Entre « Moteur » et « Coupez » – Les Innocents en tournage dans les Pyrénées Orientales

Nous avons eu la chance de pouvoir assister au tournage de plusieurs séquences de la série Les Innocents qui s’est tenue dans le département depuis le mois de Mai. Au total, 63 jours de tournage pour les 60 techniciens et 56 comédiens de la série policière qui sera diffusée sur TF1.

Nous avons assisté au tournage de deux séquences sur les 325 que compte cette série. Le montage final donnera naissance à 6 épisodes de 52 minutes. Les séquences 359 et 360 (correspondants à la fin de l’épisode 3) ont pris pour décor le Palais Consulaire de La Chambre de Commerce. Ce dernier a été transformé pour l’occasion en commissariat de police. La série française produite par Terence Films et réalisée par Frédéric Berthe compte plus de 600 figurants recrutés à Perpignan lors d’un casting géant en avril dernier. Parmi ceux ci, on pourra noter la présence de certaines figures locales, telles que le Président de la CCI, Bernard Fourcade, qui nous commentait sa participation : « C’est une expérience de voir le tournage et de voir comment ça se passe. On a tous eu un jour le rêve d’être acteur. C’est intéressant de vivre des expériences comme celles-ci et de voir le temps de préparation nécessaire pour tourner seulement 2 minutes »… Dans un rire il précise : « Maintenant, je pourrai rajouter acteur sur mon C.V. ! »

Le pitch de la série avec Tomer Sisley, Odile Vuillemin…
… Olivier Marchal, Barbara Cabrita : « Deux jeunes ados sont les uniques témoins d’une tuerie, aussi violente qu’en apparence incompréhensible, exécutée par un tueur froid et méthodique. Ils ont vu l’assassin, et l’assassin les a vus avant qu’ils ne lui échappent. Mais les deux garçons décident de taire leur présence sur les lieux du crime parce qu’ils n’assument pas cette nuit d’amour qu’ils ont passé ensemble. Ce mensonge, ils l’opposent à leurs amis, à leur famille, et surtout à l’enquêtrice principale, Hélène, qui est aussi la tutrice de l’un d’eux. Hélène devra apprendre à se comporter comme une mère aimante et protectrice pour sauver son ado, du tueur qui les traque… ».

Nous avons passé deux heures en immersion dans la CCI transformée en commissariat. Avec toute la panoplie, les bureaux des agents, sa salle d’interrogatoire. Le Palais Consulaire a également accueilli l’ensemble du « back office », les locaux qui servent habituellement aux conférences de presse transformés en salon de maquillage ou dressing pour les nombreux costumes utilisés pour la série. La « cantine » pour toute l’équipe de Terence Films était quand à elle prévue en extérieur sur la place du Colonel Arbanère, non loin de la rue Pierre Cartelet.

♦ L’œil de production avec Jean Marc Abbou de Terence Films
Jean Marc Abbou, directeur de production sur la série, a gentiment répondu à nos questions . « Mon rôle est avant tout de mettre un devis en face d’un scénario et de faire en sorte que durant toute la durée du tournage l’on reste dans le budget prévu à l’origine ». Pour la série « Les Innocents », le budget est de 1,2 millions d’euros par épisode, un montant que le professionnel aux 35 ans d’expérience qualifie de « budget plus » pour une série française. Jean Marc Abbou, qui a collaboré à plus de 60 de tournages, dont Ronin avec Al Pacino, la série Versailles ou encore Mafiosa, fait « un très bon constat autant au niveau de l’accueil qu’au plan des décors. C’est notre réalisateur (Frédéric Berthe) qui connaissait un peu la région et qui a pensé que les décors collaient bien avec le scénario ».

Les équipes de Terence films ont tourné les scène de montagne à la Llagone près de Font Romeu, celles de mer à Port Vendres, Cerbère et Banyuls. Les équipes ont également tourné à Céret. La majorité des scènes en décor intérieur ont été filmés à Perpignan, à la CCI, à l’hôpital ou dans des appartement privés.

Jean Marc Abbou nous confiait les plus du département : l’accueil des institutions et des habitants… Mais aussi les moins tels l’enclavement avec un monopole aérien et une ligne à grande vitesse qui tarde à venir. Le département pourrait, selon le directeur de production, être plus attractif pour les tournages si le temps et les rotations étaient plus favorables. Autre point d’amélioration possible selon lui : le surcoût engendré par le manque de techniciens basés sur le département. Ce qui s’explique aisément compte tenu du manque de débouchés locaux de la profession. Le territoire a tout de même su convaincre les producteurs malgré le budget supplémentaire de de 300 ou 400.000 euros pour pouvoir loger les techniciens.

De quoi donner des idées peut être pour une future Cité du Cinéma ou Cinecitta dans notre département pour accueillir séries et films.

62f85a8c6524dca9feccaa7da0a492fe>>>>>>>>>>>>