fbpx

Budget 2019 du Conseil Départemental – Investissement inédit sur Perpignan

Au programme de la dernière séance de l’assemblée plénière du Conseil départemental, le vote du budget primitif 2019. Cinq millions d’euros d’investissements prévus dans le cadre du Nouveau Plan de Rénovation Urbaine de Perpignan. Une collaboration entre le Département et la Communauté urbaine que l’ensemble des élus présents ont saluée. À noter la présence en début de session d’une délégation de Gilets Jaunes venue présenter leurs revendications.

♦ Le Plan de Rénovation Urbaine de Perpignan soutenu à hauteur de près de 10% par le département 

Un consensus né des rencontres entre le président de la Communauté urbaine et maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, et la présidente du Conseil départemental, Hermeline Malherbe. Joelle Anglade, élue d’opposition de l’assemblée et maire des quartiers Est de la ville de Perpignan, se réjouissait à l’annonce de ce partenariat entre les deux institutions. “On ne peut que se féliciter de cet état de fait qui donne de l’espoir dans le fait de faire triompher l’intérêt général et le bien-être de tous les habitants de notre département. En ces temps où on demande aux élus plus d’action et moins de posture, tout cela me semble de bonne augure”.

Le département participera notamment :

  • à hauteur de 50% de l’enveloppe nécessaire à la relocalisation du poste de police sur le quartier Saint-Jacques. Sur ce quartier, le département soutiendra également une salle multi-usages et la seconde tranche du campus universitaire en centre-ville.
  • à la création de “la maison de quartier” du Moyen-Vernet, “la maison pour tous” du Champ de Mars ou celle du “Nouveau Logis”.
  • à la rénovation de la médiathèque du centre ancien mais aussi l’aménagement de jardins familiaux sur le Champs de Mars ou Vernet Salanque.

♦ Budget primitif 2019 voté par la majorité, abstention du groupe d’opposition et de Jean-Louis Chambon

Le budget d’un montant primitif d’un montant total de 644,5 M€ dont 65% (415,3 M€) pour les solidarités :

  • 40% dévolus pour l’accompagnement social et l’insertion, avec le versement du Revenu de Solidarité Active (RSA). Un revenu de substitution versé en 2017 à 20469 foyers.
  • 21,8% destiné aux personnes âgées et la dépendance. C’est l’Allocation Personnalisé d’Autonomie (APA) qui pèse le plus dans ce budget dépendance avec 11240 bénéficiaires.
  • 20% en direction des personnes handicapées avec le financement des dispositifs d’hébergement et le versement de l’Allocation Adulte Handicapé (AAH). Une allocation versée dans les Pyrénées-Orientales à 1752 bénéficiaires.
  • La protection de l’enfance et des familles représente 18,2% des dépenses de solidarité pour 558 enfants placés.

Le département prévoit 20% du budget alloué à l’aménagement du territoire, soit 130,7 M€. 50,4% seront dédiés aux infrastructures et mobilités, 25,8% à l’aménagement et à l’accompagnement des communes, 17,3% pour l’eau et l’agro-environnement, et enfin 6,5% pour le logement.

L’assemblée départementale a accordé près de 100 millions d’euros pour le volet citoyenneté. Un budget qui englobe :

  • La jeunesse et l’éducation dans le cadre de sa mission au niveau des collèges.
  • La sécurité civile, avec le Service Départemental d’Incendie et de Secours.
  • 17,5% du budget citoyenneté réservé pour la culture et le patrimoine. Pour mémoire, le département gère entre autres le château de Collioure, le Palais des Rois de Majorque et vient d’acquérir le château de Castelnou.
  • Enfin, le sport bénéficie d’une enveloppe de 3,1%. Notamment avec le soutien aux sportifs tels que Martin Fourcade ou aux équipes de rugby à XIII ou à XV.

Par ailleurs, le volet investissement sera de 103,8 millions d’euros pour 2019.

♦ Les Gilets Jaunes à la tribune de l’assemblée départementale

C’est à l’invitation du groupe communiste du département qu’une délégation d’une dizaine de Gilets Jaunes est venue prendre la parole. Gérard Gimenez a demandé aux élus locaux de transmettre un message à l’Assemblée nationale et au Sénat. “Nous sommes en train de travailler à récolter des signatures pour modifier l’article 43 de la constitution pour pouvoir instaurer le RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne)”. Un RIC qu’ils veulent “en toute matière” et non celui que “propose le premier ministre”. Qui “n’a aucune valeur” selon lui. Il concluait son intervention en déclarant : “Nous sommes très déterminés à redevenir de vrais citoyens”.

Les élus du département ont tenté de répondre à cette prise de parole, et au-delà, à la crise des Gilets Jaunes.

“La proximité avec tous les habitant et l’écoute ont toujours été à la base de mon travail et cette proximité est essentielle” dixit Isabelle de Noëll-Marchesan, élue d’opposition et suppléante du député La République En Marche de la première circonscription. Elle a rappelé que depuis l’élection de 2017, tous deux tenaient des réunions publiques tous les 15 jours. Des réunions “afin de connaître les préoccupations des habitants et de répondre à leurs questions et d’agir en conséquence”.

Isabelle de Noëll-Marchesan particulièrement seule face à la critique et notamment celle du groupe communiste. Dont Nicolas Garcia qui lui rétorqua : “si vous voulez aider les Gilets Jaunes, dites à votre titulaire de voter la motion de censure. Empêchez la police d’aller détruire au Boulou un campement qui ne gênait personne ! Empêchez la police d’être agressive quand ce n’est pas le sujet. Vous avez toutes les clés ! En Ve République, quand on a un président de la République et une majorité absolue, on fait ce qu’on veut ! En disant que vous les comprenez et en ne faisant rien, vous ternissez l’image de l’ensemble de la politique”. Isabelle de Noëll-Marchesan qui débute une semaine difficile puisque dès mercredi devrait être actée son éviction de la mairie des quartiers sud par la volonté de Jean-Marc Pujol.

Une pensée sur “Budget 2019 du Conseil Départemental – Investissement inédit sur Perpignan

Commentaires fermés.

quis Lorem mattis fringilla Phasellus consequat.