fbpx
23/09/2020, Perpignan, France, Palmarium, commissariat, Police municipale © Arnaud Le Vu / MiP

Perpignan | Un conseil municipal placé sous le signe de la sécurité

LECTURE

Ce jeudi 24 septembre se tient le conseil municipal ; et pour la première fois dans la salle historique des conseils de la ville de Perpignan. Autre grande première, la retransmission en direct des débats. Jean-Marc Pujol, le prédécesseur de Louis Aliot avait toujours indiqué que cela était trop onéreux d’équiper techniquement la salle Arago. Une quarantaine de points sont à l’ordre du jour ; du retour des postes de police municipale dans les quartiers à l’instauration d’un permis de louer.

♦ Louis Aliot annonce l’ouverture de 2 postes de police municipale 

Le nouveau maire a choisi d’investir les anciens locaux laissés vides par le déménagement de l’office du tourisme à la loge de mer. Trois agents sont d’ores et déjà affectés au nouveau poste de police du Palmarium. Ce commissariat est ouvert du lundi au samedi de 9 heures à 22 heures ; avec pour missions :

  • Traiter l’urgence sur l’hypercentre en lien avec les patrouilles et le central,
  • Accueillir le public,
  • Recueillir les doléances.

Outre le traitement de l’urgence, Louis Aliot précise qu’il s’agit de renouer le principe de police de proximité.

La Cigale chantera-t-elle pour la Mairie ?

Le second poste de police ouvrirait le 17 octobre. Et c’est dans les locaux de l’ancien hôtel La Cigale que le nouveau maire a choisi d’installer un commissariat ; un établissement peut-être partagé entre les policiers municipaux et nationaux. Louis Aliot rappelait en conférence de presse reprendre le projet déjà envisagé par l’ancien maire et le précédent Préfet.

Or dans ce projet, un autre acteur est à prendre en considération : le conseil départemental dirigé par la socialiste Hermeline Malherbe. En effet, le Département s’était porté acquéreur du bien avant que la mairie n’use de son droit de préemption. Hermeline Malherbe par communiqué de presse rappelle le détail des faits ; ainsi que ses compétences en matière d’aide sociale à l’enfance et, à ce titre, la prise en charge des mineurs non accompagnés.

“Dans ce cadre, le Département a identifié en 2019 la vente de l’hôtel « La Cigale » à Perpignan et la Majorité départementale a fait le choix d’acquérir ce site offrant la possibilité de combiner des fonctions d’hébergement, d’encadrement et d’insertion. La Ville a indûment procédé à la préemption du bâtiment pour empêcher le projet du Département. Celui-ci a contesté cette décision devant le tribunal administratif qui lui a donné raison à deux reprises en annulant la préemption”.

Le Département annonce sa volonté de saisir la justice “contre toute délibération manifestement illégale” ; et Hermeline Malherbe en appelle à l’État afin que les décisions soient exécutées.

Philippe Rouch, nouveau chef de la Police Municipale de Perpignan 

Actuellement responsable du service judiciaire du quartier d’affaire de Paris La Défense, Louis Aliot indique qu’il a été choisi pour son profil de “policier professionnel expérimenté et de terrain”.

L’élargissement horaire de la police municipale 24h24 et 7j/7, devrait être effectif dès ce mois d’octobre. Même si le maire, qui a conservé la compétence sécurité, annonce l’embauche d’une vingtaine d’agents supplémentaires. Les quartiers du Vernet et du Moulin-à-Vent devraient également voir le retour des uniformes bleus.

♦ Louis Aliot renforce sa sécurité personnelle

Pointé du doigt par l’opposition lors du conseil municipal de ce jeudi 24 septembre, Louis Aliot a justifié ce retour à une protection rapprochée. “Je préférerais me balader tout seul dans Perpignan sans avoir recours à des gens qui me surveillent”. Pour le maire de Perpignan, le fait “d’agir contre la criminalité a des conséquences. Les voyous sont dérangés dans leurs actions. Et on continuera à le faire quelques soit les menaces qui  sont proférées contre moi ou contre mes élus”. 

Christine Gavalda Moulenat, présidente du parti Les Républicains dans le département s’insurgeait sur les réseaux sociaux :

“Alors qu’il y a encore quelques mois le Maire de Perpignan pouvait se déplacer seul sans risque … aujourd’hui, il doit être protégé en permanence par trois gardes du corps rémunérés par la Ville. Inquiète de voir que la situation s’aggrave aussi rapidement…”

♦ Permis de louer pour les bailleurs de Perpignan

Afin de lutter contre l’habitat indigne, le maire de Perpignan souhaite mettre en place un permis de louer pour les propriétaires. Dispositif prévu par la loi ALUR*, précise Louis Aliot. Les modalités restent à définir ; notamment en termes de périmètre.

En effet, il est prévu deux niveaux ; le premier dans les quartiers les moins exposés à l’habitat indigne, une simple déclaration serait à réaliser par le bailleur. Dans les quartiers les plus sensibles, il s’agirait d’obtenir une autorisation avant de mettre un bien à la location. Les agents de la ville seront ainsi en mesure de vérifier si le bien est conforme à la législation et en matière de salubrité.

Pour rappel, en juillet dernier, Christelle Martinez, élue à la proximité des quartiers centre, avait été épinglée par le Canard Enchaîné. Le journal indiquait que Christelle Martinez se trouvait “sous le coup d’une procédure pour avoir profité d’un habitat… pas très digne”. Le Canard précisait que la colistière de Louis Aliot, via une SCI, propriétaire d’un immeuble rue des quinze-degrés était sous le coup d’un arrêté préfectoral d’insalubrité depuis 2007. Contactée lors de la parution d’un article au mois d’août dernier, la nouvelle élue n’a pas donné suite.

Revoir le Conseil Municipal de Perpignan

*Loi ALUR : Loi d’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances