce projet de golf.

La députée écologiste de la Drôme – La zone golfique en cours de terrassement.

Dans un cortège très hétéroclite, agriculteurs, écologistes, universitaires (qui dans une tribune qualifiaient le projet de « hors-sol »), jeunes et moins jeunes se côtoyaient et marchaient contre ce golf. Léa 18 ans ou Anncha trouvent « aberrant » ce projet « dans un territoire soumis à des restrictions d’eau ». De son côté, Éric cultive tomates et salades à Ponteilla. Pour le maraîcher, l’idée même d’un golf en temps de sécheresse est inadmissible. « Il vaut mieux replanter des arbres pour refaire tout un écosystème plutôt que de faire un golf », s’insurge Éric.

Le projet de 20 ans d’une maire Les Républicains

Devant la mairie de Villeneuve-de-la-Raho, les manifestants ont pris la parole pour dénoncer ce golf porté depuis plus de 20 ans par la maire Les Républicains Jacqueline Irlès. À l’issue de cette prise de parole, la Confédération paysanne conviait les volontaires à une grillade sur l’emplacement de la zone golfique en cours de terrassement. L’occasion pour les militants d’Extinction Rebellion Perpignan et de plusieurs écologistes de planter arbres et arbustes pour signifier qu’en lieu et place du golf, ils exigeaient une ceinture verte pour protéger la planète et la biodiversité.

De son côté, Jacqueline Irlés a fait face à de nombreuses sollicitations des médias nationaux, du journal Le Point au Monde en passant par le jeune média en ligne Vakita, la maire de la commune a été contrainte de défendre son projet qu’elle dit « exemplaire ». La veille de la manifestation, la Chambre de commerce et d’industrie, le Medef 66, l’Umih*, la fédération du bâtiment et des agents immobiliers des Pyrénées-Orientales signaient un communiqué commun pour apporter leur soutien à cet espace qui devrait comprendre outre le golf, un hôtel et près de 600 logements. « Dans un contexte économique précaire, cette initiative, créatrice d’emploi est à saluer. Le projet de la ZAC de Villeneuve-de-la-Raho représente une opportunité pour le territoire, sous réserve d’être mené de manière responsable et durable.»

Quelle suite à cette manifestation ?

Plusieurs actions sont en ce moment même devant les tribunaux ou sur les bureaux des ministres de l’Intérieur ou de l’Écologie. Dès le 21 mars, une réponse doit être apportée au recours hiérarchique contre la prorogation de la Déclaration d’utilité publique décrétée par le préfet fin 2023.

*Umih, Union des métiers et des industries de l’hôtellerie.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Maïté Torres