Revue de presse du 14 mars | Ils ont parlé des Pyrénées-Orientales

ARCHIVES 31/01/2020, Perpignan, France, Louis Aliot Thierry Mariani meeting campagne Municipales Perpignan © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Politique – À gauche, à droite, en haut, en bas

⊕ Le Point / Présidentielle 2022: Jean-Marie Le Pen suggère à sa fille de “ne pas confondre 1er et 2e tour”

L’ancien président du Front national (devenu Rassemblement national) Jean-Marie Le Pen a suggéré jeudi à sa fille Marine Le Pen, présidente du parti et candidate à l’Elysée, de ne pas “confondre” le premier et le deuxième tour de la présidentielle. “Ce qui est essentiel pour Marine, c’est de ne pas confondre le premier et le deuxième tour”, affirme celui qui a présidé le parti pendant près de 40 ans, dans son journal de bord vidéo. […] Jean-Marie Le Pen n’exclut pas de se rendre au congrès du RN prévu début juillet à Perpignan. “La situation est si grave qu’elle nécessite la réunion de toutes les bonnes volontés”, dit-il.

⊕ New York Times / Can France’s Far Right Rise to Power? One Mayor Shows How

Dans la ville de Perpignan, dans le sud du pays, les électeurs qui avaient depuis longtemps dressé un barrage contre l’extrême droite se sont retournés lors des dernières élections. Certains se demandent si c’est un signe avant-coureur.
En pleine ascension dans les sondages à l’approche de la prochaine élection présidentielle, sentant qu’ils ont gagné la bataille des idées, sentant le sang couler dans le palais de l’Élysée, les leaders de l’extrême droite française ont regardé à travers le pays ce qui se trouvait peut-être entre eux et le pouvoir.
C’est ainsi que certains Français appellent les électeurs qui, à maintes reprises, ont mis de côté leurs divergences politiques pour porter au pouvoir des candidats d’extrême droite – dressant un barrage contre eux comme le font les vrais castors contre les prédateurs.

⊕ Valeurs Actuelles / À Perpignan, Louis Aliot affiche la capacité du RN à administrer une grande collectivité

Premier maire du Rassemblement national à la tête d’une ville de plus de 100 000 habitants, Louis Aliot entend incarner “un nouveau chemin” qui pourrait s’exporter au niveau national. Le 28 juin 2020, au terme d’une campagne interrompue par le premier confinement, le Rassemblement national (RN) remporte pour la première fois de son histoire une ville de plus de 100 000 habitants. Après deux tentatives infructueuses, Louis Aliot fait sauter le plafond de verre récoltant 53,09 % des suffrages contre le maire sortant Jean-Marc Pujol, qui avait pourtant réussi à rallier tous les autres candidats autour de lui.

⊕ Les Echos / Régionales : les maigres espoirs de la droite en Occitanie

Après avoir longtemps hésité, le secrétaire général des Républicains, Aurélien Pradié, se présente dans cette région où la gauche et l’extrême droite dominent. Arrivé en tête au premier tour en 2015, le RN a désigné l’eurodéputé Jean-Paul Garraud, ex-LR, pour tenter d’élargir son électorat. […] Louis Aliot étant devenu maire de Perpignan, le Rassemblement national (ex FN) a choisi comme chef de file occitan un ancien député LR, Jean-Paul Garraud, 65 ans, député européen et ancien magistrat, pour tenter d’élargir son électorat à une partie de la droite.

⊕ La Croix / Régionales 2021, le PS se place en rempart contre le RN en Occitanie

