Divorce Club avant première Mega Castillet Perpignan

Divorce Club au Méga Castillet – Les comédies françaises, l’anti-dépresseur des Français

LECTURE

Très bel accueil perpignanais pour Divorce Club, mais pas que. Dès son premier jour de sortie en salle, le film a convaincu 44.000 spectateurs ; prenant ainsi la tête du box-office de la semaine. Au cinéma Méga Castillet, la rédaction a eu le plaisir de rencontrer l’équipe du film lors de leur seule avant-première en province.

Le réalisateur Michaël Youn, et les acteurs Arnaud Ducret, François-Xavier Demaison, Audrey Fleurot ont constaté avec plaisir l’un des enseignements de ce confinement : les comédies françaises sont l’anti-dépresseur préféré des Français. Parce que Louis de Funès s’est imposé comme la valeur-refuge du confinement, parce que la comédie Divorce Club touchera tous les publics, des inconditionnels de Very Bad Trip aux nostalgiques de Mme Doubtfire avec Robin Williams ; premier retour dans les salles obscures après une longue période d’abstinence cinématographique pour cause de Covid.

♦ Trois longues années avant d’entendre les rires des spectateurs 

Michaël Youn, dont c’est le 3e film derrière la caméra, a insisté sur l’ambiance du film. “Quand on commence à écrire un film, il faut être certain du sujet dans lequel on se lance. Parce que vous allez le porter bien plus longtemps qu’un bébé. Il faut partir dans la bonne direction ; et avec la bonne équipe et les bons camarades. Il faut aussi que l’équipe soit sûre de vous. Mais, je n’ai jamais eu cette ambiance sur un film. Je sais qu’on a créé une équipe et j’espère qu’on va pouvoir faire Divorce Club 2 ! Car nous avons très envie de nous retrouver, de partir plus loin avec les personnages que nous avons créés”.

Au sujet des blagues potaches à laquelle l’équipe du film s’adonne avec délectation, Audrey Fleurot rétorque : “Moi, j’ai grandi en caserne ; je ne suis pas la dernière pour boire une bière au cul du camion. Mais là on est quand même à un très haut niveau de blagues ! Moi ce qui m’épate, c’est à quel point les gars fournissent de la blague non-stop. C’est très très rare de s’arrêter”.

Plus sérieusement, Audrey Fleurot revient sur la nécessité de rester dans une dynamique comique alors que parfois les tournages sont longs. “Je pense aussi que c’est pour rester dans une dynamique. On fait un film de comédie, il y a de longs moments d’attente sur les tournages”. Michaël Youn de confirmer que “cela nous permet de rester dans un état d’énergie comique. Idem quand nous sommes en tournée de promotion. D’ailleurs, Audrey n’est du tout mal à l’aise les blagues de garçons ; tout en étant la grâce incarnée !”

♦ François-Xavier Demaison, ambassadeur du Pays Catalan

François-Xavier De Maison d’insister : “Pour faire une comédie réussie, il faut que toute l’équipe s’entende bien ; mais là on est devenus une vraie famille ! Cela fait deux ans que le tournage est fini et on ne se quitte plus ; on envoie des messages tout le temps. Je les aime ces trois-là !”.

Depuis qu’il a épousé une Thuirinoise, l’acteur ne tarit pas d’éloge sur les Pyrénées-Orientales. “C’est la raison pour laquelle l’équipe n’a fait qu’une seule avant-première en province ; ici au Méga Castillet en Pays Catalan. Ils ont compris que cette région était importante pour moi et ma femme. Moi j’aime le Roussillon, j’aime ses vins et ce soir on va déboucher quelques bonnes bouteilles”.

♦ La sortie de Divorce Club retardée au 14 juillet pour cause de confinement 

À l’origine, le film devait sortir en salle le 25 mars. Mickaël Youn de se remémorer : “Nous étions encore en tournée avec Arnaud, et nous étions dans le déni le plus total ! On s’auto-persuadait… Le Covid arrivait ; et nous on disait Noooon, on va continuer à aller au cinéma, fuck fuck Coronavirus. On avait l’impression d’être des rebelles. Sur ce, Macron a dit : Non on ferme les cinémas, et fermez vos gueules”.

