SELFIE 1949-2019 Brigitte Kühlewind Brennenstuhl © Musée d’Art Hyacinthe Rigaud / Pascale Marchesan

Exposition d’hiver “L’Esprit du lieu” au musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan

LECTURE

Cette année, le chiffre 20 sera à l’honneur au musée Hyacinthe Rigaud de Perpignan. Depuis le 8 février, et jusqu’au 10 mai, 20 artistes investiront l’enceinte du musée de la ville pour cette exposition d’hiver. Leurs œuvres dialoguent entre elles et invitent à la réflexion sur l’art et le territoire.

♦ L’Esprit d’un lieu tourné vers l’avenir 

Intitulée L’Esprit du lieu, cette exposition est issue d’un projet mené par le Cercle Rigaud. Un projet visant à faire cohabiter en ses murs des artistes des siècles passés avec des artistes contemporains de la ville et du département. Dans cette optique, le musée n’est pas un lieu figé dans le passé mais un lieu constamment tourné vers l’avenir. Ce sont donc 20 artistes des Pyrénées-Orientales qui viennent présenter leur travail au cours de cette exposition collective. Ce chiffre a été choisi en rapport avec cette année, 2020.

« C’est notre volonté de provoquer les dialogues par des présentations juxtaposées telles celles de Dominique Gauthier auprès du Retable de la Trinité. Notre volonté de faire connaître davantage des artistes d’aujourd’hui. C’est enfin notre souhait que les artistes, présentés par les différents commissaires, « investissent » le lieu, se sentent partie prenante de l’esprit du lieu » déclare l’adjointe au maire de Perpignan, déléguée à la culture.

À travers cette exposition, le musée d’art Hyacinthe Rigaud poursuit son ambition de faire découvrir au public des artistes contemporains originaires du département. Pour Dominique Bona, présidente d’honneur du Cercle Rigaud et membre de l’Académie française, cette exposition est un : « Magnifique feu d’encres et de traits de couleurs, jailli de leurs rêves, ils [les artistes, ndlr] signent ensemble une aventure passionnée, ardente, à l’image de la terre et du climat qui les accueillent et dont ils partagent l’histoire. Une sorte d’épopée sudiste, à vocation universelle. ».

♦ Des artistes contemporains originaires du département

Parmi les 20 artistes sélectionnés pour cette exposition, Michel Arnaudiès. Ce peintre plasticien est né et vit à Céret. Il travaille divers supports dont des matériaux de récupération. Michel Arnaudiès aime se faire rencontrer l’écrit et la peinture. Sa série « Papiers » avait fait l’objet d’une exposition en 2019 à la Chapelle de la Funerària, attenante au Campo Santo de Perpignan.

Autre habitant de Céret, Jacques Capdeville manie lui aussi le pinceau. Ses œuvres avaient déjà été exposées en 2017, en dialogue avec celles de son oncle Jean Capdeville, au musée Hyacinthe Rigaud. Pour évoquer son parcours artistique, Jacques Capdeville confie avoir « navigué longtemps à cheval dans la montagne. J’ai fait de la dentisterie et beaucoup de peinture. Actuellement, en plus de la peinture, j’aime bien ne rien faire. »

Un habitué fera partie de cette aventure : Patrick Loste. On lui doit la verrière des Dames de France ainsi que la façade du Conseil départemental des Pyrénées-Orientales. Certaines de ses œuvres sont visibles toute au long de l’année au musée d’art de Céret et au musée Hyacinthe Rigaud. Il s’inspire de la mythologie, de la nature et de pratiques telles que l’équitation ou la tauromachie.

♦ Ainsi que des artistes catalans d’adoption

Catalane d’adoption, Brigitte Kühlewind Brennenstuhl utilise un matériau surprenant et considéré comme « pauvre » pour réaliser ses tableaux : le carton ou le papier kraft. Née en ex-RDA, elle exposera son “Selfie”, qui représente une sorte d’arche perdue. En s’installant à Lamanère, elle y a trouvé un art populaire qu’elle aime représenter.

Yoon-Hee est née à Séoul en 1950. Elle quitte la Corée du Sud pour venir s’installer en France dans les années 80. Son travail met en parallèle ses sculptures réalisées avec du métal en fusion et ses grands dessins. L’artiste déclare : « Si je prévoyais trop le résultat, si j’en calculais tous les effets, le dessin serait sans tension, sans intensité, sans fraîcheur. Justement cette volonté de laisser une partie s’organiser d’elle-même me permet d’obtenir des dessins spontanés, non figés. »

♦ Découvrir l’exposition du musée Rigaud autrement

Des évènements spéciaux permettront de découvrir l’exposition autrement. Le 13 février, lors de l’atelier « L’art entre l’unique et l’universel », les enfants accompagnés de leurs parents pourront aborder des questions philosophiques en rapport avec les œuvres exposées. À noter également, une après-midi « Danse au musée ». Le 4 avril, les enfants de la CLIS Jean Zay et de l’ULIS Sévigné de Perpignan réaliseront une performance dansée autour des œuvres.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Illustrations paysages pyrénées-orientales
Article précédent

La terre va-t-elle chauffer en Occitanie ces prochaines années ?

Article suivant

Réseaux sociaux - Qui sont les influenceurs à suivre dans les Pyrénées-Orientales ?

Aenean ipsum pulvinar lectus libero ipsum