Vida en sombras Filmoteca de Catalunya

Institut Jean Vigo – Carte blanche à la Filmoteca de Catalunya début Novembre

LECTURE

La cinémathèque de Perpignan accueille en ce mois de novembre Esteve Riambau, directeur de la Filmoteca de Catalunya ainsi que Francesc Betriu, réalisateur « La Plaça del Diamant. Ils seront tous les deux présents à l’Institut Jean Vigo pour venir rencontrer les amateurs du cinéma catalan. Pour cette carte blanche accordée à la Filmoteca de Catalunya, l’Institut a programmé 4 séances.

♦ De Barcelone à Perpignan, la Filmoteca de Catalunya

Située à Barcelone, la Filmoteca de Catalunya a une double ambition. Veiller à la préservation et à la diffusion du patrimoine audiovisuel et de la culture cinématographique. Tout au long de l’année, la Filmoteca organise des projections et des expositions. L’établissement conserve également près de 400.000 photographies, 60.000 livres, des magazines, 30.000 affiches et d’autres documents cinématographiques.

Inauguré début 2012, le bâtiment Raval comporte deux salles de projections, un espace pour les expositions permanentes et temporaires, et une bibliothèque spécialisée. La Filmoteca est ainsi devenue une structure culturelle destinée à tous les amateurs de cinéma. Des invités viennent régulièrement débattre avec le public autour du cinéma aussi bien classique que contemporain.

♦ Une carte blanche signée Esteve Riambau de la Filmoteca de Catalunya

Son directeur depuis 2010, Esteve Riambau, est à la fois auteur et coréalisateur. On lui doit une trentaine de livres sur le cinéma, dont quatre entièrement consacrés à Orson Welles. Sa filmographie comporte deux longs-métrages La double vie du fakir en 2005 et Màscares en 2009. C’est lui qui a sélectionné les 4 films projetés lors de cette carte blanche. Ce sont des classiques du cinéma catalan, qui dressent un portrait de l’histoire de la Catalogne.

Le 5 novembre, il viendra présenter le programme « Guerre civile en Catalogne ». C’est un ensemble de 3 documentaires de Laya Films, l’ancienne société de production cinématographique du Gouvernement de la Catalogne pendant la Seconde République espagnole. Ces productions ont permis de lutter contre le fascisme.  

Il confie que « c’est un grand plaisir d’avoir été invités par l’Institut Jean Vigo, nos voisins du Nord, à programmer une carte blanche qui inclut des grands classiques du cinéma catalan. »

♦ Le réalisateur Francesc Betriu le 14 novembre à l’Institut Jean Vigo

Autre invité de cette carte blanche consacrée à la Filmoteca de Catalunya, Francesc Betriu. Réalisateur catalan, il a commencé à travailler dans le monde du cinéma dès 1966. En grande majorité, ses films s’inspirent d’œuvres littéraires. Ils reflètent particulièrement le goût de la comédie hispanique noire. Il sera présent le 14 novembre à l’Institut Jean Vigo pour présenter son long-métrage La Plaça del Diamant.

Réalisé en 1982, il s’agit d’une fresque historique montrant le Barcelone d’avant, pendant et après la Guerre civile. Le long-métrage pourrait se définir comme un témoignage d’une vie simple mais à une époque mouvementée. Conçu comme un mélodrame historique, La Plaça del Diamant est l’adaptation d’un roman classique de la littérature catalane. Une Catalane y raconte sa vie, depuis son adolescence jusqu’à son mariage. Le film est marqué par la mort de son mari, un milicien de l’armée républicaine pendant la guerre civile.

♦ Entre nouvelle vague catalane et censure des années 80

Pour compléter cette carte blanche à la Filmoteca de Catalunya consacrée au cinéma catalan, deux autres séances. Le 7 novembre sera projeté Vida en sombras de Lorenç Llobet Gràcia. Réalisé en 1979, il s’agit de l’unique long-métrage du catalan. Le film retrace l’existence de Carlos Duran (incarné par Fernando Fernán Gómez), à la fois cinéaste, reporter mais surtout passionné de cinéma. Œuvre qui amène à la réflexion, Vida en sombras a été censuré à cause de sa vision anti-héroïque du conflit qui frappait Barcelone depuis 1936. Récemment restauré, Vida en sombras est surtout une déclaration d’amour au cinéma.

Le 12 novembre, le public pourra découvrir La Piel Quemada, un film de Josep Maria Forn sorti en salles en 1967. Ce long-métrage évoque un sujet toujours d’actualité : l’immigration. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des films incontournables de la « nouvelle vague » catalane des années 1960.

Un maçon commence sa journée de travail dans un village de la Costa Brava au milieu des années 1960. Au même moment, sa femme et ses deux enfants quittent leur village andalou pour venir le rejoindre. À travers cette histoire, La Piel Quemada revient sur le problème des migrations massives. Les Espagnols ont quitté les régions les plus pauvres pour se diriger vers des régions plus prospères. Touristes et ouvriers ont donc eu la « peau brûlée » mais pour différentes raisons.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Voyage sensoriel Train rouge du Pays Cathare et du Fenouillèdes
Article précédent

Train des Primeurs - Une solution envisagée qui enterre le Perpignan-Rungis

EXPO CIP PRESSE Photo © Eric Lefeuvre - Exposition Jacques Chirac
Article suivant

Éric Lefeuvre expose à Perpignan les photos inédites de ses 30 ans passés aux côtés de Jacques Chirac

felis libero. in vulputate, ipsum quis, adipiscing accumsan Donec justo tempus