/

Quelle place pour nos producteurs locaux au salon international de l’agriculture ?

LECTURE

Alors que bat son plein la 57e édition de la plus grande ferme de France, nous avons contacté les producteurs représentant notre département au salon international de l’agriculture. Durant dix jours, deux producteurs de vins de Banyuls-sur-Mer seront la vitrine des Pyrénées-Orientales dans le stand de la Région Occitanie ; un stand qui accueille 120 producteurs et 50 éleveurs.

♦ La cave Banyuls l’Étoile au salon de l’agriculture depuis 56 ans

Jean-Christophe Pastor est responsable commercial de la cave Banyuls l’Étoile depuis 26 ans ; et il est fier des 3 médailles d’or remportées par les produits de sa cave cette année. “Nous avons eu les résultats hier” annonce Jean-Christope Pastor. Le Banyuls blanc, le Collioure rosé de 2018 et le Banyuls traditionnel de 2016 ont été primés. “Je vais lever les couleurs sur notre stand”. La cave Banyuls l’Étoile est présente depuis 56 ans au Salon de l’Agriculture de Paris, la 25e édition pour Jean-Christophe Pastor.

“La cave Banyuls l’Étoile a une renommée très forte ; il s’agit aussi de l’une des plus petites appellations de France”. Le salon est l’occasion de rencontres avec les clients, les habitués, comme les néophytes. L’occasion de mettre en valeur l’excellence des produits, mais aussi l’accueil touristique dans la région et le département.

♦ Un soutien plus que jamais nécessaire aux producteurs catalans

Le responsable commercial de la cave de Banyuls l’Étoile en profite néanmoins pour pousser “un coup de gueule” face à la très faible représentation du Pays catalan au salon. “Alors que notre département compte le plus grand nombre de caves particulières, mais aussi des produits comme les anchois Roques, c’est décevant que les Pyrénées-Orientales soient si peu représentées”. La faute, selon lui, au manque d’accompagnement et de soutien financier aux producteurs catalans.

“Je demande qu’on aide le monde agricole des Pyrénées-Orientales ; c’est terrible de voir que nous ne sommes que deux ! Il y a quelques années, nous avions une boutique avec les produits du département, les anchois de Roques, le vin de Maury. Aujourd’hui, c’est devenu trop cher pour les producteurs de se payer les 6.800€  HT de stand ; plus le séjour parisien pendant les 10 jours du salon. Je vais bien sûr en parler à Carole Delga lors de son passage sur le stand. Cela fait bien trop longtemps que nous ne sommes que deux pour représenter la diversité agricole de notre département”.

♦ Terre des Templiers également présents au salon de l’agriculture 2020

Commercial pour les vins Terre des Templiers, Guillaume Macary nous indiquait que la cave était présente depuis près de 40 ans. “Nous sommes aussi là pour la foire de Paris. Et chaque année, au mois de novembre, nous organisons un événement sur une péniche sur la Seine. L’occasion de faire déguster nos vins à la clientèle parisienne”. Ces événements permettent aussi à la cave de renouveler son marché. Ce renouveau ne représente pas moins de 50% du chiffre d’affaires, nous confie Guillaume Macary. L’objectif est aussi de gagner en notoriété, de faire connaître le terroir et les produits. “Nous avons de très bons produits ; ce qui nous manque, c’est la notoriété”.

https://twitter.com/suddefrance/status/1232298361262346242

♦ La Région Occitanie parodie Facebook, Amazon et Instragram pour valoriser l’achat local

L’enjeu pour Carole Delga est “d’encourager les citoyens d’Occitanie à consommer local. En détournant les logos de géants du marché en ligne. […] Cette campagne veut rappeler aux consommateurs que le consommer local revêt aujourd’hui une importance double : préserver l’emploi et lutter contre la désertification des centres-villes”.

La présidente de la région Occitanie expliquait au média spécialisé dans la création et la communication digitale Créapills que “détourner l‘image de ces grands groupes nous permet avec humour de rappeler qu‘à notre manière, nous agissons efficacement.”. 

Une campagne qui se décline sur le digital avec le #ProduitEnOccitanie, mais aussi sur les panneaux, abribus …

♦ Développement durable, climat et agriculture ?

Tempêtes, records de chaleur… Les phénomènes météorologiques se sont succédés depuis l’automne dans les Pyrénées-Orientales. Parallèlement, les changements de comportement s’opèrent ; y compris au niveau de l’agriculture. L’Occitanie tente de répondre à l’urgence climatique, aux attentes fortes des citoyens et aux mutations des modes de consommation. La région a donc décidé de mettre le cap vers une agriculture durable.

Carole Delga va ainsi soumettre au vote des élus de la Région “une nouvelle stratégie pour accompagner la transition du modèle agricole régional”.

L’objectif des nouveaux “contrats d’agriculture durable” ? Mettre en place les conditions d’une transition vers cette agriculture et promouvoir un nouveau modèle agricole et agroalimentaire ; un modèle durable et juste pour tous, qui rémunère les producteurs, préserve la santé et l’environnement, et crée des emplois non délocalisables.

Cette stratégie régionale repose sur 3 piliers (social, environnemental et économique). L’Occitanie souhaite proposer un nouveau système alimentaire à horizon 2040 ; et permettre également au producteur de bien vivre de son métier et de contribuer à des campagnes vivantes. Sans oublier l’environnement qui devient ainsi une chance pour l’agriculture régionale, et permet d’imaginer de nouveaux modèles économiques viables.

Comment ça marche les contrats d’agriculture durable ?

  1. L’agriculteur s’engage dans un projet stratégique. Il pourra développer ou diversifier son exploitation, répondant aux objectifs régionaux de transition ;
  2. Il ou elle bénéficiera de l’accompagnement d’un conseiller. Ce dernier l’aidera à réaliser un diagnostic de son exploitation, de ses besoins, et à formaliser son projet ;
  3. L’agriculteur signe un contrat avec la Région qui lui permettra de solliciter les aides financières les plus adaptées à son projet.

♦ Une centrale régionale pour mettre en relation producteurs locaux et acteurs de la restauration collective 

Dispositif né directement de la réflexion menée par la Région autour de l’alimentation en 2018, la Région va bientôt lancer une centrale régionale pour permettre de simplifier et accroître l’approvisionnement de la restauration collective en produits locaux, de qualité et bio ; tout en favorisant l’accès de tous les producteurs aux achats régionaux.

Selon Jean-Louis Cazaubon, vice-président Région en charge de l’agroalimentaire et de la viticulture, “la restauration collective a la volonté de s’approvisionner au plus près, mais il faut lui amener des produits prêts à l’emploi”.

Dans notre département, les restaurants collectifs se fournissent localement à hauteur de 60%. Pour l’Union Départementale Scolaire et de l’intérêt Social, il s’agit de 60% d’approvisionnements en provenance d’entreprises du département ou des distributeurs ou producteurs locaux ; particulièrement en ce qui concerne les fruits et légumes. Pour le Syndicat Intercommunal Scolaire et de Transport de Perpignan-Méditerranée qui gère la restauration des écoles dans le périmètre de Perpignan Métropole, les produits carnés sont à 95% régionaux, 70% pour les fruits et les légumes.

Au niveau de la Région, 20 millions de repas sont servis dans 192 restaurants scolaires chaque année. La campagne « L’Occitanie dans mon assiette » a vocation à offrir aux jeunes “une alimentation de qualité”. Cette centrale permettra de porter à 40% la part “des produits de qualité et de proximité”, dont la moitié issue de l’agriculture biologique, dans les cantines des lycées. Sur l’ensemble de l’Occitanie, 112 lycées sont accompagnés cette année ; représentant 10 millions de repas et 60% des lycées régionaux. D’ici 2021, 100% des lycées seront inscrits dans cette démarche.

♦ Les chiffres de l’agriculture en Occitanie 

L’agriculture et le secteur agroalimentaire constituent le premier secteur économique et employeur d’Occitanie, devant le tourisme et l’aéronautique, avec 165.000 emplois et un chiffre d’affaires de 21 Milliards d’Euros. La Région a géré près de 2 Milliards d’euros de crédits européens sur la période 2014-2020 en tant qu’autorité de gestion des fonds européens FEADER* ; fonds qui bénéficient aux exploitations et entreprises agricoles sur tous les territoires.

L’Occitanie conforte sa place sur le podium des régions agricoles européennes :

  • Premier vignoble mondial pour les vins sous appellation ;
  • L’Occitanie se place en première position des régions bio, y compris pour la viticulture bio ;
  • Première région européenne avec 262 productions sous signes officiels de qualité.

♦ La Région Occitanie au Salon l’Agriculture 2020

À l’occasion du 57e Salon International de l’Agriculture, 120 producteurs et une cinquantaine d’éleveurs venus de toute l’Occitanie, présenteront toutes les richesses agricoles et culinaires du territoire. La Région Occitanie les accueillera sur un espace de 1.310m2 dans le Hall des Régions ; zone composée notamment d’un espace tourisme ainsi que d’un bar à vin, à foie gras du sud-ouest et à huîtres pour faire découvrir aux visiteurs toutes les saveurs de l’Occitanie. Pendant toute la durée du salon, les producteurs y proposeront également des animations pour faire découvrir les spécialités régionales.

De nombreuses dégustations des produits du territoire auront lieu tout au long du salon. Le vendredi 28 février, les produits de la mer seront mis à l’honneur lors d’une « Journée de la mer » organisée sur le stand régional. À cette occasion, les acteurs de la mer et leurs produits seront présentés à travers de nombreuses animations : présentation de courts films sur la pêche et la conchyliculture, dégustation d’huîtres de l’étang de Thau, ainsi que de poissons cuisinés par le chef Jean-Philippe Carrère.

*Les fonds FEADER : Le Fonds Européen Agricole pour le Développement Rural intervient dans le cadre de la politique de développement rural. Il s’agit du second pilier de la politique agricole commune. Pour la période 2014-2020, la France est l’État membre qui se voit allouer l’enveloppe FEADER la plus conséquente. Les crédits FEADER s’élèvent à 11,4 milliards d’euros.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?