17/05/2020, Argeles-sur-Mer, France, deconfinement littoral plages dynamiques controle gendarmerie © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Premier week-end de déconfinement – Les plages catalanes en liberté surveillée

LECTURE

Le Préfet des Pyrénées-Orientales le répète à l’envi ; “J’ai eu Jean Castex au téléphone qui m’a dit de maintenir la vigilance pour le respect des gestes barrière”. Premier week-end d’ouverture pour le retour des plages dans la vie des habitants des Pyrénées-Orientales. Des plages accessibles, mais seulement aux activités dynamiques type marche, footing, nage, activités nautiques ; exit pique-niques et autres siestes sur la serviette.

♦ Sous un soleil resté timide en début de week-end

Des conditions météorologiques qui ont donc facilité la tâche des autorités ce week-end. Mais le Préfet du département a tout de même souhaité inviter la presse aux premières opérations de contrôle sur les plages ouvertes au public.

De Torreilles à Banyuls-sur-Mer, en passant par Le Barcarès et Argelès-sur-Mer, le corps préfectoral, les maires des communes, les gendarmes et policiers municipaux ont fait montre de pédagogie envers les quelques personnes assises sur le sable.

L’objectif n’est pas de verbaliser. Mais plutôt de rappeler la règle qui reste celle de la plage dynamique ; une règle qu’a soulignée le colonel de gendarmerie présent sur la plage du Racou. Au-delà de ces rappels, et en cas de réelle mauvaise foi, les autorités peuvent verbaliser pour non-respect d’un arrêté préfectoral.

La municipalité de Collioure n’a pas souhaité demander la levée de l’interdiction pour les plages de centre-ville. Encore aux responsabilités jusqu’au 18 mai prochain, Jacques Manya n’a pas demandé la levée de l’interdiction pour sa commune. Selon le Préfet, la configuration de Collioure ne s’y prêtait guère ; sans oublier que Jacques Manya est médecin.

♦ Ravis de pouvoir prendre un bol d’air iodé sur le littoral catalan…

Les personnes rencontrées sur la plage ce dimanche où la tramontane avait chassé les nuages étaient ravies de pouvoir prendre un bol d’air iodé ; un petit goût de liberté retrouvée après presque deux mois d’interdiction.

Pour la suite des événements ? Les restrictions restent suspendues à la situation sanitaire. Le prochain rendez-vous est donné le 25 mai pour savoir si, à compter du 2 juin, les bars et restaurants pourront rouvrir ; et sous quelles conditions.

Un signal positif qui pourrait amener à un assouplissement des règles concernant les plages ; un assouplissement souhaité également par le maire d’Argelès-sur-Mer, Antoine Parra. Ce dernier a des propositions si des restrictions perdurent le 2 juin pour que, malgré tout, les touristes puissent prendre des bains de soleil.

Pour Antoine Parra, l’idéal serait “de pouvoir décadenasser, déverrouiller le tourisme pour sauver la saison estivale”.

♦ “Ne pas tenter un marathon après une fracture de la jambe”

Mais, le Préfet des Pyrénées-Orientales de tenter une métaphore médicale ; “nous sommes en convalescence, et nous devons y aller progressivement.”

“Après une fracture de la jambe, on ne pourrait pas tenter un marathon, sinon on risquerait une nouvelle fracture et un plâtre. La situation est la même, la situation sanitaire nous guide. Au-delà du 2 juin si tout va bien, on pourrait imaginer d’imposer un minimum de 5 mètres entre chaque serviette ou transat. Dans les plages du département, cela semble tout à fait faisable”.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?