Petits écrans | “Bruxelles, ton univers impitoyable”

Diffusé le 6 mai sur France 2, Bruxelles, ton univers impitoyable nous plonge dans l’intimité des négociations des chefs d’États européens ; et ce sur 3 sujets qui ont fait l’actualité depuis fin 2019. Réalisé par Yann-Anthony Noghès, ce documentaire revient sur les difficultés rencontrées par les 27 États Membres de l’Europe à se mettre d’accord sur des sujets pourtant importants pour les 446 millions d’Européens.

♦ Bruxelles, ton univers impitoyable – Le Synopsis

Pendant 18 mois, les caméras de Yann-Anthony Noghès ont filmé les dessous des négociations qui se sont déroulées sur le plan européen au sujet du pacte pour la neutralité carbone en 2050, du plan d’urgence à 750 milliards, du plan de vaccination contre la Covid-19. Yann-Anthony Noghès filme ces chefs d’État dans l’intimité des négociations, se tutoyant, plaisantant ; mais aussi impitoyables quand il s’agit de défendre l’intérêt national.

On y découvre les conversations stratégiques entre Angela Merkel et Emmanuel Macron, le travail de conviction derrière les portes fermées du président du Conseil européen Charles Michel, et les tentatives d’intimidation du nationaliste hongrois Viktor Orbán.

♦ Acte I : Climat : le temps de l’action

Le climat est devenu la priorité numéro 1 à Bruxelles ; l’Europe a pour ambition de devenir le premier continent neutre en carbone sur la planète. Ursula von der Leyen, la Présidente de la Commission européenne, très engagée en faveur de l’écologie, a donc proposé de mettre en place le Green Deal (Le Pacte vert européen). En tant que nouveau Président du Conseil européen, Charles Michel doit donc convaincre tous les pays européens de s’engager pour la neutralité climatique. Si une grande partie accepte, 3 se montrent réfractaires : la Hongrie, la République tchèque et la Pologne. Se lance alors une “opération séduction” avec Mateusz Morawiecki, le Premier ministre polonais, défini comme quelqu’un “d’extrêmement dur, qui ne se laissera pas faire, qui ne se laisse pas impressionner par les menaces” selon Jean Quatremer.

Pour Charles Michel, “l’élément clé pour la Pologne, c’est la prise en considération que tous les pays européens n’ont pas le même point de départ” ; puisque 80% de l’électricité produite dans ce pays provient du charbon. C’est moins de 5% pour la France. À l’issue d’un tête à tête avec le Premier ministre polonais, Charles Michel explique qu’il dit à Mateusz Morawiecki qu’il “peut lui faire confiance” et que pour renforcer ses propos “il l’annonce publiquement”.

Charles Michel et Emmanuel Macron © Check Productions avec LCP, la RTBF et France Télévisions.
© Check Productions.

Lors d’un entretien avec Emmanuel Macron à quelques jours du sommet européen et en pleine crise des Gilets Jaunes, Charles Michel lui confie : “ce que je veux éviter évidemment, c’est que Mateusz et la Pologne aient le sentiment qu’eux, ont déjà une espèce de prédécision prise sur le budget complet”. Il continue “on doit les rassurer mais pas au point qu’ils aient une décision de prise ; parce que sinon on perd les autres qui n’ont pas accepté que seule la Pologne ait une certitude par rapport au budget européen”.

Dès le début du sommet, cela s’annonce compliqué.

Viktor Orbán coupe la parole et s’impose. Selon Jean Quatremer, “cette scène est intéressante car elle montre à quel point les rapports au sein du Conseil européen ne sont pas diplomatiques mais virils”. Christine Lagarde ajoute qu’il s’agit “de messieurs avec beaucoup de testostérone, ce qui donne des débats virils ; et ce qui n’est pas forcément ce qu’il y a de plus efficace”.

Pour convaincre Mateusz Morawiecki, Charles Michel décide de le voir en tête à tête. La Pologne se voit offrir une formulation spéciale dans l’accord, dans les conclusions et finit par accepter le Pacte après 10 heures de négociation. Pour Barend Leyts, le porte-parole de Charles Michel : “c’est une victoire mais c’est surtout un soulagement”.

Mateusz Morawiecki © Check Productions avec LCP, la RTBF et France Télévisions.
Mateusz Morawiecki © Check Productions avec LCP, la RTBF et France Télévisions.

♦ Acte II : La crise sanitaire et les vaccins

La deuxième partie du documentaire est consacrée à la gestion de la crise sanitaire en Europe. À ce moment “en Europe c’est le chacun pour soi”. Journaliste à Politico, Maïa de la Baume affirme “Bruxelles n’a pas de pouvoir en matière de santé”. Cette crise semble être la limite de l’Europe, Jean Quatremer déclare “l’Union européenne s’effondre sous nos yeux”.

Une proposition franco-allemande émerge ; celle d’une dette commune pour pallier aux conséquences économiques et sociales de la pandémie. Les discussions par visioconférence entre Angela Merkel et Emmanuel Macron sont montrées. Malgré plusieurs réticences, après 92 heures de négociation, les pays européens sont arrivés à un plan de relance de 750 milliards d’euros ; dont 360 milliards de prêts et 390 milliards de subventions. Pour Jean Quatremer, “les pays radins ont perdu”.

Autre enjeu de la crise sanitaire : les vaccins. Là encore, l’Europe est mise à rude épreuve. Maïa de la Baume déclare que “la Commission Européenne va négocier tout l’été des contrats, au meilleur prix possible” et que la grande prudence va ralentir l’achat de vaccins. L’Allemagne, l’Italie, la France puis les Pays-Bas se mettent ensemble pour signer des contrats auprès de laboratoires prometteurs. Coup du sort, les Anglais ont été les premiers à vacciner malgré le Brexit récent. Israël, les États-Unis et l’Angleterre n’ont pas négocié avec les laboratoires. Et force est de constater que les pays s’en sont mieux sortis seuls. Jean Quatremer soulève toutefois une problématique ; quid des pays qui n’ont pas trouvé de vaccin ?

♦ Acte III : Un fauteuil pour deux

La dernière partie de ce documentaire intitulée est consacrée à Ursula von der Leyen et Charles Michel. Elle revient notamment sur le Sofagate, un incident de protocole diplomatique survenu lors de la visite de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du président du Conseil européen Charles Michel en Turquie le 6 avril 2021. Pour Jean Quatremer, cette scène montre “deux machos qui humilient une femme“. Un incident jugé sexiste alors que la Turquie avait annoncé sa sortie de la convention d’Istanbul. Pour Maïa de la Baume, il existe une “concurrence entre les deux institutions” ; soit un fauteuil pour deux.

♦ Pourquoi la rédaction vous le conseille ?

Bruxelles, ton univers impitoyable nous fait entrer dans les coulisses des négociations les plus importantes de ces derniers mois. Charles Michel se confie assez librement sur ses émotions, ses difficultés et ses joies rencontrées en tant que Président du Conseil européen. Les chefs d’États se montrent aussi plus intimes.

♦ Ils font l’actualité des documentaires

Colette réalisé par Anthony Giacchino et produit par Alice Doyard, récompensé par l’Oscar du meilleur documentaire court. Disponible gratuitement sur Youtube, Colette revient sur l’histoire de Colette Marin-Catherine, une nonagénaire qui raconte son voyage vers le camp de concentration de Mittelbau-Dora, où est mort son frère, résistant, en 1943. Un documentaire à découvrir ci-dessous.

// Envie de découvrir d’autres documentaires ?

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances