Rap, trafics et starisation éphémère

L’image véhiculée par le rap est décriée au niveau national avec pour effet l’annulation de la prestation de Black M aux commémorations de Verdun. Localement, l’affaire du « pseudo-rappeur » interpellé pour trafic de stupéfiants et qui faisait état de ses méfaits sur un clip vidéo revient sur le devant de la scène lors du conseil municipal de Perpignan.


Dans le cadre du vote des subventions aux associations, l’opposition municipale a souhaité revenir sur cette affaire et a interpellé Jean Marc Pujol :

« Comment un maire peut-il tolérer ce genre d’expression dans nos quartiers ? Le Maire a-t-il donné l’autorisation de tournage, et si tel n’est pas le cas, comment n’a-t-il pas été informé de ce tournage alors qu’il a lieu dans un lieu public et en présence d’habitant de la Cité ? Quels sont les actions qu’il a menées depuis la découverte de ce clip pour rétablir la légalité dans cette Cité ? ».

Jean-Marc Pujol rappelle que la mairie

« n’a jamais financé ce genre de clip et ne le fera jamais ! Je rappelle que dans cette délibération nous votons des subventions à la Casa Musicale ou au Médiator ou au Meeting of Style qui est une manifestation connue mondialement qui présente le travail des graffeurs« .

L’adjointe à la sécurité, Chantal Bruzy a quant à elle rappelé que dès que les services ont été alertés de l’affaire, ils ont immédiatement réagi avec un résultat concluant.

Un trafic de stupéfiants médiatisé sur youtube par son organisateur vu par près de 80.000 personnes.

Un clip, raciste, misogyne, qui met en avant l’argent facile et le trafic de drogue au nez et à la barbe des autorités. Suite au signalement par la brigade de contact sur le terrain de la cité ensoleillée au sud de Perpignan, le parquet a immédiatement été saisi et a ouvert une enquête menée par la brigade des stupéfiants et la Brigade Anticriminalité. Une enquête qui a conduit à l’interpellation de l’auteur du clip qui nie toute implication malgré la saisie de 20 kg de cannabis  et de 15.000 € en espèces. À ce jour, le jeune homme de 25 ans est toujours incarcéré.

Un débat s’est ouvert sur le profil Facebook du concerné, certains souhaitant une libération rapide pour « son fils » et « implorant Allah », quand d’autres condamnaient fermement ses actes « Mdr le mec il est trafiquant de drogue et vous demandez à Allah de le libérer ? Qu’Allah nous guide, le monde part en cacahuète« .

Des tentatives répétées de faire le « buzz » sur Youtube depuis 2015 dans des vidéos abordant « sa maman », « sa haine de la France » et son envie de s’en prendre à Marine Le Pen. Des promesses de starisation qui se concluent par une incarcération.

La cité ensoleillée dans le clip d'un rappeur interpelé

e706ea7185b154f573048f96f712ec68OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO