Régionales 2015, entre deux…

La droite et le centre unis s’effondrent à Perpignan !

Face à un Front National stable et une gauche étal en nombre de voix, la comparaison par rapport au dernier scrutin des municipales montre un net recul de la droite et du centre par rapport à ce premier tour des élections régionales.

Comparaison impossible par rapport aux précédentes élections de liste, certains cantons perpignanais englobaient des villages, Bompas, Cabestany, Toulouges.

1er tour des municipales 2014
– Louis Aliot 12.949 voix
– Jean-Marc Pujol 11.617 voix
– Jacques Cresta : 4.497 voix

1er tour des régionales 2015
– Louis Aliot 11.993 voix
– Dominique Reynié 5.680 voix
– Carole Delga 5.156 voix

Plusieurs hypothèses…

Certains opposants à Jean-Marc Pujol, à l’instar de L’Olivier Nouveau Pays Catalan ou La tribune de Fouzi Bouhadi émettent une responsabilité à 100% du Maire de Perpignan et de son équipe.

D’autres tablent aussi sur un manque de renouvellement des équipes, comme certains jeunes cadres les Républicains qui « rongent leur frein » et qui, jusque là, ne parviennent pas à se hisser sur la marche du podium des candidatures.

Le contexte national et régional
Oui, sans nul doute, le contexte national suite aux événements parisiens et la gestion par Nicolas Sarkozy, très critiquée jusque dans ses propres rangs ont joué sur ce scrutin, mais pas aussi lourdement comme à Perpignan.
Le contexte régional et les très mauvais chiffres économiques de la région auraient dû, quant à eux, jouer en faveur d’une alternance entre les deux partis de gouvernement mais à Perpignan il n’en est rien, l’alternance se joue entre la gauche et le Front National.

Abstention
9.000 bulletins d’écart entre les deux scrutins.
Les 38.312 abstentionnistes forment le premier parti de Perpignan.

Cela augure une élection en 2020 bien ouverte pour le front national et sa tête de pont locale, Louis Aliot.

Une pensée sur “Régionales 2015, entre deux…

Commentaires fermés.

c394888e73ab03742a1b8609a0ac1594VVVVVVVVVVVVVVVVVV