Festival Prades | Les Ciné Rencontres pour de la pluralité à l’écran

À Prades, après le 4e art avec le festival de musique classique Pablo Casals, place au 7e, avec le festival les Ciné-Rencontres. Petite anecdote : il s’agit du deuxième festival français de cinéma, de par sa longévité, après celui de Cannes.

Sa 62e édition se tiendra du 17 au 23 juillet. Au programme cette année notamment : un hommage à Simone Signoret ; une rencontre avec le cinéma de réalisatrices iraniennes ; une rencontre avec le réalisateur français Damien Manivel ; une (re)découverte de Charlie Chaplin et du film muet. Le co-président et délégué artistique du Festival Jean-Pierre Abizanda nous en dévoile davantage.

♦ Pas de frères Dardenne ? Pas de problème

On prend les mêmes et on recommence : c’est un peu la devise de nombre de festivals avortés pour cause de Covid l’an passé. Les Ciné Rencontres de Prades n’y ont pas échappé.

Partie remise, puisqu’une grosse part du programme de 2020 se retrouve en 2021. Avec, tout de même, quelques regrets : “Nous devions accueillir les frères Dardenne l’an passé, raconte Jean-Pierre Abizanda. Ils seront en tournage en juillet prochain. On espère donc les avoir pour 2022“.

Pas de Dardenne ? Pas de problème. Le réalisateur français Damien Manivel se verra, lui, attribuer la place belle dans la programmation de cette 62édition. Le danseur de métier a déjà reçu plusieurs prix pour ses huit créations : le Grand Prix Jean Vigo, le Grand Prix du Festival de Belfort, le Prix Découverte de la Semaine de la Critique, ainsi que le Prix de la mise en scène du Festival de Locarno.

Jean Pierre Abizanda de développer : “Cette partie de programme sera animée – avec la présence de Damien Manivel – par le programmateur de la Cinémathèque de Paris Bernard Payen”. Ils seront là pendant trois jours. Un débat avec le réalisateur et le programmateur suivra les projections. Pour autant, attention, le jeune réalisateur breton ne sera pas la seule star de la salle du Lido de Prades cet été. Il va falloir partager la vedette avec trois réalisatrices iraniennes.

♦ Seuls 0,50% des films iraniens sont créés par des femmes, contre 26% en France

En 2021, Ciné Rencontres de Prades met à l’honneur douze films iraniens, tous réalisés par des femmes. Parmi ces réalisatrices, trois seront bien présentes à Prades du 17 au 23 juillet, pour des rencontres et des échanges avec le public.

Nous avons travaillé avec Mamad Haghigat, réalisateur iranien et spécialiste du cinéma de ce pays ; explique le délégué artistique du Festival. Ce n’est pas la première édition que le cinéma iranien est présent dans notre programmation. C’est un cinéma très intéressant qu’on retrouve dans les plus grands festivals et les plus grands prix internationaux. Et surtout, nous avons constaté qu’il y avait de l’engouement de la part des festivaliers de Prades. On va leur proposer des films qu’ils n’auront pas forcément l’occasion de voir en temps normal. Nous aimons cet aspect découverte“.

Et de poursuivre sur l’aspect féminin : “Nous ne voyons que trop rarement des réalisations de femmes. C’est l’occasion rêvée de leur donner la parole“.

D’après le festival pradéen, en Iran, il y aurait “environ 150 longs-métrages et 2000 courts-métrages qui sont produits chaque année ; dont  seulement une dizaine est réalisée par des femmes“. Des chiffres à comparer avec ceux de la France.

D’après le Centre National du Cinéma et de l’Image Animée (CNC), il y a 25,9 % des films français produits en 2019 qui sont réalisés – ou coréalisés – par des femmes. Une part en hausse depuis les 10 dernières années (19,9 % en 2010). 58 films d’initiative française ont été réalisés par des femmes en 2019, soit le niveau le plus élevé de la décennie.

♦ Les Ciné Rencontres de Prades fêtent deux centenaires cette année

Autre particularité du programme de cette année : un focus et hommage à l’actrice française Simone Signoret, qui aurait fêté ses cent ans le 25 mars dernier. Le visuel de la 62édition du Festival de Prades est d’ailleurs en son honneur ; avec une photo extraite du film Casque d’or de 1952.

Jean-Pierre Abizanda commente : “Il y aura cinq longs-métrages sur Simone Signoret. Franck Loiret de la Cinémathèque de Toulouse présentera ces longs-métrages.  Il animera aussi des débats et échanges avec le public“.

De citer : Casque d’or (dimanche 18 à 14h) ; Les Diaboliques (dimanche 18 à 17h) ; Les chemins de la haute ville (dimanche 18 à 9h30) ; La vie devant soi (lundi 19 à 9h30); ainsi que la projection du documentaire Mémoires pour Simone (lundi 19 à 14h) et réalisé par Chris Marker. 

Autre centenaire : la sortie de The Kid (janvier 1921). Ce premier long-métrage de Charlie Chaplin sera projeté en plein air, le jeudi 22 juillet à 21h30, dans le parc du Château Pams. Un cadre exceptionnel, la tête dans les étoiles, pour une soirée exceptionnelle “à l’écoute du cinéma muet“. La soirée ouvrira par les projections des courts Charlot patine et Charlot dans le parc ; animés en direct par les deux musiciens Elise Mouchoux (piano) et Eliot Allegrini (violoncelle). 

Le documentaire sur le célèbre muet “Charlie Chaplin, le génie de la liberté” sera projeté le mercredi 21 à 20h30 au cinéma Le Lido. La formule est la même : les festivaliers pourront rencontrer Yves Jeuland et François Aymé, les deux réalisateurs. 

♦ Le Prix Bernard Jubar et le Coup de Cœur jeune maintenus

Chaque année, depuis treize ans, les Ciné Rencontres de Prades décernent le Prix Bernard Jubar du court métrage. Ce dernier – cadre de la société Kodak et membre à plusieurs reprises du Jury du Festival de Cannes – a longtemps été bénévole puis président du Festival.

Il était tombé amoureux de la région alors qu’il descendait de Paris ; confie Jean-Pierre Abizanda avant de conclure sur le Prix. Notre équipe présente aux festivaliers des courts métrages visionnés et sélectionnés en amont. Et on leur demande de voter”. Il y aura donc cette année les 12e et 13prix pour les sélections respectives de 2020 et 2021. “Il y a d’habitude deux séances de court-métrage. Cette fois il y en aura trois !Les dates : dimanche 18 juillet à 20h30, lundi 19 juillet à 14h et le vendredi 23 juillet à 14h

Avis aux plus jeunes passionnés du 7e art : le Festival Ciné Rencontres de Prades organise aussi son Jury Jeune. Au menu ? Rencontres avec les professionnels invités et choix du Prix Coup de Coeur du long métrage.

Le coprésident du Festival détaille : “Nous leur demandons de visionner dix longs métrages en amont pour en récompenser un“. L’équipe est composée de huit jeunes de 18 à 25 ans*. Pour toute information sur le jury jeune, il faut se rapprocher de l’équipe du Festival. Plus de détails sur le Festival et son programme complet ici.

// Sur le même sujet :

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances