07/05/2020, Canet-en-Roussillon, France, Illustration déconfinement interdiction plages, bord de mer, terrasses des cafés et restaurants / deconfinement banning beaches, seaside, café and restaurant terraces © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Revue de presse du 26 juillet – Ils ont parlé des Pyrénées-Orientales

LECTURE

Parcourez notre revue de presse nationale (et pas que) publiée tous les dimanches. Un format Made In Perpignan ; les Pyrénées-Orientales sous le prisme des médias nationaux et étrangers.

♦ Pour une poignée de dollars de plus

⊕ Gala / Louis Aliot : la promotion de sa compagne Véronique Lopez fait polémique

Moins de deux semaines après avoir été élu maire de Perpignan, Louis Aliot a proposé la nomination de sa compagne Véronique Lopez au conseil d’administration du théâtre L’Archipel. Un début de mandat qui fait du bruit ! Louis Aliot, le nouveau maire Rassemblement national de Perpignan, n’a pas hésité à augmenter son indemnité de maire de 17% lors du premier conseil municipal qu’il a présidé, le 10 juillet, provoquant une belle polémique…

⊕ La Croix / Salaire des maires  : il baisse à Poitiers, il monte à Perpignan

Les nouveaux maires peuvent demander à leur conseil municipal de diminuer leur indemnité, ou au contraire de l’augmenter jusqu’au plafond légal.

⊕ Le Canard Enchainé / Au nom d’Aliot

Après deux décennies de compagnonnage avec les Le Pen (le père puis la fille), Louis Aliot a apprit ce que l’esprit de famille veut dire. À la fin du conseil municipal du vendredi 10 juillet, profitant de l’émoi provoqué par l’augmentation de ses indemnités de maire, il fait passer en douce la nomination de sa nouvelle compagne, Véronique Lopez, au conseil d’administration du théâtre de Perpignan, L’Archipel – une scène nationale. Sur son site internet, Aliot s’engageait à “privilégier le mérite, la compétence, l’égalité et l’intérêt général”. Ça commence bien.

♦ Culture, étiquette Rassemblement National… l’après élections municipales

⊕ Le Figaro / Trois lauréats et un éditeur boycottent un prix littéraire après l’élection de Louis Aliot à Perpignan

Le président du jury Dominique Fernandez a lui même démissionné alors que la municipalité, dirigée par le cadre du RN, dénonce une «cabale». Trois lauréats des prix Méditerranée 2020 et l’éditeur de l’un d’entre eux ont annoncé qu’ils boycotteront la remise des prix le 3 octobre à Perpignan, après l’élection du RN Louis Aliot à la mairie. Bruno Doucey, l’éditeur de la poétesse algéro-tuniso-française Souad Labbize, indique dans un communiqué à l’AFP que sa maison d’édition ne se rendra «pas à la remise du prix pas plus» que Souad Labbize.

⊕ ActuaLitté / Louis Aliot, maire de Perpignan, incompatible avec la poésie

Le jeu de la chaise vide, toujours perdant ? Pas sûr. Face à une mairie qui a basculé vers l’idéologie d’extrême-droite, les éditions Bruno Doucey décident de passer leur tour. Pourtant, leur autrice, la poétesse Souad Labbize, a remporté le prix Méditerranée 2020. Mais quand Louis Aliot siège à la tête de la ville, c’est toute la manifestation qui finirait par souffrir ce de front national. 

⊕ Le Parisien / La marque RN n’a pas fait vendre aux municipales

Les candidats soutenus par le Rassemblement national ont gagné aux municipales en s’affranchissant du parti, comme à Perpignan, où Marine Le Pen n’organisera pas sa rentrée politique. Mi-juillet, une tortue marine a pondu des oeufs sur la plage de Fréjus. Un événement rarissime. En septembre, Marine Le Pen tiendra dans la cité varoise son université de rentrée, beaucoup moins rare, puisqu’elle est annuelle. Au Rassemblement national (RN), certains s’interrogent : pourquoi ne pas l’avoir organisée à Perpignan, qui vient d’être emporté par Louis Aliot ? « Traditionnellement, on monte la rentrée sur les terres de conquête. A Fréjus en 2014, lorsque David Rachline a gagné la ville. En 1995, c’était à Toulon », remarque un élu. Officiellement, les choses étaient, de toute façon, calées depuis longtemps. Mais quelques membres du parti s’en étonnent : « C’est quand même la seule ville de plus de 100 000 habitants que nous avons gagnée depuis longtemps…»

♦ Crise sanitaire – Le Covid-19 s’installe dans la vie quotidienne des Pyrénées-Orientales

