Pol’Hebdo du 2 juillet – Hebdomadaire politique des Pyrénées-Orientales

Election Hermeline Malherbe Conseil Départemental

Au programme de notre Pol’Hebdo : Réélection au Conseil Départemental – Qui sont les 14 représentants des Pyrénées-Orientales au Conseil Régional d’Occitanie ? EELV 66 revient sur les élections – À Perpignan, un Conseil Municipal tendu – Sans oublier le programme du congrès alternatif en réponse au congrès du RN qui se tient dès demain à Perpignan. Ou encore, l’assemblée des Jeunes avec Macron qui se tient sur 3 jours à Port-Barcarés.

♦ Hermeline Malherbe réélue présidente du département des Pyrénées-Orientales

C’était une formalité, mais après de nombreux doutes quant à ce 3ème tour, la majorité réélue ne boudait pas son plaisir réunie, distanciation oblige, dans le bâtiment rue Bretonneau. Hermeline Malherbe a été réélue sans surprise, compte tenu des rapports de force sortis des urnes dimanche 27 juin. 21 voix pour Hermeline Malherbe, 11 pour le sénateur Les Républicains Jean Sol et 2 votes blancs.

À l’issue du vote, la présidente réélue a pris la parole : « Le contexte dans lequel nous nous trouvons, et ces élections nous obligent à plus d’un titre. Il nous faut faire face à la crise sanitaire, sociale économique et l’urgence écologique. Mais notre démocratie souffre aussi, l’abstention trop importante en atteste. Sur fonds de menace de l’extrême droite dont les idées ne conduisent qu’à l’impasse, la tâche est considérable. Et vous pouvez sur notre motivation et celle de la majorité départementale […] Les impatientes comme les colères nous commandent de nous mettre tout de suite au travail ».

Jean Sol, l’élu communiste Rémi Lacapère et Anabelle Brunet, ont aussi pris la parole. Cette dernière, élue, avec son binôme, de seulement 22 petites voix d’avance sur le binôme RN, a rappelé à Hermeline Malherbe que « les conditions de nos élections nous engagent et nous obligent à la modestie. […] Il nous faut ensemble réinventer le Pays Catalan de demain » .  

Election Hermeline Malherbe Conseil Départemental
Le sénateur LR Jean Sol

♦ Le programme à mettre en place durant les 7 années du mandat qui s’ouvre

Hermeline Malherbe de citer plusieurs éléments de programme à mettre en œuvre durant les 7 années du mandat qui s’ouvre. Et en premier lieu, la santé. « Parce que nul ne peut être privé d’accès au soin du fait de son lieu d’habitation ou de sa situation, nous, département, prendrons cet enjeu à bras-le-corps ». La présidente veut aussi développer « de nouvelles voies d’insertion, en soutenant la construction et l’éco-rénovation de logements ». La présidente du conseil départemental veut également créer de nouvelles formes d’hébergements pour les personnes âgées ou handicapées.

Hermeline Malherbe entend également mettre en place un revenu minimum pour les 18-25 et faciliter leur accès à un parcours d’intégration à la culture, au sport. « Nous continuerons également d’assumer la protection des mineurs qui relèvent de la protection de l’enfance et qui ont besoin de parcours d’intégration sereins, loin des polémiques politiciennes ». Sans oublier, la consultation citoyenne sur le nom du département ou la mise en place du « RER catalan ».

Cliquez pour voir les 10 vice-présidents du conseil départemental des Pyrénées-Orientales.
  • Nicolas Garcia
  • Toussainte Calabrèse
  • Robert Garrabé
  • Françoise Fiter
  • Jean Roque
  • Marie-Pierre Sadourny
  • Alexandre reynal
  • Madeleine Garcia Vidal
  • Rémi Lacapère
  • et Aude Vivès

♦ les 14 représentant les Pyrénées-Orientales au Conseil Régional d’Occitanie

La séance d’installation du Conseil Régional se tient ce jour à 13h30. Les 158 élus régionaux procéderont notamment à l’élection de la présidente de Région, des vice-président.es et des membres de la Commission permanente. Un évènement diffusé en direct sur le site de la Région. Les 14 élus pour notre département, par couleur politique, sont :

Cliquez pour voir les huit de Carole Delga qui représentent la section des Pyrénées-Orientales :
  • Agnès Langevine
  • Christophe Manas
  • Eliane Jarycki
  • Patrick Cases
  • Judith Carmona
  • Samuel Moli
  • Christine Gas
  • Julien Baraille
Cliquez pour voir les élus du Rassemblement National, arrivé en 2ème position :
  • Xavier Baudry
  • Sophie Blanc
  • Frédéric Gourier
  • Laurence Pignier

Pour Les Républicains, arrivés en 3ème position, le seul élu est Stéphane Loda.

FRANCE - CAROLE DELGA - REGIONAL ELECTIONS - OCCITANIE

♦ Départementales – Europe-Écologie-Les-Verts réagit au 2nd tour des élections

Après la confiance des Français et le Rassemblement National, l’autre grand perdant de ces élections régionales et départementales reste Europe Écologie-Les Verts. Le parti écologiste ne voit aucun de ses candidats passer le deuxième tour ; et voit même ses hypothèses d’alliance partir en fumée. La fédération EELV Pays Catalan partage ses réactions via un communiqué.

Nicolas Berjoan, responsable de la section catalane d’EELV, fustige l’abstention massive : »Elle a donné lieu à des résultats imprévisibles. Elle n’aura pas aidé l’écologie politique – qui peut se féliciter toutefois d’avoir vu son implantation progresser en Pays Catalan – et qui a réalisé des scores inégalés aux départementales en passant presque partout la barre des 10% ».

Autre échec du côté des Verts : l’absence totale d’élu.e aux conseils départemental et régional. Une perte en comparaison aux précédentes mandatures. « Le temps nous est compté pour engager des politiques de transformation d’une absolue nécessité« . Et de soulever certains regrets : « Avec l’agitation du chiffon rouge du Rassemblement national – que nous sommes les premiers à combattre en pratique – les actes de piraterie de l’écologie ont participé de notre score décevant aux élections régionales en Occitanie ; quand nous avons obtenu des résultats remarquables ailleurs, malgré le contexte difficile. Or, nous savons tous qu’il n’y a pas d’écologie sans les écologistes« .

EELV Pays Catalan fait partie des signataires de la manifestation « Ensemble contre l’extrême droite« . Il s’agit du contre-événement initié en réponse au Congrès national du RN. Un congrès qui met Perpignan au centre de l’attention des médias politiques nationaux.

04/05/2021, Perpignan, France, Antoine Maurice affichage libre © Arnaud Le Vu / MiP

♦ Un conseil municipal tendu sur fond de démission et de financement des gardes du corps du maire

Ambiance ambiance ! C’est dans la salle Arago de l’Hôtel de Ville de Perpignan, ce 29 juin, que se tenait le dernier conseil municipal. Plusieurs sujets de discorde planaient entre l’opposition et la majorité.

Appel nominatif des élus et premier rictus de Louis Aliot : Bernard Reyes, absent, a donné procuration à Bruno Nougayrède, membre de l’opposition. Les modalités de la démission et l’élection du ou de sa remplaçante seront délibérées au conseil municipal du 8 juillet prochain. En attendant, Christine Gavalda-Moulenat, présidente des LR66, demande éclaircissement sur le cas Reyes.

Le maire de Perpignan : « Si vous commencez à répondre aux ragots de monsieur Reyes, vous allez faire le tour du monde. Et je suis très heureux de voir qu’il vous rejoint. C’est un joli cadeau ! Il a été victime d’insulte d’un agent ; mais lui-même va répondre des insultes qu’il a proférées à plusieurs autres agents.« 

Et Chantal Bruzi – présidente du groupe d’opposition – de démentir : « À ce jour je n’ai aucune demande de M. Reyes pour rejoindre mon groupe« . Et la majorité de renchérir, le sourire en coin : « Il a des vices cachés. Nous nous sommes trompés sur lui ».

