Les perspectives en Occitanie | Du rétroviseur au coup d’accélérateur

“La crise que nous vivons est une crise sectorielle ; l’impact de la crise sanitaire met en exergue des différences sectorielles fortes”. Selon l’étude annuelle présentée à la presse par la directrice départementale de la Banque de France, Aurore Markiewicz, les chefs d’entreprise affichent leur “confiance en l’avenir” malgré une baisse du PIB français de 8,3%. L’étude révèle une forte capacité de rebond” de l’économie française constatée dès la fin du 1er confinement. La prudence reste néanmoins de mise, tout secteur confondu, compte tenu du manque de perspectives.

♦ Des secteurs d’activité inégalement impactés par la crise

⊕ L’Industrie

Au niveau national, le secteur industriel tourne à 91% de son activité habituelle. En région Occitanie, elle n’atteint que 83% selon l’enquête menée par la banque de France. Selon Aurore Markiewicz, il s’agit de la traduction chiffrée de la difficulté de la filière aéronautique.

Le président de la Chambre de commerce et d’industrie régionale, Alain Di Crescenzo, présente un tableau très sombre de ce secteur. En chute de 60% en 2020, le trafic aérien ne devrait retrouver le niveau d’avant crise qu’en 2024 voire 2027. Un long délai d’attente pour une filière qui pèse lourd (40%) sur les emplois industriels d’Occitanie (100.000 emplois chez Airbus). La Région porte actuellement un plan spécifique de soutien à la filière aéronautique.

Caustier Perpignan - Constructeur de qualifreuses pour fruits et légumes depuis 100 ans-7

⊕ Le BTP

Lourdement touché au début du 1er confinement, le secteur du bâtiment a retrouvé son niveau national d’activité d’avant-crise. En Occitanie, le secteur reste en deçà du niveau 100 ; niveau normal de l’activité. Aurore Markiewicz explique ce décalage par la baisse de la commande publique des collectivités.

“Les entreprises du bâtiment nous disent que les commandes sont en attente parce que les budgets des collectivités tardent. La commande publique n’arrive pas quand la commande privée est étale. Alors que le nombre de permis de construire est resté stable entre 2019 et 2020, c’est vraiment la commande publique qui manque au secteur du BTP en Occitanie”.

27/04/2020, Perpignan, France, Illustrations Coronavirus Covid-19 vie quotidienne © Arnaud Le Vu / MiP
27/04/2020, Perpignan, France, Illustrations Coronavirus Covid-19 vie quotidienne © Arnaud Le Vu / MiP

⊕ Les services marchands dont l’hôtellerie et la restauration

Pour les services marchands, l‘activité a légèrement augmenté en janvier pour s’établir à 82% de l’activité normale. Une baisse d’activité est attendue en février à 80% ; contre 81% au niveau national. Les contributions des grands secteurs étaient inégales.

  • L’information-communication rebondit à 79% ; contre 94% au niveau national.
  • Le secteur des transports et de la réparation automobile enregistre un repli à 97% de l’activité normale pour 94% au niveau national.
  • Le secteur des activités spécialisées se stabilise à 85% ; en deçà des 92% à l’échelle de l’hexagone.
  • La progression du secteur de l’hébergement restauration est plus soutenue en Occitanie qu’au national (35% contre 16%), mais affiche un niveau très bas.

♦ Selon Aurore Markiewicz, “le financement de l’économie a été à la hauteur”

Au niveau national, les crédits aux entreprises ont progressé de 13% (15% en Occitanie). “C’est énorme au regard d’un recul de l’activité de 8%. Il y a eu une vraie compensation, et les acteurs – et notamment les banques – ont vraiment été au rendez-vous”. Au niveau de notre département, le crédit aux entreprises n’est que de 9%, bien en deçà du niveau régional. Pour la directrice de l’antenne départementale de la Banque de France, c’est surtout la demande qui est moindre.

“Toutes les demandes de prêts demandées ont été accordées. Sauf celles reposant vraiment sur des entreprises trop fragiles. La structure économique des Pyrénées-Orientales, faite essentiellement de très petites entreprises parfois très fragiles, explique le faible nombre de crédit dans le département”.

Aurore Markiewicz, directrice Départementale de la Banque de France des Pyrénées-Orientales
Aurore Markiewicz, directrice Départementale de la Banque de France des Pyrénées-Orientales

♦ Du PGE au financement participatif

6.210 entreprises des Pyrénées-Orientales ont eu recours au prêt de trésorerie garantie par l’État (PGE) pour un montant total de 636M€. Selon la Banque de France, ce sont en majorité les très petites entreprises – sans salariés ou avec 1 ou 2 employés – qui ont fait appel au PGE dans le département ; les commerçants, mais aussi le secteur du tourisme, les restaurants, l’événementiel, les boîtes de nuit…

Durant 1 an, voire 2, le PGE est en phase de moratoire. C’est-à-dire que les entreprises ne doivent pas payer de mensualités. Au-delà de cette période, les entreprises peuvent rembourser : soit la totalité des fonds, soit des échéances mensuelles sur 4 ans maximum. Les PGE doivent être soldés dans un délai maximum de 6 ans (2 ans de moratoire, 4 ans de crédit à moyen terme).

Selon Aurore Markiewicz, “le PGE est un prêt de trésorerie et il n’a pas vocation à venir combler les fonds propres d’une entreprise. En revanche, l’idée de conforter les fonds propres est à l’étude au Ministère des finances”. Bercy envisage des prêts participatifs afin de mobiliser l’épargne constituée durant les confinements successifs.

30/10/2020, Perpignan, France, Illustration vie quotidienne et commerces à l'heure de la Covid-19 © Arnaud Le Vu / MiP
30/10/2020, Perpignan, France, Illustration vie quotidienne et commerces à l’heure de la Covid-19 © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Le financement citoyen via la région Occitanie

La Région Occitanie lancera très prochainement un outil destiné à mobiliser l’épargne des ménages qui a crû de façon considérable depuis le début de la crise. Le surplus d’épargne aurait ainsi dépassé les 60 milliards d’euros à la fin du premier confinement ; et était estimé à 100 milliards d’euros à fin 2020.

La Région et la Chambre de Commerce et d’Industrie Occitanie lanceront un portail régional du financement participatif et citoyen des porteurs de projets occitans. Les modalités restent à définir ; néanmoins la présidente de la Région et le président de la CCI Occitanie ont confirmé que le capital serait garanti par la Région et la rémunération des sommes investies serait supérieure à celle du Livret A ou des Fonds Euros particulièrement prisés par l’épargnant. Carole Delga a précisé, que la rémunération serait différente en fonction du secteur d’activité de l’entreprise qui ouvre son capital à l’épargne citoyenne.

L’objectif du portail régional du financement participatif et citoyen :
– Lever 20M€ sur 5 ans de financement participatif,
– Soutenir 200 entreprises par an sur le territoire de la Région Occitanie.

18/09/2020, Perpignan, France, Carole Delga © Arnaud Le Vu / MiP
18/09/2020, Perpignan, France, Carole Delga © Arnaud Le Vu / MiP

// Sur le même thème :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances