fbpx
Aller au contenu

Législatives 2024 : Portrait des quatre circonscriptions des Pyrénées-Orientales

Législatives 2024 : Quels enjeux dans les 4 circonscriptions des Pyrénées-Orientales ?

Article mis à jour le 16 juin 2024 à 22:58

Les dimanches 30 juin et 7 juillet prochains, les 372 649 électeurs des Pyrénées-Orientales sont appelés aux urnes pour élire leurs députés. Des législatives anticipées, une conséquence de la dissolution décidée par le Président de la République le soir du vote des élections européennes.

Dans notre département, en 2022, les électeurs avaient choisi d’envoyer à l’Assemblée nationale quatre députées Rassemblement national. Le territoire des Pyrénées-Orientales est découpé en quatre circonscriptions, aux physionomies, enjeux et historiques de vote différents, passage en revue des quatre circonscriptions catalanes.

Si les candidats en lice pour cette législative anticipée ne sont pas tous connus, les quatre députées sortantes se sont d’ores et déjà lancées dans cette campagne éclair pour tenter de conserver leur siège à l’Assemblée nationale.

La 1ère circonscription est la plus urbaine

Depuis les précédentes législatives, à l’issue du second tour, Sophie Blanc, candidate au Rassemblement National, l’emportait sur Romain Grau, député sortant En Marche. La circonscription est la plus urbaine des quatre zones électorales des Pyrénées-Orientales et compte notamment la plus grande partie de la ville de Perpignan.

En 2024, la circonscription compte 74 418 électeurs inscrits. Le 9 juin 2024, seul un électeur sur deux s’est rendu aux urnes. Les votants ont placé en tête (41,22%) la liste Rassemblement national portée par Jordan Bardella. Loin derrière, la liste de Raphaël Glucksmann (Parti socialiste et Place Publique) obtient 12,05%, celle de Valérie Hayer, soutenue par la majorité présidentielle, 11,04%. Enfin celle de Manon Aubry de La France Insoumise, 10,4%.

Lors des législatives de 2022, 13 candidats et candidates avaient sollicité le suffrage des électeurs. Au premier tour, la candidate RN, Sophie Blanc obtenait 31,36%, et le candidat En Marche, Romain Grau, 24,54%. En troisième position, pour la Nupes, Francis Daspe manquait de se qualifier pour le second tour de quelques voix. Les candidats de Reconquête et des Républicains dépassaient à peine les 5% des suffrages. Les autres candidats n’ont pas franchi la barre des 3%.

Selon le portrait de l’Insee, seulement 5% des habitants de cette circonscription vivent en zone rurale. L’âge moyen des résidents est de 43 ans, avec un niveau de vie médian de 19.030€, soit près de 3.000€ de moins que le revenu médian en France métropolitaine. Le taux de chômage s’élève à 8%. Environ 24% de la population possède un diplôme de niveau bac +3 ou supérieur, un taux bien plus élevé que celui de la ville de Perpignan (18%). Le parc de logements se compose principalement de résidences principales (85%), dont une majorité (67%) des habitations a été construite avant 1990. En termes d’équipements et d’infrastructures, la circonscription est mieux dotée que la moyenne nationale, offrant à 100% de ses habitants un accès à un médecin, un dentiste, un collège ou un lycée.

De Sournia à Saint-Cyprien, la 2e circonscription durablement installée à l’extrême droite ?

Depuis la victoire serrée de Louis Aliot en 2017, cette circonscription est celle qui soutient le plus le Front National, aujourd’hui Rassemblement National. Lors de la présidentielle de 2022, plus de 60% des électeurs de la Salanque et du littoral ont voté pour Marine Le Pen. La logique électorale s’est confirmée avec la large victoire de la candidate RN, Anaïs Sabatini, sur Frédérique Lis, soutenue par Emmanuel Macron.

En 2024, la circonscription compte 107 393 électeurs inscrits. Lors du scrutin des élections européennes, la participation s’élevait à 54%, avec 50% de votants en faveur de Jordan Bardella. En deuxième position avec 10,33% des suffrages, la liste de Valérie Hayer. Raphaël Glucskmann réalisait un score de 9,31% et la liste Reconquête dirigée par Marion Maréchal arrivait en quatrième position avec 6,51% des votants.

En 2022, neuf candidats et candidates sollicitaient le vote des électeurs. Au soir du premier tour, la candidate RN, Anaïs Sabatini devançait largement (37,62%) la candidate En Marche, Frédérique Lis, et ses 20,49%. Juste derrière, l’Écologiste, dans le cadre de la Nupes, David Berrué recueillait 20,28% des suffrages. Les candidats, Les Républicains, David Bret, et Reconquête, Alexandra Raspaud, récoltaient respectivement 8 et 5% des votes. Les autres candidats n’atteignaient pas la barre des 3%.

Selon le portrait de l’Insee, la 2ème circonscription des Pyrénées-Orientales compte 128.000 habitants, avec un âge moyen de 45,2 ans et un taux de chômage de 7,7%. Elle se distingue par le pourcentage le plus élevé de résidences secondaires, soit 38,9%. Le niveau de vie médian y est de 19.630€.

La plus étendue des trois circonscriptions s’étale de Bourg-Madame à Perpignan

Dans cette circonscription, les habitants ont en moyenne 43,3 ans. Le taux de chômage y est de 7,9% et le niveau de vie médian est de 19.190€ par an. La 3ème circonscription, est celle où les habitants ont le moins accès aux infrastructures scolaires ou médicales. En 2022, Sandrine Dogor-Such (RN), avait largement remporté la circonscription face à la candidate Nupes, Nathalie Culell.

En 2024, la circonscription compte 86 531 électeurs inscrits. Le 9 juin, la participation s’élevait à 53%. Près de 40% des électeurs ont choisi la liste de Jordan Bardella dans l’urne. En deuxième position avec 10,33% des suffrages, la liste de Valérie Hayer. Raphaël Glucskmann réalisait un score de 9,31% et la liste Reconquête dirigée par Marion Maréchal arrivait en quatrième position avec 6,51% des votants.

En 2022, 11 candidats et candidates étaient en lice pour devenir le ou la députée de la circonscription. Sandrine Dogor-Such est arrivée en tête du premier tour avec 27,67% des suffrages. Nathalie Cullell se qualifiait également pour le second tour avec 27,29% des votes. Pour la majorité présidentielle, Pierre Bataille obtenait 24,36% des suffrages, pas suffisant pour accéder au second tour. Laurence Martin, et Charles Manar, respectivement LR et Reconquête arboraient autour des 5%. Enfin, les autres candidats obtenaient entre 0,02 et 3,75% des voix.

Les enjeux de la 4ème circonscription des Pyrénées-Orientales

Cette circonscription englobe les cantons d’Argelès-sur-Mer, Arles-sur-Tech, Céret, Côte-Vermeille, Elne, Prats-de-Mollo-la-Preste et Thuir. Elle se caractérise par l’âge moyen le plus élevé (47 ans) et le taux de chômage le plus bas. Les habitants de la 4ème circonscription bénéficient du niveau de vie le plus élevé, avec une moyenne annuelle de 20.400€.

En 2024, la circonscription compte 104 308 électeurs inscrits. Le 9 juin, la participation dépassait les 55%. Dans ce territoire situé le plus au sud du département, plus de 42% des électeurs ont choisi la liste de Jordan Bardella. La liste de Raphaël Glucksmann a obtenu 13% des voix, tandis que celle de Valérie Hayer en a recueilli 11%. Les listes Reconquête et LFI se sont classées en quatrième et cinquième positions, avec environ 6% des suffrages chacune.

Lors des législatives de 2022, 30,40% des votants choisissaient un bulletin Michèle Martinez, la candidate RN dès le premier tour. Sébastien Cazenove, le candidat majorité présidentielle et député sortant, n’en recueillait que 21,81%. 20,79% des électeurs votaient pour Jérôme Pous investi par la Nupes. Alexandre Raynal, dissident de gauche, n’atteignait pas les 10%. La candidate Reconquête et celui des LR recueillaient environ 5% des voix. Les dernières candidatures avaient un score allant de 0,09% des suffrages exprimés à 2,57%.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Maïté Torres