24/09/2020, Perpignan, France, Conseillers municipaux d'opposition © Arnaud Le Vu / MiP

Après l’ex adjoint, les gardes du corps

L’autre invective vient de Bruno Nougayrède ; Il dénonce : « Les gardes du corps du maire étaient présents à la première communion de la fille de Charles Pons (1er adjoint) ; et ils sont là quand Louis Aliot se déplace à l’autre bout du département pour soutenir ses candidats RN aux dernières élections. Aujourd’hui, je ne sais toujours pas combien la mairie paie ses quatre gardes du corps« . Bruno Nougayrède, à ce sujet, regrette de la part de la mairie de n’avoir jamais eu réponse à ses demandes. « J’estime qu’elle débourse entre un à deux millions d’euros sur le mandat« .

Louis Aliot dément. Il affirme avoir été présent à l’office religieux en tant que premier magistrat de Perpignan. Et conteste fermement s’être déplacé avec ses gardes du corps pour soutenir les candidats RN des Départementales et Régionales. La colère monte entre les deux élus. Le maire coupe le micro à son opposant. « Je réfléchis à des moyens de vous poursuivre en justice pour diffamation« , conclut le cadre RN.

Un spectacle qui a tiqué l’élu d’opposition : « Nous avons tous observé l’abstention massive des Français aux dernières échéances électorales. Il faudrait arrêter ces spectacles et se concentrer au bénéfice des Perpignanais ».

Outres les élans d’amour du dernier conseil municipal, quelques informations s’en dégagent. Et notamment :

  • La création prochaine d’un nouveau festival – en partenariat entre la Ville de Perpignan et le Centre Méditerranéen de Littérature (dont l’adjoint à la culture André Bonnet est président d’honneur) – dédié aux livres de gastronomie.
  • L’accueil de l’association Stop Violences 66 – qui lutte contre les violences faites aux femmes – dans le bâtiment de l’ex Hôtel de la Cigale ; et qui sera donc adossée au nouveau poste de police municipale.
  • Au menu du prochain conseil municipal du 8 juillet à 17 heures : le stationnement de surface et l’arrivée de l’École 42 dans la ville.

♦ Congrès national du Rassemblement National – L’opposition s’organise en deux contre-événements

Après l’élection de Louis Aliot – comme premier maire d’extrême droite d’une ville française de plus de 100.000 habitants – c’est un autre événement hautement médiatique qu’attend Perpignan sous le spectre du parti de Marine Le Pen : le Congrès National du Rassemblement National qui officialisera ce week-end la candidature de sa présidente aux Présidentielles 2022.

Premièrement, Un congrès pour tous.tes, organisé par L’Alternative (liste des Municipales 2020 de Perpignan de la candidate Caroline Forgues) et le Centre Culturel Catalan. Débutée samedi dernier, cette initiative propose jusqu’à ce dimanche soir rendez-vous musical, projection de film et documentaire, débat, conférence.

Deuxième rendez-vous anti-RN : la manifestation Ensemble contre l’extrême droite de samedi. Rassemblement, dès midi, avec un concert des Tata sur la place Catalogne pour un départ du cortège à 14h (parcours : Place Catalogne, Boulevard des Pyrénées, Rue Foch, Avenue Panchot, Pont de la voie ferrée, Boulevard Saint-Assiscle, Rue de Conflent, retour Place de Catalogne). Une initiative réunie sous le nom de Appel 66 contre l’extrême droite et venue de 31 organisations politiques, syndicales, associatives et de collectifs locaux. La manifestation se terminera par un concert des Combo Pacheco de retour sur la place Catalogne à 16h.

♦ Les jeunes avec Macron tiennent assemblée dans les Pyrénées-Orientales

À l’occasion de la venue du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, les « jeunes avec Macron » tiendront ce week-end une assemblée à Port-Barcarés. « Après un an et demi sans évènements pour cause de pandémie, plus de 400 Jeunes avec Macron se réuniront pendant 3 jours à Port-Barcarès ». Les jeunes avec Macron (JAM) entendent préparer la rentrée politique de septembre et de la campagne présidentielle de 2022. 

Au programme ? « Bilan, formations, masterclass, moments de cohésion, temps d’échanges avec des membres du gouvernement et des élus sont au programme, de ce weekend de travail et de retrouvailles. Le samedi matin, une plénière politique aura lieu dans la grande salle du VVF avec la présence de membres du gouvernement et de la majorité ». 

https://twitter.com/JeunesMacron/status/1361739097883213826

// Sur le même thème

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances