Frappée par une violente criminalité, une ville suédoise expérimente des solutions venant des États-Unis

Frappée par une violente criminalité, une ville suédoise expérimente des solutions venant des États-Unis

Notre rubrique Ici comme ailleurs met en lumière des initiatives du monde entier ; avec cette particularité qu’elles font écho à des problématiques présentes sur notre territoire. Pour ce nouvel article, direction Malmö en suède où la ville, frappée par la violente criminalité (65 fusillades en 2017), expérimente depuis une méthode venue tout droit de Détroit et Boston pour stopper ce fléau ; une histoire relatée par Erika Page pour le Christian Science Monitor.

Rebeca Persson se souvient clairement de l’après-midi d’octobre 2018 où elle et d’autres habitants de Malmö ont rencontré pour la première fois 10 jeunes hommes – dont beaucoup appartenaient à des gangs de rue rivaux, et tous en liberté conditionnelle – dans le stade de football de la ville.

L’assistante sociale est assise sur la scène à côté des autres intervenants quand les membres des gangs s’alignent dans la grande salle. Une quarantaine de personnes se sont levées pour les accueillir : des voisins, des entraîneurs sportifs, des propriétaires de magasins de quartier, des responsables de mosquées locales et même certains parents des jeunes hommes.

15/05/2020 Perpignan, France, Illustration centre Covid-19 depistage medecins generalistes © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Ni Mme Persson ni les jeunes hommes ne savent exactement à quoi s’attendre de ce rassemblement. Mais Malmö était en pleine crise. Il y a eu un nombre sans précédent de 65 fusillades et 62 utilisations de grenades ou de petits explosifs rien qu’en 2017 ; des chiffres élevés dans un pays où la possession d’armes à feu est très réglementée. La ville doit donc tenter quelque chose.

Toutes les personnes présentes sont réunies pour soutenir un message aux jeunes hommes. Nous nous soucions de vous. Nous ne voulons pas que vous mouriez ; et nous ne voulons pas que vous fassiez du mal à quelqu’un d’autre. Nous vous arrêterons si vous nous y obligez ; et nous vous aiderons si vous nous laissez faire.

C’était le premier « call-in » de la vill ; un morceau de l’approche anti-violence par arme à feu que Malmö a commencé à mettre en œuvre en 2018, appelée Sluta Skjut, ou Stop Shooting.

Cette stratégie s’inspire de l’approche d’intervention contre la violence de groupe (GVI) qui a vu le jour à Boston dans les années 1990 et a connu le succès dans des villes comme Oakland, Chicago et Détroit.

En plus des appels téléphoniques, Stop Shooting s’appuie sur un contact direct et continu avec les membres des groupes de rue de Malmö ; ainsi qu’une collaboration étroite avec les partenaires communautaires.

29 Avril 2020 - Guetteur dans un quartier défavorisé de Perpignan

Depuis le début du projet, la violence grave a diminué de manière constante à Malmö.

En 2020, il n’y a eu que 20 fusillades et 17 explosions. Sur les quelque 300 hommes concernés par Stop Shooting, 40 sont désormais en prison ; mais 49 autres ont rejoint un programme de la ville visant à aider les individus à quitter les gangs et à repartir de zéro.

Les experts estiment qu’il est trop tôt pour attribuer la baisse de la violence à Stop Shooting. Mais ceux qui y ont participé affirment que la valeur de l’approche réside dans la manière dont elle rassemble de nombreux profils différents de personnes – forces de l’ordre, services sociaux et membres de la communauté – pour se rallier à un message moral unifié contre la violence.

Rebeca Persson, assistante sociale à Malmö, en Suède, est la principale interlocutrice pour les membres de gangs qui cherchent un soutien dans le cadre de Stop Shooting.

« Si vous tirez ou utilisez des explosifs, nous saurons quel groupe l’a fait et nous nous en prendrons à l’ensemble du groupe », explique Mme Persson, chef de projet de Stop Shooting. Mais cet avertissement s’accompagne d’une promesse. « Si vous voulez de l’aide, pour quitter ce mode de vie, ou de l’aide pour toute autre chose, nous vous aiderons ».

ILLUSTRATION Perpignan, France 04/04/2020 Police municipale couvre-feu attestation dérogatoire contrôle nuit ronde stupéfiants dealer © Arnaud Le Vu / MiP / APM

« C’est le moment où je me suis réveillé »…

Au cours des trois call-ins que Malmö a déjà organisés, les intervenants ont disposé de courts créneaux horaires pour s’exprimer : le maire de Malmö, le chef de la police et un policier, un procureur, Mme Persson et son collègue des services sociaux, une mère, un imam et un diacre.

Certains moments sont sérieux, mais d’autres sont tendres. Le chef de la police s’excuse de ne pas avoir assuré la sécurité des hommes. Lorsque la mère parle de la douleur qu’elle partage avec d’autres mères dont les fils ont été tués par balle, les larmes coulent dans les yeux des jeunes hommes.

Le souvenir préféré de Mme Persson est celui d’un moment où l’imam a pris la parole ; assurant les jeunes hommes – dont beaucoup appartiennent à la minorité arabe de Malmö – qu’ils pouvaient encore choisir la voie de la paix. L’un des hommes qui était entré avec une attitude particulièrement hostile a retiré sa casquette par déférence.

« Nous nous soucions tous davantage de ce que pense notre mère que de ce que pensent les flics », déclare David Kennedy, professeur de justice pénale au John Jay College of Criminal Justice, qui a participé à l’élaboration de la stratégie de l’IVG à Boston. Selon lui, si une menace crédible de sanction et des offres de soutien sont essentielles, « ce qui est vraiment important, c’est cette relation collective soutenue entre l’équipe et la rue ».

Un ancien criminel de rue de Malmö qui préfère ne pas donner son nom est d’accord pour dire que lorsque les délinquants comprennent comment leur comportement affecte leur famille et leur communauté, cela fait toute la différence. Il l’a appris à ses dépens la nuit où un ami a été abattu.

« C’est le moment où je me suis réveillé, quand j’ai vu sa mère et ses sœurs qui sont venues à l’hôpital », raconte l’homme qui a depuis renoncé à la criminalité. « Je ne pouvais pas imaginer que je puisse mettre ma mère dans cette situation ».

Il connaît certains des jeunes hommes qui ont participé à Stop Shooting ; selon lui les réactions sont mitigées. Certains ne sont pas intéressés par les conférences ; mais pour d’autres, ceux qui savent qu’ils doivent changer, la stratégie est « très bonne, car ils obtiennent toute l’aide dont ils ont besoin. »

« Ces criminels sont aussi des humains ; et ils n’ont peut-être pas reçu d’aide ou de soutien de la part de leurs parents, ou à l’école », explique Romdhane Boussaidi, directeur d’une mosquée locale et membre de l’auditoire des appels. « Nous sommes ici pour leur dire : « Vous pouvez arrêter ça et commencer votre vie de la bonne façon » ».

ILLUSTRATION Perpignan, France 04/04/2020 Police municipale couvre-feu attestation dérogatoire contrôle nuit ronde stupéfiants dealer © Arnaud Le Vu / MiP / APM

Bâtir la confiance…

Noah Dib a grandi dans un quartier d’immigrés. Adolescent, il s’est laissé entraîner dans la vie de gang ; une vie dans laquelle ses amis et cousins sont encore. Aujourd’hui, en tant que mentor d’une vingtaine d’années au centre de jeunesse à but non lucratif Flamman, il est l’un des nombreux leaders de la communauté qui s’assurent que le message « Stop Shooting » passe de manière constructive.

Comme il n’est pas un fonctionnaire de la ville, il est en mesure d’établir plus naturellement la confiance avec les jeunes hommes de la communauté.

Après un des call-ins, il a reçu un appel de l’un des membres du gang, qui lui a demandé ce que cela signifiait, pourquoi il avait été choisi pour être sous les feux de la rampe, et s’il pouvait faire confiance à ce que les autorités disaient.

Je lui ai dit : « Peut-être qu’ils t’ont choisi parce qu’ils savent que tu es le meilleur orateur de ton groupe et que tu peux transmettre le message à tout le monde », raconte Noah Dib. « Alors ils le prennent d’une manière plus positive ».

Perpignan 04/04/2020 Police municipale en période de couvre-feu contrôle un revendeur de stupéfiants dans la résidence Les Oiseaux.

Coach mentor du Flamman Youth Center, une organisation à but non lucratif, Noah Dib fait partie d’un vaste réseau de membres de la communauté qui soutiennent la stratégie Stop Shooting en clarifiant et en diffusant son message. Il connaît personnellement de nombreux jeunes hommes impliqués dans les groupes de rue de Malmö.

Bien sûr, il existe des problèmes plus larges qui sous-tendent la violence à Malmö et auxquels Stop Shooting ne peut s’attaquer ; notamment le racisme systémique à l’égard des communautés arabes, explique Rafi Farouq, directeur de l’association.

La marginalisation sociétale et les désavantages économiques auxquels sont confrontées de nombreuses communautés arabes en Suède créent encore des pressions qui incitent les jeunes à considérer la criminalité comme une voie à suivre.

Néanmoins, l’engagement de Stop Shooting en faveur d’une communication claire, respectueuse et unie avec les individus qui se sentent si souvent exclus de la société, est un pas dans la bonne direction.

Stefan Wredenmark est l’un des policiers qui effectuent des « notifications personnalisées » – des rencontres permanentes en face-à-face avec des membres de gangs à leur domicile, à l’hôpital ou en prison pour leur transmettre le message de Stop Shooting.

« L’un des messages est que nous ne voulons pas que vous mouriez. Lorsque j’ai dit cela la première fois, je me suis demandé ce que je faisais. Parce que normalement, je voudrais les enfermer », ajoute Stefan Wredenmark.

Grâce à Stop Shooting, il dit à chaque personne qu’il la veut saine et sauve ; vivante et libre. « Maintenant, je peux aller directement dans le cœur de ces jeunes hommes. C’est un moyen beaucoup plus efficace de les atteindre ».

// D’autres histoires inspirantes “Ici comme ailleurs” :

“Cette histoire fait partie du programme SoJo Exchange du réseau Solutions Journalism Network, une organisation à but non lucratif qui se consacre à des reportages rigoureux sur les réponses aux problèmes sociaux”.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances