fbpx
16/09/2017, Saint Cyprien, France, Illustrations pêche poisson pêcheur © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Comment sauver la mer ? Les leçons d’une communauté de pêche italienne

LECTURE

Cette nouvelle rubrique Ici comme ailleurs met en lumière des initiatives du monde entier ; avec cette particularité qu’elles font écho à des problématiques présentes sur notre territoire. Pour cette première, un focus sur la pêche en Méditerranée, avec l’exemple pris par Agostino Petroni de Yes! de l’autre côté de la botte italienne en Mer Adriatique.

“Cette histoire fait partie du programme SoJo Exchange du réseau Solutions Journalism Network, une organisation à but non lucratif qui se consacre à des reportages rigoureux sur les réponses aux problèmes sociaux”.

♦ Comment une petite partie du littoral est passée du statut d’épicentre du trafic de drogue à celui de modèle de restauration écologique ?

Lorsque Cosimo Di Biasi, 66 ans, décide que c’est le bon jour pour pêcher, il commence à 17 heures. Il parcourt 6 kilomètres jusqu’au port de Torre Santa Sabina, monte à bord de Nonno Ugo, son bateau de 21 pieds en fibre de verre, et navigue vers le sud pendant une demi-heure pour atteindre une réserve marine dans les Pouilles, au sud de l’Italie.

La côte rocheuse est parsemée de plages de sable et, à l’extrémité d’une minuscule péninsule, une majestueuse tour domine la côte. Construite par les Aragonais au XVIe siècle pour repérer l’envahisseur turc, la tour est aujourd’hui le symbole de Torre Guaceto ; une réserve marine qui s’étend sur 5 400 acres de mer et 8 kilomètres de côte, où seuls cinq bateaux et sept pêcheurs sont autorisés à pêcher.

Di Biasi travaille dans la région depuis l’âge de 10 ans. Il sautait l’école pour pêcher avec son père, et il apportait des paniers de poissons au professeur pour excuser ses absences. Pourtant, elle l’a recalé trois fois en sixième.

Lorsque son bateau est en place, Di Biasi jette à l’eau le filet plombé de 800 mètres de long, qui est ensuite retenu par une série de bouées flottantes. Après cette rapide intervention, le pêcheur rentre chez lui. Le mur invisible restera en place toute la nuit, attendant que les poissons s’y emmêlent. Le lendemain matin, Di Biasi se réveille au lever du soleil, va au bar pour prendre un café et un croissant, et ramène son bateau à la réserve pour charger les abondantes prises de la journée.

♦ De retour au port de Santa Sabina, les habitants, les restaurateurs et les autres acheteurs attendent Di Biasi.

Beaucoup d’entre eux ont déjà réservé du poisson dès la veille. Les espèces, comme le mulet, sont communes ici ; leur taille incroyable distingue les prises de Di Biasi.  

Alors que d’autres pêcheurs de la Méditerranée ont du mal à joindre les deux bouts, sortant tous les soirs et extrayant des poissons de toutes sortes et de toutes tailles, des anchois aux dauphins, les pêcheurs de Torre Guaceto n’entrent dans la réserve qu’une fois par semaine ; ce qui leur permet de réaliser des revenus exceptionnels pouvant atteindre 10 000 dollars par jour. Ils font partie d’un projet de gestion coopérative qui permet à la mer de se reconstituer pendant qu’ils prospèrent économiquement.

Mais ce qui peut sembler être aujourd’hui un conte de fées a nécessité des années de luttes et de conflits. Les écologistes ont commencé la difficile tâche de travailler avec les acteurs locaux il y a plus de 25 ans, dans une région en proie au crime organisé et à l’exploitation agressive des ressources naturelles. Aujourd’hui, ces pêcheurs sont les plus grands alliés de la réserve marine.

“Nous sommes les gardiens”, raconte fièrement Di Biasi. “Cette étendue de mer est la nôtre”.

♦ Une exploitation historique

Alessandro Ciccolella, le directeur du Consorzio di Gestione Torre Guaceto, l’entité de gestion de la réserve naturelle, explique qu’avant leur prise de contrôle en 2001, cette partie de la côte était un no man’s land. Le crime organisé y avait une place forte ; utilisant les rives de Torre Guaceto comme port pour la contrebande de tabac et de drogue.

“Ciccolella nous disait qu’un jour Torre Guaceto serait une réserve. Mais nous ne l’avons pas cru et nous nous en sommes moqués”, dixit Di Biasi.

Les pêcheurs faisaient exploser des bombes artisanales sous l’eau ; récoltant les poissons morts qui flottaient à la surface. Mais ce faisant, ils tuaient la vie marine, détruisaient le récif et risquaient leur vie. De plus, la plupart des poissons tués se retrouvaient au fond de la mer, tandis que des nuages de poussière remplissaient les eaux. Selon Ciccolella, les pêcheurs pensaient qu’ils labouraient la mer pour de bon.

♦ Les eaux de la réserve fermée pendant cinq ans à la pêche

La zone était si usée qu’en 2001, le Consorzio, formé par le Fonds mondial pour la nature et les villes voisines de Brindisi et Carovigno, a décidé de fermer les eaux de la réserve pendant cinq ans pour lui permettre de se remettre de l’exploitation passée.

“Ils nous ont enlevé un morceau de la mer. Nous y gardions nos bateaux, et la tour était l’endroit où nous cuisinions et traînions”, explique M. De Biasi. “D’un jour à l’autre, nous ne pouvions plus pêcher.”

Des frictions sont apparues entre les pêcheurs et la direction de la réserve ; frictions qui se sont traduites par des pneus crevés et des vitres de voiture cassées. Les pêcheurs locaux ont continué à pêcher illégalement la nuit, pour marquer un point, même s’ils avaient encore le reste de la mer à pêcher. Les garde-côtes les attrapaient parfois, confisquaient leurs bateaux et leur donnaient de lourdes amendes.

“Nous devions savoir ce qui vivait sous l’eau et le laisser se rétablir”, dit Ciccolella, en expliquant l’interdiction de pêche. “Nous avons pu le faire parce que la zone n’était pas trop grande et qu’il était plus facile de raisonner avec moins de personnes. Mais les avantages d’une petite réserve sont bien plus importants que ce que l’on peut imaginer ».

Rétablir l’abondance

Paolo Guidetti, professeur d’écologie à l’université de Nice, a joué un rôle crucial dans le développement du modèle de pêche durable de la réserve. Selon lui, il n’a pas été facile d’entamer un dialogue avec les pêcheurs ; mais il s’est avéré crucial pour le succès de la réserve. En 2005, après cinq ans d’interdiction de pêche, les pêcheurs ont été autorisés à participer à un essai de pêche.

“Nous nous sommes trouvés face à une corne d’abondance”, rappelle Di Biasi. Les prises ont été multipliées par cinq par rapport à la zone extérieure, et les poissons étaient plus gros et de plus grande valeur.

Le Consorzio s’est associé à Guidetti et à Marcello Longo, président de Slow Food Puglia ; une section locale d’un mouvement international qui lutte contre la disparition des cultures alimentaires locales dans le monde. Ils ont organisé des réunions avec les pêcheurs désemparés pour créer un protocole permettant de recommencer à pêcher tout en préservant la biodiversité de la région.

“Les pêcheurs eux-mêmes ont proposé de ne pêcher qu’une fois par semaine”, se souvient Guidetti avec enthousiasme.

Les pêcheurs voulaient également utiliser des filets plus courts – 1 kilomètre de long au lieu de 4 kilomètres – et des mailles plus larges pour libérer les poissons plus petits et juvéniles. Alors qu’une journée de pêche en haute mer pouvait rapporter quelques centaines de dollars aux pêcheurs, à Torre Guaceto, les pêcheurs avaient des journées miraculeuses pouvant atteindre jusqu’à 10.000 dollars de poissons par jour.

La biodiversité s’était rétablie et, dans les années suivantes, en raison de la pression de pêche renouvelée mais limitée, les prises se sont stabilisées à près de deux fois le poids des prises des eaux extérieures. Selon Guidetti, le biologiste, Torre Guaceto donne les prises les plus élevées par unité en Méditerranée.

♦ Le biologiste est convaincu que la participation des pêcheurs au processus décisionnel a fait de Torre Guaceto une réussite.

Comprenant l’intérêt de protéger la zone, la pêche illégale a pratiquement cessé. Les pêcheurs se sont transformés en sentinelles ; aidant les garde-côtes à repérer les braconniers. Les chercheurs et les gestionnaires ont développé des amitiés avec les pêcheurs. “Une approche ministérielle descendante n’aurait jamais fonctionné”, déclare M. Guidetti.

Et le résultat positif de la réserve va bien au-delà des limites des eaux de Torre Guaceto.

Une augmentation de la population de poissons dans une réserve pousse les plus jeunes à quitter la zone pour trouver leur propre territoire. Ce débordement est appelé “effet de réserve” et bénéficie aux zones situées immédiatement autour de la réserve. Mais il y a une contribution encore plus importante du sanctuaire. Avec une pression de pêche moindre, la dorade blanche femelle à l’intérieur de la réserve peut atteindre une taille deux fois supérieure à celle des femelles à l’extérieur et produire 100 fois plus d’œufs. Une étude unique menée par Guidetti a suivi ces œufs de poisson et a constaté que les courants marins les transportaient vers le sud sur des centaines de kilomètres ; repeuplant ainsi des zones éloignées. Il a appelé cela un “effet de douche“.

Selon Guidetti, Torre Guaceto est la seule réserve au monde où la population de poissons fait l’objet d’un suivi continu et précis ; ce qui montre l’impact positif d’une réserve marine bien gérée. “Il serait optimal d’avoir une Torre Guaceto tous les 30 kilomètres, pour repeupler le reste de la mer” dixit le scientifique.

♦ Étendre les protections

Le plus grand problème pour une zone marine protégée semble être le contrôle et la gestion. De nombreux projets similaires à Torre Guaceto échouent en raison de l’absence d’un contrôle précis du territoire. Aujourd’hui, après des années de lutte, Torre Guaceto peut compter sur la vigilance rigoureuse des garde-côtes italiens et des pêcheurs. Mais même avec un tel contrôle, une partie de la pêche illégale se fait encore la nuit.

Aujourd’hui, un événement peu probable se produit : ce sont les pêcheurs qui demandent la protection de la mer. “Nous avons demandé au directeur d’agrandir la réserve marine”, explique M. Di Biasi. La demande est maintenant en cours d’examen par le ministère de l’environnement. En attendant, dix autres pêcheurs des villes voisines ont déjà commencé à pêcher avec des filets plus courts et des mailles plus larges ; en espérant que la réserve sera bientôt étendue à leurs côtes.

Aujourd’hui, Di Biasi se rend dans les écoles primaires pour expliquer l’importance de la pêche durable. Il se rend également dans des communautés de pêcheurs d’autres pays méditerranéens pour dire aux pêcheurs incrédules qu’il est possible de gagner plus d’argent tout en préservant la mer.

“Nous espérons qu’ils suivront notre exemple et créeront une réserve marine”, dit Di Biasi. “Il nous a fallu du temps pour apprendre cela, mais maintenant nous espérons que d’autres le feront aussi ».

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances