fbpx

Enedis investit à Perpignan pour que le courant passe au vert

À l’image de la volonté des clients de verdir leur consommation et de favoriser les circuits courts, le secteur de l’énergie n’échappe pas à la tendance. D’autant que la volonté de la région Occitanie-Pyrénées-Méditerranée est de devenir, d’ici 2050, la première région de France à énergie positive. Aujourd’hui, selon Dominique Charzat, directeur régional du groupe Enedis*, la région consomme 35,6% d’énergie renouvelable**, grâce à 64.000 installations. L’objectif ambitieux de 2050 engendre des modifications et des investissements lourds sur le réseau.

♦ Visite guidée du futur premier poste source des Pyrénées-Orientales (PO)

Le poste source du Mas Bruno alimente 49.000 clients particuliers et professionnels et 122 industriels des PO. Cette nouvelle installation, d’un coût de 1,2 M€, prendra le relais des 4 transformateurs qui abaissaient jusqu’à maintenant la tension de 63.000 à 20.000 volts. Opérationnel à l’été 2019, ce nouveau transformateur d’un poids de 80 tonnes à vide a nécessité la construction d’une loge acoustique pour limiter la nuisance sonore dans une zone urbaine dense. Pour pallier tous les dangers, dont le plus important serait l’incendie, un an et demi ont été nécessaires pour construire le bâtiment. Cet équipement abaissera au final le voltage de 225.000 à 20.000 volts.

Le principal motif du redimensionnement du poste source ? L’accroissement du nombre de producteurs d’énergie. En effet, il réceptionne l’électricité de 680 producteurs photovoltaïques qui diffusent principalement sur le réseau basse tension (21 sur le réseau très haute tension).

Cet ouvrage électrique dessert 35% des clients basse tension de Perpignan (26% de la Communauté urbaine). Mais aussi 70% des clients industriels de la ville de Perpignan (40% de la Communauté urbaine). Il alimente en énergie 16 communes du département : Baho, Baixas, Calçe, Canohes, Corneilla La Riviere, Perpignan, Pezilla La Riviere, Pollestres, Ponteilla, St Esteve, St-Feliu D’avall, Le Soler, Thuir, Toulouges, Villeneuve-La-Raho, Villeneuve La Riviere.

Le chantier de modernisation du poste source du Mas Bruno sera complètement achevé en 2021 et aura nécessité un investissement total de 8 M€.

♦ Une tendance à l’auto-consommation électrique 

Consommer l’énergie que l’on produit semble être du bon sens, une évidence. Or, il s’avère que ce n’est pas le cas aujourd’hui. En effet, pour développer les énergies renouvelables, l’acteur historique a privilégié la production en proposant des conditions de rachat intéressantes. Comme dans le cas de la plus grande ombrière photovoltaïque du département.

Située à Rivesaltes, elle produit l’équivalent de la consommation électrique de 8.400 personnes, sauf que la totalité des 18,5 millions de KWh produits sont réinjectés dans le réseau. Et non consommés par les Rivesaltais comme la logique pourrait le laisser croire. “L’entreprise, comme 90% des particuliers qui ont installé du solaire, la vend en totalité au réseau”, nous précise Dominique Charzat.

♦ L’autoconsommation ? Comment ça marche ?

Pour le directeur régional du groupe Enedis, l’une des conditions pour pouvoir pratiquer l’autoconsommation est d’être équipé d’un compteur intelligent de type Linky***.

Ensuite, l’électricité est produite et consommée par une même personne. Le client final peut aussi être un collectif. À l’image d’un bailleur social dans le Gard qui a équipé 3 bâtiments et 120 logements pour être totalement autonome en électricité. Le défi technique, et rôle propre du gestionnaire historique de réseau, est d’assurer une continuité de service. En effet, le challenge est de pallier les pics de demande d’électricité, pics qui interviennent traditionnellement le soir. Le réseau doit donc s’assurer que les structures qui souhaitent devenir autonomes puissent adapter leur consommation à leur production.

Pour rappel, c’est durant la journée que la production des énergies renouvelables est la plus importante. Or, c’est également à ce moment que la consommation est la plus faible. Le défi est de faire coïncider la consommation et la production sans perte dans la qualité du service.

♦ Et demain ? Quelle sera notre consommation ?

Pour Dominique Charzat, en se basant entre autres sur une étude réalisée en 2017 par La Région, ce sont les besoins en mobilité électrique qu’il faudra accompagner demain. “Il faut se préparer au développement à grande échelle de la mobilité électrique en France. Avec la perspective d’un million de véhicules électriques en circulation d’ici à 2022”.  L’objectif pour le groupe Enedis est d’accompagner les acteurs politiques, automobiles, mais aussi les promoteurs ou les syndics à équiper les bâtiments privés ou publics en bornes électriques.

*Enedis, anciennement ERDF, est une filiale à 100% d’EDF.

**Pour qu’elle soit considérée comme renouvelable, une énergie doit provenir d’une source dont le renouvellement naturel est assez rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain (source wikipédia). Parmi les énergies considérées comme renouvelables, on compte les énergies dont la source est : le soleil (photovoltaïque), le mouvement des marées (marémotrice), l’eau des barrages hydroélectriques, la chaleur générée par la Terre (géothermie), le vent (éolien)…

***Le déploiement des compteurs intelligents a débuté en 2016 et devrait s’achever en 2021. En Occitanie, près d’un compteur électrique sur deux est déjà un compteur Linky.

Praesent fringilla commodo mattis Nullam commodo Aliquam dapibus