⊕ Le Monde / Le Covid-19 impose une cure d’austérité aux villes thermales

Les stations devraient accuser une chute de 40 % à 50 % de leur activité cette année, du fait de la crise sanitaire due au coronavirus qui fragilise un socle important de l’économie locale. […] « Aujourd’hui, nous prévoyons une chute d’activité de 40 % pour nos vingt stations [Eugénie-les-Bains, dans les Landes, Barbotan, dans le Gers, Le Boulou, dans les Pyrénées-Orientales, Gréoux-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence, Le Mont-Dore…] », souligne Eléonore Guérard, la présidente de la Chaîne thermale du soleil. Un des trois géants du secteur avec ValVital et France Thermes qui accueillent, dans leurs 35 stations, 45 % des 600 000 curistes enregistrés en année normale. « Nous allons terminer l’année dans le rouge, c’est sûr. Mais il n’y aura pas de fermeture ni de plan social. Nous avons un matelas de trésorerie assez épais et nous travaillons pour obtenir un prêt garanti par l’Etat. »

⊕ Challenges / A La Rochelle ou Argelès, le masque devient obligatoire en plein air dans les zones fréquentées

Les habitants et visiteurs de plusieurs villes touristiques du littoral à l’image de la Rochelle ou Argelès-sur-Mer sont tenus de porter le masque en plein air, dans les quartiers les plus fréquentés. Cette initiative a été déployée pour lutter contre le relâchement des bonnes pratiques face au Covid-19. […] A Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), le maire Antoine Parra (SE) a rendu mardi le masque obligatoire jusqu’au 31 août dans les allées piétonnes du centre-plage et les marchés, mais sans prévoir de pénalités pour les contrevenants.

⊕ Le Figaro / Le virus circule lentement, mais circule encore

L’épidémie de Covid-19 n’est pas terminée en France. S’il n’y a pas de signe manifeste d’une deuxième vague, le virus est toujours présent. Les quelques semaines d’insouciance de l’après confinement sont désormais oubliées. Car si la très redoutée deuxième vague n’est pas (encore) d’actualité, les différents indicateurs confirment que le virus continue de circuler sur le territoire. […] «Il y a un retour de la maladie dans les Pyrénées-Orientales, constate le Dr Hugues Aumaître, directeur du Service des maladies infectieuses du centre hospitalier de Perpignan. Depuis 10 jours nous avons à nouveau des cas positifs. Les premiers étaient des habitants faisant régulièrement des allers-retours avec l’Espagne. Désormais c’est plus diffus. On se prépare à accueillir un nombre croissant de malades avec la venue des touristes.»

⊕ AFP Factuel / Non, il n’y a eu “aucune instruction ministérielle” pour fermer prochainement la frontière franco-espagnole

Une publication partagée plus de 60 000 fois en moins de trois jours sur Facebook affirme que la frontière franco-espagnole sera fermée le jeudi 23 juillet dans la commune frontalière du Perthus, dans les Pyrénées-orientales. C’est faux le 21 juillet, la préfecture de ce département explique à l’AFP n’avoir reçu “aucune instruction ministérielle pour fermer la frontière”.

⊕ La Croix / Le chocolatier Cémoi transportera son cacao sur des voiliers

Le groupe chocolatier français Cémoi souhaite réduire son empreinte carbone et projette d’utiliser d’ici à 2025 quatre voiliers cargos pour transporter sa marchandise depuis la Côte d’Ivoire. Trois mâts, 4 000 m² de voiles, 78 mètres de la proue à la poupe, et, dans les cales, 1.000 tonnes de cacao : voilà à quoi ressemblera selon le chocolatier français Cémoi le transport maritime de demain. Dès 2022, annonce le groupe basé à Perpignan, un voilier cargo de l’entreprise bretonne TOWT (pour TransOceanic Wind Concept) prendra le large depuis la Côte d’Ivoire, pour acheminer la précieuse « masse » de cacao jusqu’au port du Havre.

⊕ France Inter / Bientôt le réveil des trains de nuit ?

Lors de son entretien télévisuel du 14 juillet, Emmanuel Macron s’est exprimé sur le développement du transport ferroviaire. La relance des trains de nuit arrive en tête de ses directives ; alors qu’ils avaient quasiment disparu du paysage français depuis le quinquennat Hollande.

⊕ Le Parisien / La relance annoncée du fret ferroviaire sonne-t-elle le retour du train des primeurs à Rungis ?

Il y a tout juste un an, le train Perpignan-Rungis arrêtait de circuler en France ; remplacé par 80 camions pour approvisionner quotidiennement le MIN. Le Premier ministre Jean Castex doit bientôt s’exprimer sur le sujet, et peut-être le remettre sur les rails. Le président l’a clairement expliqué dans son interview du 14 juillet, Jean Castex devait faire des annonces en ce sens samedi 18 juillet lors d’un déplacement près de Perpignan (Pyrénées-Orientales), avant d’annuler le rendez-vous pour se rendre à Nantes, à la suite de l’incendie de la cathédrale. La veille, le nouveau ministre de l’Agriculture Julien Denormandie enfonçait le clou lors de sa visite au marché de Rungis (Val-de-Marne) : « Le gouvernement est à pied d’oeuvre pour déterminer des solutions. »

♦ Tourisme en Pyrénées-Orientales

⊕ Le Magazine du  Monde / Collioure, Banyuls : un vignoble à la mer

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?