fbpx
Aller au contenu

Front Populaire is the new Nupes : Pyrénées-Orientales, quelle union des gauches ?

Article mis à jour le 15 juin 2024 à 09:21

Après l’accord de principe signé par les partis de gauche le 10 juin, l’union semble en bonne voie. Reste à savoir autour de quel dénominateur commun et derrière quel chef de file. En attendant, c’est François Ruffin, député La France Insoumise du Nord, qui a lancé le premier le principe d’une bannière unie derrière le Front Populaire. Photo du 1er mai 2024 à Perpignan.

Le Front populaire version 2024, serait-il l’épisode 2 de la Nupes* ? Rien n’est moins sûr. Forts de leur dynamique aux élections européennes qui s’achèvent et du nouveau rapport de force, le Parti socialiste et Place publique pourraient exiger plus de candidats dans les circonscriptions qu’au lendemain de l’élection présidentielle 2022.

Quels candidats possibles pour le Front Populaire 2024 des Pyrénées-Orientales ?

Si les discussions sont toujours en cours, selon nos informations le score de la liste Raphaël Glucksmann dans le département pourrait permettre aux socialistes d’obtenir une, voire deux circonscriptions sous l’étiquette Front Populaire. La France Insoumise est quasi certaine de pouvoir conserver un candidat d’union sur la première circonscription, sur le territoire de Perpignan où la liste des Insoumis est arrivée en seconde position derrière celle de Jordan Bardella aux Européennes.

Compte tenu de l’implantation des Insoumis sur la troisième circonscription, cette zone pourrait leur permettre de remporter l’investiture Front Populaire. Reste la 2 et la 4 pour le Parti socialiste et les Écologistes. Et là encore les négociations risquent d’être âpres entre les appareils locaux et nationaux.

De son côté, Nicolas Garcia, maire communiste d’Elne prône une solution où les circonscriptions seraient réparties de manière égalitaire entre les quatre partis de la gauche (Socialistes, Insoumis, Communistes et Écologistes). Le maire qui précise n’avoir aucune ambition pour lui-même ajoute : « et par le biais des suppléances ouvrir à d’autres partis de gauche. » Si candidatures communes il y a, elles ne devraient pas être dévoilées avant jeudi 13 juin.

Quelle Nupes en 2022 dans les Pyrénées-Orientales ?

Au lendemain de la présidentielle de 2022, les forces de la gauche étaient différentes. En effet, Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise s’était renforcé avec près de 22% des suffrages et aux portes du second tour. En revanche, Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate du Parti socialiste n’avait obtenu que 1,75% des suffrages. À l’issue d’une campagne difficile, dans la course à l’Élysée, la maire de Paris arrivait en troisième position en commençant par la fin du classement. Plaçant ainsi l’ancienne gauche de gouvernement dans une position délicate à l’heure d’ouvrir les négociations sur l’accord de la Nupes.

En 2022, dans les Pyrénées-Orientales, trois des quatre candidats de la Nupes étaient issus des rangs de La France Insoumise, Francis Daspe, sur la 1e circonscription, Nathalie Culell sur la 3e et Jérôme Pous sur la 4e. Seul David Berrué, porte-parole des Écologiste donnait une autre coloration à la Nupes made in Pays Catalan. Mais alors que le Parti socialiste national avait signé l’accord de la Nupes, les Présidentes de Région, Carole Delga, et du Département, Hermeline Malherbe, ne l’entendaient pas de la même oreille. Considérant que la Nupes était surtout un « jeu de dupes », elles ont soutenu une candidature dissidente sur la 4e circonscription. Une configuration qui a mathématiquement divisé les voix de gauche et entamé durablement la confiance du peuple de gauche dans les Pyrénées-Orientales. Deux années plus tard, changement de position des présidentes des collectivités qui appelent à l’union dans le Front Populaire.

En 2022, quels résultats pour les candidats Nupes dans les Pyrénées-Orientales ?

Dans la première circonscription, Francis Daspe, responsable départemental de la France Insoumise avait convaincu 23,63% des électeurs, mais n’avait pas réussi à se maintenir au second tour. Seuls Sophie Blanc, (RN), et Romain Grau (En Marche) s’étaient qualifiés. Ce dernier s’était incliné, perdant la circonscription au profit de la candidate Rassemblement National.

Sur la deuxième circonscription, l’Écologiste David Berrué arrivait aussi en troisième position avec 20,28% des voix. Pas suffisant pour le second tour qui a vu se qualifier, Frédérique Lis, (En Marche) et Anaïs Sabatini (RN). Cette dernière avait remporté largement la circonscription déjà entre les mains du RN lors de la précédente mandature.

La troisième circonscription avait été la seule, où une candidate de la Nupes avait franchi la barre du premier tour. Nathalie Culell était au coude à coude au soir des résultats sur ce territoire de montagne. Cette qualification avait d’ailleurs donné lieu à plusieurs prises de position de certains ténors de la droite préférant appeler à voter Rassemblement National que Nupes.

Enfin, les électeurs de la quatrième circonscription avaient décidé de mettre le candidat Nupes en troisième position derrière le candidat En Marche et la candidate RN. Pour le Rassemblement National, c’est finalement Michelle Martinez qui sera élue avec plus de 56% des suffrages.

*Nupes : Nouvelles Union Populaire Écologiste et Sociale

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances

Maïté Torres