La présidente socialiste de la région Occitanie, Carole Delga, a pour principal adversaire le Rassemblement national qui veut attirer un électorat de droite. […] L’ancienne secrétaire d’État au commerce ne veut pas laisser le Rassemblement national (RN) s’emparer de l’une des cinq régions administrées par le Parti socialiste (PS). « Le RN est aux aguets, il fait son nid sur les territoires paupérisés le long du littoral » , explique Kamel Chibli, directeur de campagne. Dans plusieurs sondages, Carole Delga est favorite mais talonnée par l’extrême droite, qui fait régulièrement des percées en Occitanie. Le parti de Marine Le Pen y était en tête au premier tour de la présidentielle de 2017 (22,98 %) et aux européennes de 2019 (25,68 %). Pour élargir son assise, le RN a choisi comme tête de liste le député européen Jean-Paul Garraud, 65 ans. Cet ancien député UMP (LR) se revendique de la « droite populaire » et joue clairement la carte de « l’union des droites » . « Ce que Louis (Aliot) a fait à Perpignan, Robert (Ménard) à Béziers et Julien (Sanchez) à Beaucaire, il faut le faire aujourd’hui à la région » , a-t-il affirmé le 4 mars.

⊕ Libération / Régionales : on prend les RN et on recommence

En manque de cadres, Marine Le Pen puise dans ses députés européens, élus frontistes expérimentés et quelques transfuges pour représenter son parti lors du scrutin de juin. La leader d’extrême droite espère faire basculer les Hauts-de-France, l’Occitanie ou la région Paca. […] Le Pen sur les questions juridiques. C’est lui qui, par exemple, lui a soufflé l’idée d’une «législation de guerre» contre les islamistes, répétée un peu partout par la députée d’extrême droite après l’assassinat de Samuel Paty et l’attentat de Nice, en octobre. Garraud est encore l’auteur du contre-projet du RN à celui du gouvernement contre les «séparatismes». Il se présente comme ayant des attaches fami liales à Martres-Tolosane, village de Haute-Garonne situé au sud de Toulouse, d’où vient aussi la présidente de région sortante, la socialiste Carole Delga. Garraud, qui a participé à la campagne municipale victorieuse de Louis Aliot à Perpignan l’an passé, affirme que ce dernier va lui renvoyer l’ascenseur aux régio – nales. L’autre figure d’extrême droite de la région, le maire de Béziers, Robert Ménard, a prévu de venir aussi le soutenir.

♦ ImmunitExit pour Carles Puigdemont

⊕ Le Journal du Dimanche / Le leader catalan indépendantiste Carles Puigdemont au JDD : “Nous ne sommes pas des criminels”

L’eurodéputé Carles Puigdemont, leader catalan indépendantiste en exil à Bruxelles depuis 2017, pourrait voir son immunité parlementaire être levée lundi. Il assure pourtant que son combat est loin d’être terminé. […] Reviendrez-vous un jour en Catalogne ? J’y suis déjà revenu plusieurs fois, notamment à Perpignan.

⊕ La Croix / Catalogne : le Parlement européen lève l’immunité de l’indépendantiste Carles Puigdemont

Approuvée par 400 élus, contre 248 et 45 abstentions, la levée de l’immunité de l’indépendantiste catalan Carles Puigdemont a été votée mardi 9 mars à Bruxelles. Le gouvernement espagnol s’en est félicité, affirmant que ce vote montrait que « les problèmes de la Catalogne se résolvaient en Espagne ». […] Mais la liberté de mouvement de Carles Puigdemont va être sérieusement réduite, en particulier ses déplacements à Perpignan, dans le sud de la France, où il retrouvait ses partisans. “Si j’étais lui, je ne quitterais pas la Belgique”, a confié un responsable du Parlement.

♦ Santé – De la Covid-19 au sens interdit

⊕ 20 Minutes / Coronavirus : L’Occitanie accueille 13 patients de la région Paca dans un état grave

Après avoir reçu six patients la semaine dernière, l’Occitanie a pris en charge cette semaine le transfert de sept personnes atteintes de forme grave du coronavirus en provenance de Provence-Alpes-Côte d’Azur. […] Au total, sept patients de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont été transférés cette semaine dans des établissements publics et privés d’Occitanie et six la semaine dernière. Ils ont été orientés vers la Haute-Garonne, le Gard, l’Hérault, les Pyrénées-Orientales, les Hautes-Pyrénées et le Lot. Un moyen de désengorger les services d’urgences des départements du Sud-Est de la France qui sont saturés par les cas de Covid-19.

⊕ France Inter / Pfizer ou AstraZeneca : y a-t-il une “lutte des classes de la piqûre” chez les soignants

Le monde infirmier se déchire sur la bonne attitude à adopter face aux vaccins pour lutter contre le Covid-19. Le sujet est clivant : il y a ceux qui courent se faire vacciner, ceux qui refusent toute injection et ceux qui ne comprennent pas pourquoi ils doivent se vacciner avec de l’AstraZeneca et pas les médecins. […] Infirmière en libéral près de Perpignan, Juliette, 38 ans, et ses deux collègues ont refusé un vaccin qui a cloué au lit pendant 48 heures plusieurs soignantes de leur entourage. “On ne veut pas se faire imposer un dictat sanitaire. Le vaccin qu’on nous impose, l’AstraZeneca, a beaucoup d’effets secondaires. Au sein de notre cabinet, si nous le faisons, nous devons le faire sur nos jours de repos, parce qu’on est incapable, la plupart du temps, d’aller travailler le lendemain” regrette-t-elle.

⊕ Ouest France / Perpignan. Un panneau « sens interdit » empêche l’accès à un service d’urgence d’une clinique

« C’est inacceptable ! ». Pour Pascal Delubac, directeur général de la clinique Saint-Pierre de Perpignan (Pyrénées-Orientales), la nouvelle signalisation dans une rue menant à son établissement est une aberration. Comme le rapporte France 3 Occitanie, un panneau « sens interdit » a été mis en place dans une rue à sens unique qui conduit au caisson hyperbare de la clinique. Un service d’urgence qui accueille une vingtaine de patients par jour, venus de toute la région Occitanie. Résultat : les véhicules sanitaires n’osent plus emprunter cette seule voie d’accès et les malades doivent faire le chemin à pied.

♦ Perpignan – Baisse des prix pour une ville en milieu de palmarès

⊕ Le Figaro / Palmarès familles 2021: ces villes qui offrent les meilleurs services

Coût des transports en commun, équipement médical, accès à la culture… Découvrez le 5e et dernier classement intermédiaire de notre palmarès des villes où s’installer en famille. Plus encore que notre classement intermédiaire consacré aux villes les plus dynamiques, ce palmarès des services est une chasse gardée des grandes villes. Seul le petit Poucet Bayonne, parvient à distinguer au sein du Top 20 à une très belle 8e place, tandis que Narbonne deuxième ville de moins de 100.000 habitants doit se contenter de la vingtième position. Il faut dire qu’offrir des services de qualité: notamment des transports en commun abondant et bon marché, une infrastructure de santé performante sans oublier un large accès à la culture est compliqué et coûteux. […] Notons que Nantes est moins à la fête sur cette famille de critères que d’autres (12e place) tandis que Nice pointe en 15e position et que Marseille doit se contenter de la 19e place, tout juste devant Narbonne. Annecy (33e), Perpignan (37e) ou Toulon (41e) figure parmi les grandes villes reléguées dans la seconde moitié du classement général, occupé très majoritairement par des villes moyennes.

⊕ Boursorama / Stabilité ou hausse à prévoir sur les prix des logements pour les prochains mois selon le spécialiste des données immobilières Yanport

Selon la récente étude publiée par le « data expert » du marché immobilier Yanport, les prix des actifs résidentiels situés dans les métropoles françaises de plus de 100.000 habitants devraient rester soutenus sur le début d’année 2021. La méthodologie de Yanport s’appuie sur l’analyse quantitative des annonces immobilières publiées en France sur les principaux portails internet spécialisés. […] Dans le détail, Yanport isole trois villes dont les prix ont le plus de chances de baisser dans les prochains mois : Bordeaux (probabilité de baisse de 41%), Rouen (35%) et Perpignan (34%).

♦ Canet-en-Roussillon sort Marseille de la Coupe de France

⊕ L’Equipe / Résultat et résumé Canet-en-Roussillon – Marseille, Coupe de France, 16es de finale, Dimanche 07 Mars 2021

Coup de sifflet final. Victoire logique du Canet-en-Roussillon (N2) qui a dominé une pâle équipe marseillaise. Battus dans tous les compartiments du jeu, les Phocéens n’ont rien montré pour la dernière de Larguet. Une rude tâche attend Sampaoli. Posteraro aura été décisif avec un coup-franc magique et une passe décisive.

⊕ 20 Minutes / Coupe de France : L’influenceur marseillais Mohamed Henni va courir « à poil » à Canet-en-Roussillon

Il l’avait promis. L’influenceur marseillais Mohamed Henni, fervent supporter de l’OM, a indiqué qu’il serait, dimanche, à Canet-en-Roussillon (Pyrénées-Orientales), où il traverserait le centre-ville de la station balnéaire « à poil », comme il s’y était engagé en cas de défaite de son club en 16e de finale de la Coupe de France.

⊕ Le Parisien / Coupe de France : l’OM, roi des bides de Carquefou à Canet

Ce n’est pas la première fois au 21e siècle que l’OM, humilié ce dimanche par Canet-en-Roussillon, subit la loi d’adversaires hiérarchiquement très inférieurs en Coupe de France. L’histoire du football est un éternel recommencement. L’OM, piteusement éliminé ce dimanche par Canet-en-Roussillon (2-1), pensionnaire de National 2 (le 4 e niveau national) en 16e de finale de Coupe de France, l’a appris, une fois encore, amèrement à ses dépens. Au 21e siècle, le club phocéen, longtemps détenteur du record de victoires dans cette épreuve (10), avant d’être dépassé par le PSG (13), avait déjà subi au moins quatre couacs tout aussi retentissants. Flash-back.

⊕ Sport 24 / Coupe de France : quand l’OM demande à Canet-Roussillon de vider totalement ses tribunes

La magie de la Coupe de France en temps de crise sanitaire n’est plus la même. Elle donne même lieu à de curieux paradoxes. Dimanche soir, en éliminant l’Olympique de Marseille (2-1) en 16es de finale, Canet-en-Roussillon a réalisé un véritable exploit, que les modestes amateurs ont dû célébrer devant les tribunes vides du stade Gilbert-Brutus de Perpignan. Enfin, pas totalement vides car une petite cinquantaine de personnes étaient présentes et donnaient de la voix. Un soutien qui n’avait pas plu aux… dirigeants phocéens visiblement. En effet, durant la rencontre, ces derniers auraient demandé l’évacuation des tribunes afin d’évoluer totalement à huis-clos, comme l’a révélé Jordi Delclos, le manager de la formation catalane, sur les ondes de RMC. «Ils ont demandé qu’on évacue la tribune, que la pelouse soit tondue, qu’on arrose le terrain. On a refusé tout ça.

♦ Sans oublier le rugby

⊕ L’Equipe / Dans les coulisses du public en carton, remède aux matches à huis clos

En attendant que les tribunes des stades se remplissent à nouveau, certaines initiatives mettent les supporters à plat. Au sens propre.

♦ Olivier Amiel et la Cancel Culture

⊕ Culture Mag / La Cancel Culture : l’enfer, c’est l’Autre !

Bret Easton Ellis (BEE) est accablé de qualités comme un ciel de juin est constellé d’étoiles. Non seulement, de sa plume agile et indépendante, il ose peindre, dans un style qui lui est personnel, la société américaine, avec une appétence particulière pour les gosses de riches (nous en avons encore quelques-uns en France, sous réserve de domiciliation fiscale des parents à l’étranger) mais, en plus, mettez votre progéniture direct au lit, il saupoudre le tout de cocaïne en stock, de bronzage Malibu, de lunettes de soleil Wayfarer et de références musicales baroques, notamment au génialissime Elvis Costello. […] Homme de convictions et brillant juriste, Olivier Amiel nous invite avec Voir le pire, à une traversée transatlantique pour le meilleur, se payant le luxe, après un passage en revue de la bibliographie de son Maître et ami, d’écorner la bien-pensance à deux balles qui croit refaire le Monde en oubliant l’immonde.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances