fbpx
Aller au contenu

Golf de Villeneuve-de-la-Raho : controverses autour du « poumon vert »

Golf de Villeneuve-de-la-Raho : controverses autour du "poumon vert"

Article mis à jour le 25 janvier 2024 à 20:17

Le projet de construction du golf de Villeneuve-de-la-Raho est dans les cartons depuis une vingtaine d’années. Malgré les contestations, les premiers engins de chantiers sont déjà à l’œuvre le long de la traverse reliant Villeneuve à Perpignan.

Les travaux ont officiellement débuté. Il s’agit d’un golf de 18 trous, qui s’étendra sur près de 180 hectares. Le futur complexe comprendra un hôtel 4 étoiles, une piscine et 600 logements. Un projet jugé démesuré par Joan Nou, membre du collectif Agissons et opposant au projet. « La construction de ce golf ne devrait pas avoir lieu avec les problématiques sur l’eau que nous connaissons », alerte-t-il. Le département a connu une sécheresse record en 2023, une situation préoccupante qui fragilise le secteur du tourisme et celui de l’agriculture.

Selon la mairie de Villeneuve-de-la-Raho, le golf sera arrosé grâce aux eaux usées

À quelques kilomètres de là, le manque d’eau a brulé le green du petit golf de Montescot. La sécheresse avait contraint, le préfet à interdire l’arrosage des pelouses dès le printemps 2023. Pour ce golf familial, qui compte environ 4000 adhérents, la situation est catastrophique. Un scénario dramatique que Jacqueline Irles, maire (Les Républicains) de Villeneuve-de-la-Raho, veut à tout prix éviter.

23 janvier 2023, photo du chantier du golf de Villeneuve-de-la-Raho. © Célia Lespinasse

L’édile prévoit d’arroser l’intégralité du golf de 18 trous avec l’eau de la station d’épuration de sa commune. Celle-ci rejette chaque jour 1 million de litres d’eau dans l’étang salé de Saint-Nazaire. « Nous allons reverdir le paysage et redémarrer le circuit naturel de l’eau avec l’évaporation, les nuages et la pluie », maintient l’élue. Une parole contestée par l’opposition et les mouvements écologistes qui soutiennent que l’arrosage total du golf par les eaux usées n’est pas viable.

4500 pétitionnaires contre golf de Villeneuve-de-la-Raho

Il y a 20 ans, lorsqu’on lui soumet l’idée de la construction d’un golf, Jacqueline Irles voit l’opportunité pour sa commune de ne pas devenir un quartier de Perpignan. À l’époque, les 180 hectares de friche étaient constructibles. « J’y ai vu aussi un intérêt écologique, je n’avais pas envie d’avoir 180 hectares de béton à l’entrée de la ville », affirme-t-elle. « Il y aura un minimum de bâti pour financer le golf, mais la majeure partie sera du végétal et de l’espace vert ». D’après l’édile, le complexe hôtelier et les logements représenteraient une superficie de « seulement » 31 hectares.

Alors que les promoteurs immobiliers Belin promotion et GGL s’attèlent déjà aux travaux, une pétition circule contre le projet. La plainte collective a déjà rassemblé près de 4560 signatures. « Nous voulons un vrai poumon vert, nous avons une pétition de 5 000 personnes qui sont contre ce projet. Deux personnes sur cinq sont originaires de Villeneuve de la Raho », annonce Joan Nou. L’opposant défend notamment les agriculteurs. « Nous ne voulons pas que l’eau serve à des gens qui viennent jouer. Il va falloir faire des arbitrages entre les agriculteurs et ce type de projet. » La sécheresse historique que vit le département des Pyrénées-Orientales est sans précédent.

« Le golf va créer de l’emploi pour nos jeunes »

De son côté, la mairie prône la création d’emplois. « Un golf, cela fait vivre 200 personnes ! Cela va créer de l’emploi pour nos jeunes. L’Espagne l’a bien compris, ils ont plus de 400 golfs qu’ils arrosent par le biais des eaux usées », explique Jacqueline Irles. L’édile espère que la structure sportive et touristique attirera un nouveau public sur les Pyrénées-Orientales. 

Si ce projet pourrait créer de l’activité économique, il serait très impactant pour la biodiversité. Selon la Ligue de protection des oiseaux, ces constructions démultiplient les destructions d’habitats de la faune et de la flore. Elles favorisent la surconsommation d’eau et ce même si des golfs s’engagent dans une dynamique plus respectueuse de l’environnement. L’association s’oppose fermement à ce projet qu’elle qualifie d’incompatible avec la situation climatique globale et locale.

L’argument de l’emploi refusé par les écologistes catalans

Déclaré d’intérêt public par la Préfecture en 2019, le projet de golf sur la commune de Villeneuve-de-la-Raho reste pourtant contesté. Et les arguments de l’emploi ou du secteur du tourisme sont réfutés par les écologistes : «Aucune réflexion sur notre patrimoine naturel. Aucune réflexion sur le devenir de nos ressources. Aucune réflexion sur le bien vivre d’une commune qui devrait voir sa population gonfler encore d’un quart. La spéculation immobilière et l’égo de la classe politique locale dans toute sa triste splendeur.»

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Célia Lespinasse