Nouvel aquarium de Canet-en-Roussillon – Le voyage d’une goutte d’eau porteuse de vie

Oniria - Aquarium de Canet-en-Roussillon © Arnaud Le Vu / MiP / HL

Certains locaux ou touristes se souviendront avec nostalgie de l’ancien aquarium de Canet, en fonction depuis 1983. Le nouvel établissement qui ouvre ses portes au public ce samedi 10 juillet est plus grand, plus moderne, plus ludique et présente plus d’espèces, mais n’en a guère oublié ses racines. Il se place résolument dans le territoire catalan. Dès l’entrée, le décor est planté, les visiteurs ont plusieurs possibilités pour gravir le Canigou. Parce que pour voir des poissons, il faut d’abord connaître le parcours de la goutte d’eau qui, avec des millions de ses congénères, font l’habitat des poissons. Reportage en images.

♦ Le périple de 1000 ans d’une goutte d’eau – Du large de Canet aux eaux tropicales en passant par le Canigou

Patrick Maçanet, responsable scientifique et concepteur du programme Oniria a voulu raconter cette histoire particulière de notre territoire. Un récit à la fois symbolique et poétique qui ancre l’aquarium dans son univers. Le scientifique qui œuvrait déjà au sein de l’ancien aquarium a lui-même souhaité raconter ce périple. Quand je ne suis pas à l’aquarium ou à la mer en train d’observer les animaux, je vais au Canigou, dans les forêts et rivières pour essayer de comprendre les écosystèmes”. 

À propos de notre petite goutte d’eau : “On part symboliquement d’une goutte d’eau au large de Canet, qui avec l’évaporation et la vapeur monte sur notre territoire et se dépose sur le sommet du Canigou sous forme de flocon de neige. Et c’est beau, donc on va suivre cette petite goutte sur tout son parcours. D’abord sur la rivière, puis sur le fleuve la Têt, et puis de retour à Canet. Ensuite, on va la suivre pour faire avec elle le tour du monde. On va découvrir avec elle les différents biotopes des milieux de vie. Où il y aura parfois beaucoup de biodiversité. C’est le cas de la forêts pluviale autrement appelée la jungle. À la d’écoute de tous ces milieux on fait la connaissance des animaux, des poissons, des invertébrés, mais aussi les récifs coralliens”.

Stéphane Loda, Maire de Canet, précise qu’Oniria propose également des animations éducatives, des conférences, accueille le laboratoire de recherche de l’Université de Perpignan et possède ses propres nurseries. “Au travers de ses actions, Oniria se positionne comme un outil de sensibilisation à l’environnement de notre littoral, à une meilleure gestion des océans, des milieux d’eau douce et de leurs ressources“. 

♦ D’où proviennent les animaux d’Oniria ?

Les parc animaliers, aquatiques ou les aquariums sont parfois critiqués pour la gestion des animaux. L’aquarium d’Oniria se défend, tous les animaux ou invertébrés présentés sont nés en captivité. La plupart des coraux que vous voyez ici ou dans les autres aquariums sont strictement nés en aquarium. À partir d’un petit fragment, on peut faire des quantités importantes, plusieurs mètres carrés de coraux. Sans aucun prélèvement sur le milieu naturel. Idem pour les requins. Ce sont des animaux majestueux et ils sont tous nés en aquarium. Leurs parents étaient eux-mêmes issus de reproduction en aquarium”. Les requins de Canet proviennent pour la plupart de l’aquarium de Montpellier à la suite d’un échange. Par ailleurs, 1.000 individus de 350 espèces étaient déjà présents dans l’ancien aquarium. Ils ont pris place dans le nouvel aquarium depuis le mois de novembre 2020.

Patrick Maçanet confie : Aujourd’hui mon souhait le plus grand est de faire comprendre et de faire aimer les milieux aquatiques au plus grand nombre. C’est une démarche à laquelle je tiens énormément car elle participe à la protection de notre planète bleue et de son plus précieux trésor : l’eau“. 

♦ Le mérou le plus vieux de l’aquarium cohabite avec les requins 

Jessica Cobos, responsable communication nous précise que le bac des requins est le plus grand des 83 bassins, 800.000 litres d’eau. Parmi les requins gris ou ceux à pointe noire, les poissons chauve-souris se cache l’un des plus vieux résidents de l’aquarium. Il s’agit d’un mérou géant de 34 ans. Timide, lors de notre visite, il est resté en retrait, mais nul doute qu’il saura se montrer aux visiteurs patients et envoutés dans cette salle dont la couleur bleue et le silence encourage l’introspection.

La responsable de communication nous précise qu’un requin-marteau devrait rapidement rejoindre les spécimens déjà présents dans ce bassin. Autre activité liée à ce lieu aussi énigmatique qu’apaisant, une nuit avec les requins à la lueur bleutée. Cette activité, prévue seulement hors saison, sera réservée aux enfants de 3 à 12 ans. Plus d’informations sur le site Oniria.

♦ L’aquarium Oniria en chiffres

  • Un investissement total de 15M€ dont une subvention de 1M€ de la Communauté urbaine et 1M€ de la Région
  • 200.000 visiteurs annuels sont espérés
  • À terme, 660 espèces et 3.500 individus seront réunis à Oniria
  •  Le plus vieil occupant de l’aquarium a 37 ans, il s’agit d’un poisson chirurgien ramené de l’ancien aquarium. Autre ancien pensionnaire, un mérou de 34 ans qui cohabite avec les requins dans le plus grand bassin d’Oniria.
  • 10 univers différents,
  • 3.500M2, 5 fois plus grand que l’ancien,
  • 83 bassins, dont un de plus d’une capacité de 800.000 litres,
  • 10Km “de réseau de tuyauterie, de quoi gravir l’Himalaya” précise le dossier de presse,
  • Ouvert tous les jours à partir de 10h et jusqu’à 19/20 ou 21h selon la saison,
  • Tarifs : Gratuit pour les 0-2 ans, 11€ pour les 3, 11 ans, et 14,50 au-delà de 11 ans. Tarifs de groupe ou réductions possibles, consulter le site.

// Autour de la biodiversité :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances