Les Dessous des Dames – Les artistes investissent l’ex FNAC de Perpignan fin Novembre 

LECTURE

Depuis le 11 octobre 2019, la FNAC s’est installée aux Galeries Lafayette. Elle occupait le bâtiment des Dames de France, situé place de la Catalogne, depuis l’automne 2004. Du 28 novembre au 1er février, les artistes prendront la place de l’ancien magasin culturel pour une exposition intitulée Les Dessous des Dames.

♦ Urban Art Up – La culture urbaine mise en lumière

Pendant 2 mois, le bâtiment des Dames de France sera animé par le happening culturel Les Dessous des Dames. Une exposition alliée à une vente d’œuvres ainsi que des résidences d’artistes autour de l’art et de la mode. La thématique du projet se réfère à une approche de la féminité sous toutes ses formes. Porté par Urban Art Up, cet évènement se démarque avant tout par sa pluralité esthétique. Les créations peuvent être d’origine urbaine, plastique, graphique ou encore couture.

Urban Art Up réalise des projets artistiques sur-mesure et organise des événements (ateliers, expositions et reportages) afin de soutenir et valoriser l’art et la culture urbaine auprès de tous les publics. Cette association rassemble des artistes, des performeurs, des sportifs…. Ils sont tous habités par le désir de promouvoir la culture urbaine. Chacun apporte sa spécialité selon son domaine de prédilection : la danse, le chant, le collage, le sport…. L’idée est également de faire découvrir de nouveaux artistes issus de la culture urbaine.

Véronique Codignola, présidente et fondatrice d’Urban Art Up, se félicite du projet. « Le site est magnifique, ouvert au plus grand nombre, et se prête merveilleusement bien à la création. »

♦ Les Dessous des Dames – 30 artistes pendant 2 mois 

Du 28 novembre au 1er février de l’année prochaine, le bâtiment des Dames de France accueillera donc une trentaine d’artistes aux horizons divers. Parmi eux, des plasticiens, des créateurs de mode, des tatoueurs d’art, des photographes, des graffeurs… Une zone de 200 m² sera dédiée aux résidences d’artistes. Les graffeurs pourront s’y exprimer en toute liberté. Un atelier, visible mais inaccessible au public, permettra de réaliser des performances live.

Et enfin, une boutique proposera des objets créés par les artistes. Le tout, à des prix abordables. Au total, il y aura 6 espaces bien distincts. L’objectif est de rapprocher les artistes et le public pour faire connaître ou reconnaître la culture urbaine.

♦ L’artiste perpignanaise Caroline Milin et le thème de la féminité

Caroline Milin, une Perpignanaise, fera partie de l’aventure Les Dessous des Dames. Elle viendra présenter ses sculptures, ses peintures et ses vidéos sur le thème de la féminité. Elle utilise plusieurs techniques comme la peinture, le fusain, les encres ou le collage pour réaliser ses œuvres. Le plus souvent, elle réalise des portraits. À travers les regards de ses personnages, elle aborde la question des relations humaines et surtout, de la place de la femme. 

« Je vais reconstituer un univers dans ce bâtiment qui nous plonge dans une ambiance de cocon. C’est très intéressant de pouvoir créer dans un lieu aux côtés d’autres artistes. Le tout avec des installations qui sont accessibles au public. »

♦ Felipe Nomikos, Kostia Petit, MR 2700 – Des grands pour Les Dessous des Dames

Faisant partie de la bande d’artistes pour ces deux mois, MR 2700 s’inspire grandement de l’art du graffiti. Ses œuvres sont donc colorées, spontanées et graphiques. Il s’inspire de ce qu’il voit dans la rue, près des voies ferrées ou des bâtiments abandonnés. MR 2700 aime voyager, il a d’ailleurs peint aux quatre coins du monde : Montréal, Dubaï, Milan, Casablanca… Il a également collaboré avec de grandes marques telles que L’Oréal, Mercedes ou Red Bull. 

Place à un photographe : Kostia Petit. L’artiste aime prendre des clichés aussi bien des particuliers que des mannequins, des acteurs et même des politiques. Il a notamment travaillé pour le Studio Harcourt. Kostia Petit conçoit la photographie comme un échange entre deux personnes. Il déclare : « J’écoute et je photographie plutôt avec mon cœur qu’avec ma tête. »

Felipe Nomikos est couturier depuis plus de 25 ans. Il apprécie les matières de qualité et le soin du détail. Ayant débuté par des remplacements dans les ateliers de confection, il a ensuite créé pour Chanel les uniformes du personnel des grands magasins. De retour à Perpignan, il a pour ambition de créer un atelier « Made in Catalogne ». Au programme : des formations, des présentations de collections, des ventes d’objets… 

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Emploi - Discrimination liée au handicap
Article précédent

Emploi et handicap - La discrimination à l'embauche a la vie dure chez les recruteurs

L'attaque à la mosquée de Bayonne et les réseaux sociaux - Délits d'opinion ou liberté d'expression ?
Article suivant

L'attaque à la mosquée de Bayonne et les réseaux sociaux - Délits d'opinion ou liberté d'expression ?

leo dolor. venenatis elementum adipiscing velit, non