Restaurer les océans | Le plus grand projet d’herbiers marins au monde

La zostère commune ou fucus - Zostera subg. Zostera marina Linnaeus, 1753[1] Photographie prise à Friday Harbor Dock, État de Washington, États-Unis (1er avril 2015).

Cette nouvelle rubrique Ici comme ailleurs met en lumière des initiatives du monde entier ; avec cette particularité qu’elles font écho à des problématiques présentes sur notre territoire. Pour ce nouvel article, à l’heure de nombreux vacanciers se reconnectent avec mers et océans, retour sur la ré-implantation réussie des herbiers marins en Virginie ; une histoire relatée par Laura Paddison pour Reasons to Be Cheerful.

♦ Le plus grand projet de restauration d’herbiers marins au monde

Lorsque Karen McGlathery se baignait dans les baies côtières de la côte est de la Virginie, l’eau devenait rapidement trouble et brune à mesure que les sédiments tourbillonnaient autour d’elle. Aujourd’hui, 25 ans plus tard, l’eau reste claire aussi loin qu’elle puisse nager. Les sédiments sont ancrés en place par de luxuriantes prairies sous-marines vertes, qui regorgent de poissons, de coquilles Saint-Jacques et de crustacés. « C’est comme une magnifique prairie sous-marine », dit Karen McGlathery. « C’est tout simplement magnifique. »

Karen McGlathery, professeur de sciences environnementales à l’université de Virginie, fait partie d’une équipe qui mène le plus grand projet de restauration d’herbiers marins au monde dans ces baies côtières – et l’un des plus réussis. Ce projet, qui dure depuis deux décennies, est un « modèle pour le rétablissement et le maintien d’écosystèmes sains », selon un document de recherche de 2020 ; et la preuve que les habitats marins peuvent être ramenés à la vie de manière autonome.

Un volontaire travaillant sur le projet de restauration des herbiers marins d'Orth. Crédit : TNC
Un volontaire travaillant sur le projet de restauration des herbiers marins d’Orth. Crédit : TNC

♦ Dans les années 1930, une maladie mortelle a balayé la côte est des États-Unis, éliminant d’immenses étendues de zostères.

Là où les baies côtières de Virginie étaient couvertes de cette espèce d’herbes marines, elles sont soudainement devenues stériles. « Tout le monde pensait que la zostère ne pourrait jamais, jamais revenir », déclare Robert Orth, qui était biologiste marin à l’Institut des sciences marines de Virginie (VIMS) jusqu’à sa retraite cette année ; « mais personne n’a vraiment commencé à faire des expériences pour voir. »

Cela a changé à la fin des années 1990, avec la découverte de quelques petites parcelles d’herbes marines dans la baie, dont l’existence a prouvé que les conditions pouvaient à nouveau accueillir ces plantes.

Robert Orth a commencé par des expériences à petite échelle ; en déterrant des algues adultes dans d’autres zones et en les transplantant dans la baie. Les herbiers ont survécu, mais le processus n’était pas extensible : la restauration de milliers d’hectares par transplantation aurait représenté un énorme défi logistique. Alors, dit M. Orth, « nous nous sommes dit : pourquoi ne pas essayer de lancer un programme de restauration en utilisant des graines ? ».

La zostère commune ou fucus - Zostera subg. Zostera marina Linnaeus, 1753 [1] Photo prise à Puget Sound, Edmonds, Etat de Washington, Etats-Unis (7 juin 2020).
La zostère commune ou fucus – Zostera subg. Zostera marina Linnaeus, 1753 [1] Photo prise à Puget Sound, Edmonds, Etat de Washington, Etats-Unis (7 juin 2020).

♦ En 2001, il a lancé une initiative visant à reconstruire physiquement l’écosystème océanique, graine par graine.

Depuis un bateau en mouvement, lui et son équipe ont dispersé des graines dans quatre baies : South, Cobb, Spider Crab et Hog Island. Les graines ont survécu, devenant des plantes qui, à leur tour, ont produit leurs propres graines. « La nature a en quelque sorte pris le dessus », déclare M. Orth. « Alors que nous continuons à mettre des graines dans des zones où il n’y a pas de zostères, la nature a propagé les zostères de façon naturelle. »

Au cours des 20 dernières années, soutenue par une armée de bénévoles, l’équipe du projet a semé près de 75 millions de graines. Environ 9 000 acres de baies côtières sont désormais recouverts de zostères, ce qui a amélioré la qualité de l’eau, augmenté la biodiversité marine et contribué à atténuer le changement climatique en capturant et en stockant le carbone.

Carlos Duarte, spécialiste des herbiers marins et professeur de sciences marines à l’université des sciences et technologies du roi Abdullah, en Arabie saoudite, estime que ce projet « change la donne » ; tant par son ampleur que par les nombreuses données à long terme qu’il fournit sur les avantages des herbiers marins pour le climat.

Les graines plantées par Orth et son équipe ont donné naissance à des plantes qui, à leur tour, ont produit leurs propres graines. Crédit : TNC
Les graines plantées par Orth et son équipe ont donné naissance à des plantes qui, à leur tour, ont produit leurs propres graines. Crédit : TNC

♦ Bien qu’elle couvre moins de 0,2 % de l’océan, la zostère est responsable d’environ 10 % de la capacité de l’océan à stocker le carbone.

Il y a dix ans, Duarte et Orth surnommaient les herbiers marins « le vilain petit canard » de la conservation de l’environnement, car peu de gens s’en préoccupaient. Les choses changent peu à peu, à mesure que les avantages considérables qu’elle offre sont reconnus. Bien qu’elle couvre moins de 0,2 % de l’océan, elle est responsable d’environ 10 % de la capacité de l’océan à stocker le carbone. Elle constitue un habitat vital pour la vie marine, stimule la pêche commerciale, aide à purifier l’eau, protège les côtes et piège et stocke même les microplastiques.

Mais l’herbe marine est aussi l’un des écosystèmes les plus menacés ; par le développement côtier, le ruissellement des nutriments provenant de l’agriculture et des eaux pluviales, et la hausse des températures de l’océan.

« J’aime à dire que ces herbes sont en quelque sorte le canari dans la mine de charbon », explique Jill Bieri, directrice du programme de la réserve côtière de Virginie à The Nature Conservancy, qui participe à la restauration depuis sept ans. Ils prospèrent si la qualité de l’eau est bonne, et meurent si elle ne l’est pas. C’est une leçon pour d’autres régions côtières, déclare Chris Patrick, le professeur du VIMS qui a repris le projet depuis la retraite d’Orth. « Si vous parvenez à résoudre les problèmes de qualité de l’eau, vous pouvez restaurer l’herbe très rapidement, en quelques décennies. »

France, Collioure, 2021-05-07. A team of divers near Collioure. Placement of several devices with innovative technologies (hyperspectral camera, trackfish) and recovery of data on the marine ecosystem studied. Photograph by Arnaud Le Vu / Hans Lucas.  France, Collioure, 2021-05-07. Une equipe de plongeurs au large de Collioure. Placement de plusieurs appareils aux technologies innovantes (camera hyperspectrale, trackfish) et recuperation de donnees sur l'ecosysteme marin etudie. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.
France, Collioure, 2021-05-07. Une équipe de plongeurs au large de Collioure. Placement de plusieurs appareils aux technologies innovantes (camera hyperspectrale, trackfish) et récupération de données sur l’écosystème marin étudié. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

♦ Les projets de restauration du monde entier se tournent vers la Virginie pour en tirer des leçons.

Richard Unsworth, professeur associé de biosciences à l’université de Swansea, dirige le plus grand projet de restauration d’herbiers marins du Royaume-Uni ; un projet dans les eaux de la baie de Dale, dans le Pembrokeshire, au Pays de Galles. « Nous nous sommes servis de leur science comme d’un étalon », explique-t-il. Jusqu’à présent, lui et son équipe ont planté plus d’un million de graines ; mais ses ambitions sont plus audacieuses. « Nous voulons appliquer les techniques qu’ils utilisent [en Virginie] pour rajeunir les mers côtières du Royaume-Uni ; à une échelle similaire, sinon plus grande. »

De retour dans les baies de Virginie, la prochaine phase du projet consiste à voir s’il est possible de convertir le carbone stocké dans les prairies sous-marines en crédits carbone ; et ce afin de réunir des fonds pour poursuivre la restauration. C’est là que le travail de Mme McGlathery entre en jeu : les recherches à long terme menées dans le cadre du projet lui ont permis de calculer des données précises sur la quantité de carbone stockée par les herbiers marins. Le projet est en cours d’enregistrement auprès de Verra ; l’un des principaux organismes de certification des crédits carbone. S’il est couronné de succès, il s’agira du premier programme vérifié de compensation des émissions de carbone de l’herbier marin au monde.

Entre-temps, l’équipe s’efforce de rétablir chacune des baies côtières dans l’état où elle se trouvait avant que la maladie de dépérissement n’emporte les zostères. Selon Richard Unsworth, le projet « démontre au monde entier qu’il est possible de restaurer les océans ». Si de nombreux projets ont permis de restaurer des habitats côtiers tels que les mangroves et les marais salants, ajoute-t-il, peu ont réussi à restaurer les écosystèmes qui se trouvent sous la surface de l’eau. « C’est tout à fait fondamental ce qu’ils ont réalisé ».

France, Collioure, 2021-05-07. Une équipe de plongeurs au large de Collioure. Placement de plusieurs appareils aux technologies innovantes (camera hyperspectrale, trackfish) et récupération de données sur l'écosystème marin étudié. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.
France, Collioure, 2021-05-07. Une équipe de plongeurs au large de Collioure. Placement de plusieurs appareils aux technologies innovantes (camera hyperspectrale, trackfish) et récupération de données sur l’écosystème marin étudié. Photographie de Arnaud Le Vu / Hans Lucas.

// D’autres histoires inspirantes “Ici comme ailleurs” :

“Cette histoire fait partie du programme SoJo Exchange du réseau Solutions Journalism Network, une organisation à but non lucratif qui se consacre à des reportages rigoureux sur les réponses aux problèmes sociaux”.

Participez au choix des thèmes sur Made In Perpignan

Envie de lire d'autres articles de ce genre ?

Comme vous avez apprécié cet article ...

Partagez le avec vos connaissances