Pour l’artiste, cela a participé au fait qu’il ait détesté toute la période du confinement. “Certains prenaient du recul, moi je n’avais pas envie de prendre du recul. Je n’avais pas envie de faire des flans aux pruneaux pendant 3 mois !”.

À propos des nouvelles règles sanitaires de tournage, Michaël Youn déclare : “Je n’ai pas envie d’anticiper les tournages dans ces conditions. J’ai juste envie que ça passe ; parce que tourner dans ces conditions, ce n’est juste pas possible. Si on continue à vivre tout le temps comme ça, il faudra changer de façon de vivre. Mais je ne crois pas que ce soit le cas”.

♦ Et dans la vraie vie, ça donnerait quoi un club pour les divorcés ?

Michaël Youn en témoigne dans le dossier de presse : “Quand on se sépare… on tombe toujours sur un bon copain ou une bonne copine qui vous entraîne jusqu’aux tréfonds de la nuit en vous hurlant : « T’inquiète, tu vas voir, ce divorce, c’est la meilleure chose qui pouvait t’arriver dans la vie ! » On passe tous par là. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de tomber sur un endroit aussi cool que ce « Divorce Club », où ces hommes et ces femmes, puisque je précise qu’il est mixte, peuvent se consoler ensemble en se lâchant comme des ados mais avec des moyens d’adultes.”

“En revanche, pour avoir vécu en colocation pendant près de 15 ans avec des potes, jusqu’à la naissance de ma fille il y a 9 ans, (donc jusqu’à l’âge de 38 ans quand même !!!), je pense être très très bien placé pour parler du sujet ! Aujourd’hui, je ne serais plus capable de vivre dans un bordel pareil ; mais franchement, tant que vous n’avez pas d’enfant, c’est extraordinaire. En tout cas si, comme moi à l’époque, vous voulez fuir la solitude”.

François-Xavier Demaison évoque Patrick, son personnage : “Même si certains aimeraient vivre en permanence cette vie de fête et de débauche cela ne suffit pas. À un moment donné, revivre son adolescence de manière régressive, ça ne suffit plus. Même mon personnage dans le film, Patrick a besoin d’amour. Et pourquoi est-il aussi festif, parce qu’il vit très mal sa rupture. Il cache sa peine derrière le feu d’artifice de rire”.

♦ Le lémurien “Michel” de son vrai nom “Confucius”

Michaël Youn nous dévoile que 3 lémuriens jouaient le rôle de “Michel”. “Vous avez des gens qui sont des professionnels des animaux, je n’aime pas utiliser le mot dresseur. Ce sont des amoureux des animaux. Ce sont ces professionnels qui vous disent : Stop Confucius est fatigué, il faut arrêter de tourner”. Alors pourquoi le choix du lémurien ? “On me conseillait plutôt de travailler avec un capucin, ou un chimpanzé, car le lémurien est un animal très craintif et qui n’aime pas trop jouer. Mais c’était moins drôle parce qu’on avait déjà vu des capucins ou des chimpanzés”. 

♦ Synopsis de Divorce Club

“Après 5 ans de mariage, Ben est toujours aussi éperdument amoureux. Jusqu’au jour où il découvre en public que sa femme le trompe : humilié et plaqué dans la foulée ! Abattu et lâché par ses proches, Ben peine à remonter la pente jusqu’à ce qu’il croise le chemin de Patrick, un ancien ami lui aussi divorcé qui lui propose d’emménager chez lui. Patrick, au contraire de Ben, entend bien profiter de son célibat retrouvé et de tous les plaisirs auxquels il avait renoncé durant son mariage. Bientôt rejoints par d’autres divorcés, les fêtards quarantenaires ébauchent les premières règles du ” Divorce Club “…

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?